Accueil       Généalogie Biographie Ancêtres
 

Nicolas MILLET et Catherine LORION

Texte fourni par Madame Liliane BRUNEAU
Annotations : Jocelyne Nicol

Nicolas MILLET, charpentier,
fils de Jacques et de Jeanne Vincent,
né à Neuville-aux-Bois (Loiret) le 6 décembre 1628, septième d’une famille de onze enfants connus.
Il fut le premier à émigrer en Nouvelle-France
en 1653 et à y faire souche.

Nicolas Millet avait un frère Jacques
marié à Neuville les Bois 45 avec Marie Joigny
d'où une longue descendance de Beaucerons
dans le Loiret et l'Eure et Loire.


Image de Charles Pierrier (me contacter car je n'ai pu Mr Pierrier vous joindre)

 
Le sixiesme jour de decembre jour {de la saint Nicolas}Nicolas fut baptisé Nicolas filz de Jacques Millet et Janne Vincent ses peres et meres fur parain Honeste homme Pierre Peron Jehanne Bary marraine .......

Peron    L. Guibau

Acte de baptême de Nicollas Millet le 6 décembre 1628 à Neuville aux Bois 45

 
En avril 1652, le général Turenne, récemment rallié à la cause royale vint guerroyer dans les fiefs des ducs d’Orléans, qui eux, n’étaient pas alors en bons termes avec le roi. La Châtellenie de Neuville-aux-Bois fut donc assiégée. Au mois d’avril 1652, l’armée de Turenne s’était répandue parmi la campagne d’autour la forêt, ravageant les blés en herbe et les bourgeons du vignoble. Les habitants, dont la plupart s’étaient cachés en forêt, comme l’atteste un vieux manuscrit conservé aux archives municipales de Chanteau, pouvaient entendre les clameurs de leur bétail égorgé et le crépitement des flammes ravageant leurs demeures. L’hiver 1652-1653 fût sûrement long et dur à passer par le manque de vivres. La dévastation semée par les armées de Turenne et la misère qui d’en suivi ne furent probablement pas étrangères à la décision que prit Nicolas de quitter son pays.
L’occasion lui  en fut  fournie par le passage de M. Paul de Chomedey de Maisonneuve en route pour la troisième fois vers le nouveau continent. En effet Paul de Chomedey avait fondé Ville-Marie onze ans plus tôt.
Depuis cette date, les Iroquois, venant du sud et encouragés par leurs alliés anglais de la Nouvelle-Angleterre, avaient pratiquement anéanti les Hurons et les Algonquins, amis des Français, et menaçaient maintenant ceux-ci à Ville-Marie. Pour prévenir l’anéantissement de son  œuvre, Paul de Chomedey était repassé en France, en 1651, pour y recruter une centaine de personnes. Il mit deux ans pour amasser les sommes nécessaires et recruter les candidats colons.

(Ce que l’on appelait « La Grande Recrue »


Paul Chomedey de Maisonneuve

On retrouve donc Nicolas Millet à St-Nazaire le 20 juin 1653, devant le notaire  J. Belliotte qui dressa « un estat des sommes de deniers payez aux hommes envoyés à Montréal (sic). Avec 101 compagnons, Nicolas y atteste avoir reçu en avance sur leurs gages « onze mil septante livres et 19 sols ». Dans ce document de six  pages, le notaire mentionne que Nicolas a reçu la somme de 114 livres, 10 sols. Et dans le dernier paragraphe il termine ainsi : « Ainsy signé en l’original (…) Nicolas Millet.

Le même jour, le départ se fit à bord du Saint-Nicolas de Nantes, mais après avoir parcouru « trois cent cinquante lieues en mer, on décida de revenir à terre…Le bateau prenait eaux de toutes part. Il revint sur Saint Nazaire mais De Maisonneuve ne voulant pas que les passagers fuient l’embarquement il décida de les déposer sur une île afin qu’aucun ne puisses s’enfuir. Les réparations du bateau calfatage etc finies ce fut le même navire réparé qui reprit ses passagers et repartit sur Québec le 20 juillet 1653. 
Le navire transportait quelques 120 passagers sans compter l’équipage et les vivres pour plusieurs mois. La traversée ne semble pas avoir été des plus faciles. Sans compter le faux départ et le séjour à terre, elle dura neuf semaines. La maladie s’étant bientôt déclarée sur le vaisseau, il y eut un grand nombre de malades, et il en mourra huit en mer. L’arrivée à Quebec ne se fait que le 22 septembre. Mais les tribulations de l’expédition n’étaient pas pour autant terminées.. Le gouverneur, M. de Lauzon, voulant garder à Quebec cette nouvelle recrue, refusait de fournir les barques pour remonter le Saint-Laurent jusqu’à Ville-Marie. Maisonneuve mit plusieurs semaines pour se procurer des barques et n’arriva à Ville-Marie que le 16 Octobre.

