ACCUEIL

Généalogie            Généalogie Martin-Versaille    
     
 

Jullien MARTIN
à
Antoine Gabriel MARTIN dit Versaille

 

 

 

Anthoine Gabriel
Martin dit Versaille

est l'ancêtre direct de
ma grand-maman paternelle :

Angélina Versaille

Angeline 2 ans
et Joseph et Edouardina Chenelle

     Angeline à 40 ans                Photos collection personnelle

       Angeline à 50 ans

       Angeline à 70 ans

     
 

La FERTÉ-MACÉ

 

 
     
Le plus vieil ancêtre connu des MARTIN est Jacques MARTIN

Jacques MARTIN né vers 1626 , marié aux environs de 1652 avec Anne AULNÉ-AULNAY .
Sa sépulture eut lieu le 18 février 1693 La Ferté-Macé

Avec Anne AULNÉ, ils eurent 5 enfants.
Je ne retrouve pas l'acte de mariage à La Ferté-Macé, archives lacunaires.
 
Les quatre autres enfants sont Françoise, Jacques *, Julien et Guillaume qui sont baptisés à La Ferté.
 
Trois seulement auront une descendance.
1.Julianne MARTIN, l'aînée épousera Noël Roussel en 1681 à La Ferté et eut 2 fils.
2. Jacques qui épousera Marie Jouanne en 1687
3.Julien MARTIN (1666-...) épousa Jeanne MARIE en 1685.
   Julien eut 4 enfants dont un seul fils Gilles  qui a son tour aura 8 enfants
   dont un seul fils Alexis-Gilles.
Je suis à la recherche du mariage de ce dernier.

 

       
 
       Eglise Notre-Dame de La Ferté Macé
              
Style romano-byzantin 1851         
 
Photo collection personnelle 2008  


Ancienne église romane
Notre-Dame de La Ferté Macé  11è siècle

Source : Wikipédia

 
       
 

Jacques * MARTIN second du nom

Il est baptisé en la paroisse Notre-Dame de la Ferté-Macé le 1er mai 1664, il eut pour parrain
Noël APPERT et marraine Claude LE MAIRE

Il épouse Marie JOUANNE (JOUENNE selon les actes)
fille de Michel JOUENNE et Françoise DOISNEL-DOUESNEL
Le 8 juin 1687 paroisse Notre-Dame de La Ferté-Macé

Marie Jouenne
Elle est née vers 1665 et décédée le 16.12.1732 à La Ferté Macé à l'âge de 67 ans.
Elle est la fille de Michel Jouenne décédé le 01.03.1704 à La Ferté Macé et de Françoise Doisnel-Douesnel (+après 1721). Elle a six frères et sœurs tous nés à La Ferté-Macé
Elle a une sœur Suzanne née vers 1672 qui épousa Bonaventure Leblanc fils de Gervais et de Jeanne Crosnier le 27.11.1693 à La Ferté Macé.

Jacques MARTIN et Marie JOUANNE ont eu 8 enfants dont un seul assurera leur descendance et ceci en Nouvelle-France

Julien Né 16/06/1688 B : 17/06/1688 La Ferté-Macé
Louise  Jacqueline Née 21/01/1690 B : 22/01/1690 La Ferté-Macé
Sépulture : 21/12/1690 La Ferté-Macé
Anthoine Gabriel Né 6 janvier 1692
Baptisé le 7 janvier 1692 La Ferté-Macé
Sépulture 08.07.1751 à Repentigny
Jacqueline Catherine Née et baptisée 30 mars 1694 La Ferté-Macé
Françoise Née et baptisée 31/04/1694 La Ferté-Macé
Sépulture 02/04/1708 La Ferté-Macé
Jean Né et baptisé 27 décembre 1700 La Ferté-Macé
Sépulture 20/12/1721 La Ferté-Macé à 21 ans
Guillaume Né et baptisé 9 juin 1703 La Ferté-Macé
Sépulture 21/01/1708 La Ferté-Macé à près de 5 ans
Anne Françoise Née et baptisée 10 février 1706 La Ferté-Macé
Mariage 2 avril 1742 avec Jacques GUIBOUST
Sans descendance


Baptême Jacques MARTIN
01.05.1664 Notre-Dame La Ferté-Macé

Archives départementales de l'Orne B 1654-1672
http://archives.orne.fr/index.php



Mariage Jacques MARTIN et Marie JOUANNE
le 8 juin 1687 paroisse Notre-Dame de La Ferté-Macé

Archives départementales de l'Orne BMS nov 1685-24 mars 1692
3 NIMECRP 168/AC168_6
http://archives.orne.fr/index.php



Vente à cause d'un héritage perpétuel :
Alexis MOULINS époux de Jullienne CHASTELAIN qui est héritière
par Renée Martin sa belle-mère ( d'Alexis MOULINS) et feue et héritière audit feu Julien Martin
Une terre dans la seigneurie Dugrés (Du Grais) à Jacques MARTIN  fils de feu Jacques de la paroisse de La Ferté-Macé sur l'héritage de son grand-père Jullien
(Cette terre appartenait à Renée MARTIN de la succession de son père Jullien MARTIN; elle l'avait donné en dot à sa fille Julienne CHASTELAIN lors de son mariage avec Alexis MOULINS.
Alexis MOULINS  pour respecter le droit à douaire de son épouse, il doit reporter sur une autre pièce de terre la garantie qu'elle puisse disposer de son douaire en cas du décès de son mari.)

