Retour Accueil      

 

 

                            Petit hameau Quillivic près Esquibien
                                                    Finistère, Bretagne
       Le Chenay  hameau natal de mon ancêtre Olivié NICOLLE 
            commune de St Pair sur Mer, près Granville

                                                               

 

 

 

                                                                          

 

Bonjour,

 

Je me présente Quillivic Bernard  né  en 1942 Suresnes petite ville de la proche banlieue ouest de Paris . Fils ainé d’une famille ouvrière de 3 enfants, je passe ma jeunesse à Rueil-Malmaison. 

 

Jeunesse morne passée entre l’école et le minuscule trottoir de l’immeuble encombré par les vélos et motos du marchand de cycles situé dans le bas de l’ immeuble ainsi que du débit de boisson, bar-tabac et de la boutique du coiffeur pour lequel il fallait faire silence. Logé dans un deux pièces minuscules ou nous étions entassés à cinq. Pour les vacances nous étions expédiés chez des familles d’accueil en campagne afin d’ assurer la tranquillité des parents et nous offrir un bon bol d’ air pur.

 

J’ ai obtenu mon CEP et CAP en chaudronnerie ,j’ ai commencé à travailler à  Suresnes dans une petite entreprise » Ets  Bidault » dont je garde un très bon souvenir. Mon service militaire effectué pour partie comme commando-parachutiste à la 11 DBPC  1er commando à Perpignan , puis comme radio. Elève radio-valise au 1er BPC de Calvi (Corse). Muté ensuite pour des raisons politiques au 22 ème BCA en Algérie, je termine mon service en novembre 1963.

 

En 1964, je décide de partir faire le tour du monde. Mais dès la première étape l’Amour me fit mettre pied à terre. J’ai  rencontré  Jocelyne  la femme de ma vie et mon voyage s’arrêta là. Nous eûmes deux enfants à Montréal. Cependant ma carrière professionnel était bloquée.
 

Mes diplômes ne furent pas reconnus et ce malgré la satisfaction de mes employeurs pour la qualité de mon travail et mon savoir-faire bloquant toutes possibilités d'avancement..

 

Des propositions de travail reconnaissant mes capacités  me furent faites pour aller à « la Barbade » ou en Australie. Je fis part de ces offres à mon épouse et sa réponse fut négative. Cependant elle voulait partir en France, ce qui fut fait en juillet 1972.

 

Malgré un accueil plus que glacial de la part de ma famille à l’ encontre de Jocelyne et de nos enfants pourtant leurs petits-enfants et moi-même car ils étaient étrangers.

Je trouvais un emploi immédiatement dans l’entretien d’ une grosse entreprise "La Papeterie de la Seine"  à Nanterre. Ce fut plus difficile pour le logement.

Nous vécûmes un enfer avec nos deux jeunes enfants jusqu’ en octobre, où nous pûmes nous loger à Suresnes. Nous restâmes à Suresnes jusqu’en juin 1979. Notre dernière fille y est née.

 

Nous partîmes nous installer à la campagne espérant avoir une meilleur hygiène de vie. Cependant trompé par un employeur indélicat, je dus me tourner vers l’ export pour faire vivre ma famille. J’ y trouvais un salaire plus que correct mais à quel prix ! Des mois de  séparation des horaires importants et des conditions de travail pénible .

 

Mais il y a eu quand même du positif  : la découverte de pays tel quel’  Irak, qui malgré la guerre de l’ époque (Iran-Irak) nous accueillait très bien en tant que Français. Puis ce fut  Bahrein,  la RDA, puis l’ Algérie où j’ ai terminé en tant que Chef de chantier export responsable de 106 personnes tant expatriées que locaux . Je dirigeais à l’ époque dans ma branche (plomberie-chauffage-climatisation) les  plus importants chantiers d’ Algérie .

 

Suite à ces chantiers j'ai voulu créer ma propre entreprise mais malheureusement la maladie vient mettre le mot fin sur cette ambition.Problèmes cardiaques étalés dans le temps, infarctus, 2 opérations, 13 angioplasties avec pose de stents etc…Mis en invalidité en1989, puis en retraite en 2002, je suis en sursis comme disent gentiment les médecins.

 

Je profite donc de ce temps qu’ il me reste pour me donner à fond sur ce site afin de vous donner autant de plaisirs à le regarder que moi j’ en ai eu à le faire.