Le jour de l’an 1657, Nicolas Millet passa devant le notaire Saint-Père un contrat de mariage avec Catherine Lorion, veuve de Pierre  Vilain et de Jean Simon et fille de Mathurin Lorion et de Françoise Morin ou Morinet de Sainte-Soule (Charente Maritime). Elle était arrivée à l’âge de 17 ans. Son frère et sa sœur Marie vinrent la rejoindre en 1658. Nicolas et Catherine eurent cinq enfants en plus du jeune Léonard Simon fils de Catherine et de son précédent mari Jean Simon mort noyé. Leurs enfants étaient Catherine, Nicolas, Charlotte, Jacques et Jean.
Certificat de Confirmation de Nicolas Millet  à Montréal N°. 403592  24 août 1660

Contrat de mariage
entre Nicolas Milet et Catherine Lorion
du 1 er janvier 1657 Montréal

Par devant nous Jean de St (Père) commis a greffe au tabellionnage de ville Marie Montréal
 

Fut presentz en leurs personnes Nicollas Millet fisl de Jaqcques Millet et Janne Vincent ses peres et meres de la proisse de Neuville aux bois dioceze d'orleans et Catherine Lorion fille de mthurin Lorion et de Françoise Morin ses pere et mere veuve de desfunct Jean Simon a agee de dix neuf ans ou environ de la paroisse de Ste Soule pays d'Aunis d'aultre part pour la bonne amitie qu ils ont dict avoir entre eux se sont promis et promettent de soy prendre l'un l'autre par foy et loyaulte de mariage et de s espouser en face de nostre Mere ste eglise le plustot que faire se pourra suivant les ceremonies accoustumes et pour touttes conventions matrimonialles les dits futurs espoux se sont raportes a sa coutume de la prevoste et viconté de Paris a quoy ils se sont soubmis et soubmettent.

Faict au fort dud Ville Marie en presence de Lambert Closse commandant de lad Isle et Gilbert Barbier, Marin Jannot et Pierre Godin la dite Lorion a declaré ne scavoir escrire ni signer

ce premier jour de janvier mil six cents cinquante sept

Nicollas Millet      L. Closse     Gilbert Barbier

Pierre Gaudin Marin Jannot De Sainct Pere

 
Acte de mariage de Nicollas Millet et Catherine Lorion
le 9 avril 1657 Montréal
Transcription de l'acte de mariage en latin et en français de l'acte de mariage ci-dessus
 

Anno Domini 1657 die 9 Aprilis denunciationibus praemissis, tribus continuis diebus festis inter missrum solemnia, nulloque legitimoimpedimento detecto, ego Claudius Pijart sacerdos Societatis Jesu, vice agens Parochi Montiregalensis, Nicolaum Millet filiuum Jacobi Millet et Joanna Vincent, parociae Neuville au bois, dicocesis Aurelianensis : et Catharinam Lorion filiam Mathurini Lorion et Francisca Morino, relictam Joannis Simon parochia Ste Soule dicesis Rulellensis interrogavi eorumque mutuo consensu habito, solemniter per verba de praesenti matrimonio conjunxi, praesentibus testibus notis, dominis Lamberberto Closse loci gubernatore, Gilberto Barbier et Jacobo Archambault incolis

Le 9 avril 1657, après les publications faites pendant les messes de trois jours de fête consécutifs sans avoir découvert aucun empêchement légitime, moi Claude Piojart, prêtre de la société de Jésus, en tanty que curé de la paroisse de Montréal, aio interrogé Nicolas Millet fils de Jacques Millet et Jeanne Vincent, paroisse de Neuville au bois, diocèse d'Orléans et Catherine Lorion fille de Mathurin Lorion et Françoise Morin, veuve de Jean Simon, paroisse de Ste Soulle dioccèse de la Rochelle et ayant reçu leur consentement mutuel, les ai solennellement unis en mariage en pr&sence des témoins : sieurs Lambert Closse gouverneur de ce lieu Gilbert Barbier et Jacques Archambault habitants.

Nicolas Millet péri dans l’incendie de sa maison et fut inhumé le 6 mars 1674 âgé de 44 ans.

Transcription de l'acte de décès de Nicolas Millet
 

 Le Led dit Jour Neuf viesme mars de ladite année a esté enterré le restant du corps de Nicolas Milet Maitre charpentier qui avoit esté brulé par accident dans les ruines de sa maison Le six dudit moys et an le dit Milet agé de quarante quatre ans ou environ.

 

Catherine Lorion se maria une quatrième fois avec Pierre Desautels le 23 Novembre 1676 à Ville-Marie. Ils eurent deux garçons Pierre et Gilbert, tous deux engagés pour l’Ouest et participèrent à plusieurs expédition vers l’ouest canadien. Catherine décéda à la Côte-Saint-Martin et fut inhumée le 20 avril 1720 à Montréal âgée d’environ 84 ans.