Sources :
La Ferté-Macé 13 juin 1697
AD 61  4E 172/111 page 223 et 224 /309
http://www.geneanet.org/archives/registres/view/5951/223

Deuxième acte notarié:
La Ferté Macé 16 août 1693
Bail à ferme de Jacques Chevallier marchand
et feu Jacques Martin et Jacques Martin, père et fils

Nouveau bail à ferme pour Jacques MARTIN fils
qui était associé à son père maintenant décédé dans son bail à ferme
Sources :
La Ferté-Macé 16 août 1693
AD61 4E172/107 page 403-404-405
http://www.geneanet.org/archives/registres/view/?idcollection=18592&page=403

     
                                                                                                        

 

 

Antoine Gabriel MARTIN dit Versaille

 
 
Anthoine-Gabriel MARTIN était soldat du sieur de Repentigny. Nous nous demandons souvent pourquoi notre ancêtre Anthoine Gabriel MARTIN était soldat puisque son père était laboureur.
Pour cela, il faut savoir ce qu'était La Ferté-Macé au temps où vivait notre ancêtre.

La Ferté-Macé, depuis le Moyen-Âge était une ville de garnison grâce à sa position géographique. C'était un lieu de passage et de réapprovisionnement pour l'ensemble des Troupes qui y passaient et y séjournaient.. Déjàle 4 février 1593 arriva encore à la Ferté un nouveau détachement d'anglais au nombre de 2500 conduits par le général Henry Norrys. Il fallut les loger et les nourrir pendant une semaine. Le 14 février suivant revint une autre armée d'Anglais d'environ 3000 hommes commandée par le frère du général  Norrys. Ce dernier était toujours avec ses deux frères Joh et Thomas. A cette époque il menait une guerre sous tous les front dont en décembre 1593 en Bretagne. Il fallut encore les loger à La Ferté, et sur la route par laquelle ils s'acheminèrent, le passage de tant de troupes fit renchérir toutes les denrées à cause des réquisitions tant dans le bourg que dans la campagne environnante. Le général Norrys aux ordres d'Elisabeth reine d'Angleterre avaient l'autorisation du roi de France pour aller combattre en Flandres les armées autrichiennes et également augmenté le nombre de soldats en Bretagne à la demande du roy.
Les Anglais avaient fait naître la disette.

La pauvreté y est proverbiale. Les paysans sur leur sol acide ne récoltent que du blé noir, du seigle et de l'avoine. Les troupeaux constituent une richesse précaire exposée aux ravages des sangliers et des loups venant des forêts voisines. Les usages communaux (bois mort, glandée, feuilles d'automne pour l'engrais disparaissent. Les deux tiers des habitants de la Sauvagère non loin de La Ferté doivent aller jusqu'au Havre et Paris. Ces migrations sont mortifiantes pour les campagnards car les industries du chanvre pourraient connaître de beaux jours si les chemins étaient mieux entretenus.
 
Le 14 février 1644, Favier du Boulay fut informé par dépêche officielle signée du roy de l'envoi d'un régiment du comte d'Auvergne et de toutes ses compagnies devront être logées à La Ferté et environs. Ce régiment séjourna dans le bourg et l'intendant fut chargé de se transporter ensuite à Domfront pour de là, indiquer aux troupes les lieux où elles devaient séjourner.

 En août 1694, Léon Mallet Sieur de L'Oisivière ou L' Oisillière est chargé de passer en revue à La Ferté les logements de guerre passant à La Ferté.
(Il est dit dans un acte de mariage de Joseph Martin avec Catherine Leblanc le 27 juillet 1694 à La Ferté que Léon Mallet sieur de L'Oisilière, qui est témoin à cet acte,  est commissaire aux Reines et logements des gens de guerre.)

Donc, dans ce contexte, certainement qu' Anthoine Gabriel était attiré par l'aventure. Il a certainement signé un engagement militaire et ce qui l'a mené plus tard à embarquer pour la Nouvelle-France.
Dans quel régiment a-t-il été incorporé ? 
Son surnom Versaille, nous laisse perplexe. Peut-être a-t-il eut l'occasion de voir Versaille avec son régiment ? Beaucouyp de questions qui restent sans réponse. La généalogie et l'histoire ont souvent des limites, car il faut prouver....