 

          Bien  sincèrement  votre webmaster  Bernard

 

Bonjour,

Merci d'être venu jusqu'à cette page ! Vous êtes comme moi, curieux ou curieuse de voir qui est de l'autre côté .....
Je suis née en 1948 à Montréal et vivant en France depuis près de 45 ans ans. Je suis l'ainée d'une fratrie de 6 enfants. J'ai rencontré l'amour de ma vie à 17 ans ! Nous avons trois grands enfants Jean-Marc, Annie, tous deux nés à Montréal, Québec et Sophie née en France.et 10 petits-enfants que j'adore.

Toutes les passions de ma vie équivalent  à un gros gâteau ! Je suis gourmande et gourmet ! Je le partage en différentes parts.

Ma première passion va vers mes enfants et surtout mes petits-enfants. Nous vivons avec eux une réelle complicité et beaucoup de tendresse.

Ma deuxième passion est la généalogie. Je la pratique depuis 1980.Mon père Henri disparu  m' a transmis ce virus, cette passion. Maintenant, après avoir fait ma généalogie à 360° .
Je suis partie ensuite à la recherche des ancêtres  de mon époux Bernard et ensemble nous continuons à écrire l'histoire de nos ancêtres au travers l'Histoire. Ce qui prend une nouvelle dimension. Car si à l'école nous avions pu apprendre l'Histoire en suivant nos ancêtres par la généalogie, nous aurions tous eu de très bonnes notes !

Nous avons entrepris d'écrire  l'histoire de mon ancêtre Olivier Nicolle car il a eu une vie pleine de rebondissements et il a vécu dans une période charnière dans l'histoire de la Nouvelle-France, la Guerre de 7 ans . Je suis cousine avec presque tous les québécois ! J'ai une prédilection: je suis descendante de Jean Nicolet qui avait épousé une princesse de la tribu des Nipissings

La généalogie nous apporte aussi beaucoup d'amis virtuels qui deviennent par la suite des amis réels que nous rencontrons. Et beaucoup sont nos collaborateurs qui au fil des mois participent à cette belle aventure du site Migrations, de partage, de bénévolat. Ma vie sans eux ne serait pas aussi belle et enrichissante.Nous vivons de la même passion et nous avons en principe la même éthique. Nous partageons notre travail sans en demander un  prix.

Autre passion, la nature. Nous avons réalisé un de nos rêves, vivre à la campagne, restaurer une maison de 1863 au pris d'immenses sacrifices et de séparations dues au travail. J'ai élevé des poulets, des lapins, des oies, j'ai fait un grand jardin, mes conserves, mes confitures, j'ai trainé dans les bois à la recherche des champignons...mes préférés entre autres, les trompettes de la mort, voir défilé les saisons et vivre à leur rythme. La sensualité de la terre....son odeur....les oiseaux, le vent....

Internet est aussi maintenant une grande part de ma vie. C'est la plus belle invention de tous les temps. La technologie depuis l'après-guerre avait séparé les êtres, les renfermant dans leur cocon. Maintenant tout en restant dans notre nid nous recherchons le contact. Les personnes malades ou handicapées, peuvent à leur tour sortir de l'isolement. C'est également une ouverture sur la connaissance. Souvent, je me dis, si ma maman avait eu cela lorsque je suis partie vivre en France ! Quel bonheur elle aurait eu à voir grandir ses petits-enfants et communiquer facilement avec eux. Car même s'il n'y a pas le contact du toucher, il y a le contact visuel, celui de la parole...

Lorsque nous avons commencé à nous servir d'un ordinateur, nous n'y connaissions absolument rien.  Copier/coller,  clic droit, raccourci, virus,  Internet explorer, Outlook, qu'est-ce que c'était ce monde inconnu ? Nous avons appris les bases petit à petit. Comment entretenir aussi notre ordi : anti-virus, firewall , Spyware ! Et les photos, comment les scanner, les modifier et les enregistrer. Ces gestes simples étaient compliqués au début. ..
Et quel avantage de pouvoir mettre ma généalogie sur un logiciel. Adieux fiches et crayons.....

Lorsque nous partons pour de petits séjours c'est en fonction de nos recherches généalogiques.
Et nous allons mettre nos pas dans celui de nos ancêtres....
Sur la plage de St Pair, j'imaginais mon ancêtre Olivier s'y promenant enfant et rêvant en regardant la mer et adulte en regardant par delà cette mer vers la Nouvelle France. A mon tour, je regarde la mer....je suis avec lui par delà les siècles qui nous séparent...mon regard est le sien et je sais qu'il est avec moi....

Merci de votre visite et revenez souvent, car ce site évolue et il y aura des mises à jours tous les mois. Ecrivez-nous ce sera notre récompense de vous faire partager notre plaisir et nos recherches.

Cordialement
Jocelyne

 

 

 

Haut de page