 
Catherine LORION
Âgée de 17 ans, originaire de Sainte-Soulle, près de La Rochelle, en Charente. Moins d'un an après son arrivée à Ville-Marie, elle épouse, le 13 octobre 1654, Pierre Villain. Mais celui-ci meurt écrasé sous un arbre, trois mois plus tard, le 19 janvier 1655. Le 29 juin de la même année, elle épouse Jean Simon qui se noie dix-sept mois plus tard, le 24 novembre 1656, en lui laissant un enfant. Elle est déjà deux fois veuve alors qu'elle a à peine 20 ans. Elle épouse alors Nicolas Millet, en avril 1657. Ils auront huit enfants. Le 4 décembre 1658, elle est présente à la signature du contrat de mariage de sa sœur Marie et de son futur époux Étienne Lair. Son père, Mathurin, est venu la rejoindre à Ville-Marie au cours de cette année 1658 et il assiste également à ce mariage avec sa troisième épouse, Jeanne Bizette. Nicolas Millet meurt accidentellement à son tour, le 6 mars 1674, dans l'incendie de sa maison. Pour une quatrième fois, le 21 novembre 1676, Catherine prendra époux, cette fois avec un autre membre de la Recrue, Pierre Desautels qui lui donnera deux autres enfants. À la mort de ce dernier, le 19 novembre 1708, c'est leur fils Gilbert qui s'engage à lui fournir nourriture et entretien. Deux autres de ses demi-sœurs (Renée et Jeanne) et un demi-frère (Jean) seront également présents en Nouvelle-France. Elle décède le 20 avril 1720, à l'âge de 84 ans, à la côte Saint-Martin.
 
Nicolas MILLET , Maître Charpentier, canadien d’origine française, né à Montréal le 14 Août 1660 , fils de Nicolas et de Catherine Lorion. Il épousa tout d’abord Catherine Chaperon à la Pointe-aux-Trembles (Montréal) le 31 janvier 1684, après avoir la veille passé un contrat de mariage devant le notaire Cabazier. Ils n’eurent pas de descendance et Catherine mourut le 9 janvier 1695 pour être inhumée le lendemain. Nicolas épousa ensuite, deux jours après avoir passé un contrat de mariage devant le notaire Adhémar, Catherine Gaultier dite Landreville, née en 1673, fille de Mathurin Gaultier dit Landreville et de Nicole Philippeau, le 2 mai 1695 dans l’Ile Ste-Thérèse près de Montréal. Ils eurent au moins 9 enfants tous nés et baptisés à la Pointe-aux-Trembles, dont seul Jean Millet marié à Barbe Janot, continua la lignée Millet à Montréal. Nicolas Millet fut inhumé dans l’église de la Pointe-aux-Trembles, le 6 mai 1735.
 
Jean MILLET, canadien d’origine  française, né et baptisé le 28 septembre 1700 à la Pointe-aux-Trembles, fils de Nicolas et Catherine Gaultier, épousa à la Pointe-aux-Trembles le 25 janvier 1723, Barbe Janot, fille de Robert et Anne-Thérèse Langlois. Ils eurent 12 enfants dont 11 sont nés et baptisés à la Pointe-aux-Trembles, l’autre Joseph a été baptisé à la paroisse voisine de la Longue-Pointe ? Trois des 12 enfants décédèrent avant d’atteindre l’âge de 15 mois. Trois garçons se marièrent et eurent des enfants mais seuls Joseph et Bonaventure ont eu de la descendance. Joseph Millet né en 1740 et décédé en 1812 a épousé en 1761 à la Pointe-aux-Trembles, Dorothée Bazinet, d’où les Millet et Millette de la région de Montréal et du Richelieu. Bonaventure Millet, né en 1746 épousa tout d’abord en 1767 Françoise Gervaise puis en 1790 Rose Gallardeau à Repentigny d’où les Millier et les Miguer de Montréal et de Lanaudière (Joliette)
 

Nicolas MILLET et Catherine LORION dans les Recensements de Montréal en 1666

par Jocelyne Nicol

Recensement Montréal en 1666  No. 95828

Nicolas Millet Lebeauseron 34 Charpentier Habitant
Catherine Lorion 30    
Léonard Simon 10    
Catherine Millet 8    
Nicolas Millet 6    
Marie Millet 4    
Pierre Millet 15 mois    
 

Recensement Montréal en 1667 No. 96679

Nicolas Millet 34 Habitant  
Catherine Lorion 28    
Léonard Simon 11    
Catherine Millet 8    
Nicolas Millet 7    
Marie Millet  4    
Jacques Millet 6semaines    

Nos sources

Haut de page