Nous ne savons pas sur quel bateau et quand il arriva en Nouvelle-France. Sur son acte de mariage il est écrit qu'il était soldat de Monsieur de Repentigny. Pierre Legardeur, sieur de Repentigny, fils de Jean-Baptiste et Marguerite Nicollet, né à Québec en 1657, était écuyer, seigneur de Lachenaie et capitaine d'une compagnie des troupes du détachement de la Marine. Le 27 mai 1706, Legardeur de Repentigny obtint le grade de capitaine dans les troupes de la marine. Ses bons services lui méritèrent des éloges. Le 4 juin 1706, il reçut la sixième partie de la seigneurie de Repentigny, don de son oncle Ignace Legardeur de Repentigny. Le nom de Repentigny venait d'une localité du Calvados.


Un soldat des Compagnies franches de la Marine en Nouvelle-France milieu du XVIIIe siècle

Les Compagnies franches de la Marine servant en Nouvelle-France étaient fort originales. Les soldats remplaçaient le tricorne par une tuque et portaient des mitaines lors des campagnes hivernales. Les souliers de cuir étaient remplacés par des mocassins indiens tandis que l’épée était remplacée par une hachette. Toutes ces modifications devaient, évidemment, offrir aux soldats une mobilité accrue dans les bois tout en leur permettant une meilleure adaptation au climat nord-américain, surtout en hiver notamment dans les postes de traite. On peut donc dire qu’après quelques années de présence en Nouvelle-France, l’habillement des soldats ressemblait beaucoup à celui que portaient les coureurs des bois.
Les soldats devaient s’exercer au maniement du fusil au moins deux fois par semaine. Ils pouvaient, cependant, en être dispensés moyennant une remise sur leur solde au profit du capitaine, celui-ci étant souvent avide d’argent. Les soldats pouvaient ainsi mieux s’insérer à la population.
 



Un soldat des Compagnies franches de la Marine en Nouvelle-France milieu du XVIIIe siècle

Leurs rations quotidiennes se composent d'une livre et demie de pain, d'un quart de livre de lard et d'autant de pois séchés. Les jours de jeûne et d'abstinence, le poisson et les légumes remplacent le lard. Une fois par mois, on leur donne une livre de tabac. Les soldats reçoivent du Roi unnouvel uniforme tous les deux ans.
Les Compagnies étaient dispersées sur la totalité du territoire. En temps de guerre, elles étaient rassemblées pour se préparer et se rendre sur le terrain de bataille. En temps de paix, les hommes restaient dans les fermes et aidaient leurs hôtes dans leur exploitation ou continuaient l’apprentissage du métier qu’ils avaient entrepris avant de s’engager.

Un des rares moyens de démobilisation fut le mariage des soldats avec les femmes du pays.

Source image : Reconstitution par Francis Back.
http://www.cmhg.gc.ca/cmh/image-114-fra.asp?page_id=120
http://www.genealogie.org/famille/charronditcabana/compagnies_franches.htm

 


 

Anthoine Gabriel MARTIN, notre ancêtre

Il naquit le 6 janvier 1692 et il fut baptisé le 7 janvier 1692 La Ferté-Macé
Son parrain a été Julien GAUTIER et sa marraine Anthoinette DUPONT

Acte de baptême

Archives départementales de l'Orne BMS La Ferté Macé
3NUMECRP168/AC168_6 années 1685-1692
 


Sépulture Antoine Gabriel MARTIN
8 juillet 1751 Repentigny

 

Le huit juillet 1751 a été inhumé par nous curé de Repentigny Antoine Gabriel Martin dit Versaille âgéz d'environ soixante et douze ans Mort en la foy et Communion de l'Eglise après avoir recu les Sacrements de pénitence d'Eucharistie et extémonction furent présent a son inhumation Jean Maheu Gabriel Loyer et Louis Beaudoîn qui ont déclaré ne Scavoir Signé de ce enquis
Dailleboust ptre


Source : Family Search

Le vingt-cinquième jour de novembre de l'année dix-sept cent vingt-deux, après avoir publié deux bans, savoir le premier dimanche dix-septième jour et le dimanche vingt-troisième jour des dits mois et an entre Antoine Gabriel Martin dit Versaille, soldat de la compagnie de Monsieur de Repentigny, fils de Jacques Martin et de Marie Jouan, ses père et mère de la dite paroisse de la Sarte-Macé diocèse du Mans, d'une part, et Catherine Desnoyers, fille de Gabriel Desnoyers et de Geneviève Gendreau, ses père et mère de cette paroisse, d'autre part; et avoir eu la dispense du troisième ban à eux accordé par messire de la Glouche ?, vicaire général sans qu'il y aie eu aucun empêchement et avoir été pleinement assuré du consentement de Mr de Vaudreuil sur ce mariage, par une lettre de Mr de Cavagnac, comte et ami de Repentigny, qui nous a été remise et de celui de dit Sieur de Repentigny, par une lettre et un billet que nous avons reçu de lui, je soussigné prêtre du Séminaire de St Sulpice, et missionnaire de Repentigny, ai reçu leur mutuel consentement de mariage et leur ai donné la bénédiction nuptiale avec les cérémonies prescrites par la Sainte Eglise, en présence de Gabriel Desnoyers, père de l'épouse, et Jacques Lévesque dit Sansoucy, de Charles Gauthier dit Landreville, de Louis Gauthier, de Michel Gardeur, de Baptiste Richaume, de Guillaume Beaudouin, d'Antoine Aubin dit Champagne, témoins et amis.
Jacques Lévesque a signé, l'époux et et l'épouse ont déclaré ne savoir signer, et tous les autres pareillement ont dit ne savoir signer, de ce interpellé.

Signatures : Jacques Lévesque, et M. Garneault prêtre

 

Acte de mariage d'Anthoine Gabriel MARTIN dit VERSAILLE et Catherine DESNOYERS
25 novembre 1722 à Repentigny


Anthoine Gabriel MARTIN dit Versaille a été baptisé le
7 janvier 1692 La Ferté-Macé Il est le fils de Jacques Martin et Marie Jouenne. Voir acte ci-dessus
Son parrain a été Julien GAUTIER et sa marraine Anthoinette DUPONT
Il a sept frères et sœurs. Il n'y a que sa sœur Anne Françoise née en 1706 qui épousa le 2 avril 1742 Jacques GUIBOUST fils de Jullien et Anne HUÉ de la paroisse de Lonlay-le-Tesson.
Aucun descendant de ce couple.

Seul notre ancêtre Gabriel Antoine Martin aura eu une descendance et celle-ci se fera en Nouvelle-France, au Québec, au Canada et aux USA.

Il épousa Catherine Loyer dite Desnoyers le 25 novembre 1722 à Repentigny.
Catherine Loyer dite Desnoyers est la fille de Gabriel Desnoyers et Geneviève Gendreau. Elle a été baptisée le 13 août 1699 à L'Ange-Gardien.
Son père est né et baptisé à Rouen le 12 octobre 1673 paroisse Saint-Martin.

Gabriel Antoine et Catherine eurent treize enfants : Gabriel, Marie-Catherine, Marie-Anne, Joseph, Marie-Angélique, Agnès,
Marguerite, Jacques, Marie-Angélique, Ignace, Jean-Baptiste Antoine, Marie-Catherine Gabrielle, et Marie-Josephe.

Ils se lieront aux familles Jobin, Archambault, Landry, Beaudouin, Gauthier-Landreville, Courtemanche, Sionneau-Dumoulin, Régnier, Ricard et Métayer-St-Onge.

Le 26 avril 1740 au 14 juillet 1740 :
Antoine Gabriel Martin dit Versaille intente une poursuite contre Charles Leduc et Paul Raimbault pour qu'ils passent un contrat de concession.
Conclusion : Condamnation à faire ce contrat pour Charles Leduc et Paul Rambault
Source : Fonds Juridiction royale de Montréal
Cote ; TL 4, S1, D1701

MARTIN-VERSAILLE Gabriel

° 1723

+  20.11.1821 Repentigny
Mariage avec Marie-Anne Gagnon
14 novembre 1762 à Repentigny

MARTIN-VERSAILLE
Marie-Catherine

° 26.04.1724 Repentigny

+ 08.06.1777 l’Assomption

 

dite Marie-Anne Gabrielle dans certains actes

Mariage le 17.08.1750 Repentigny avec Jobin Louis-François

MARTIN-VERSAILLE
Marie-Anne

° 19.11.1725 Repentigny

Mariage le 29.01.1748 Repentigny avec Archambault JBaptiste

MARTIN-VERSAILLE
Joseph

° 17.10.1728 Repentigny

Mariage le 25.10.1751 Repentigny avec Landry Marguerite

MARTIN-VERSAILLE
Marie-Angélique

° 26.03.1730 Repentigny

+ 14.12.1782 Repentigny

 

 

1.Mariage le 18.02.1760 Repentigny avec Joseph Beaudouin

 

 

2.Mariage le 16.02.1767 Repentigny avec GAUTHIER-LANDREVILLE Joseph

MARTIN Agnès

° 28.07.1732 Repentigny

Mariage 14.01.1754 Repentigny avec Courtemanche J-Baptiste

MARTIN Marguerite

° 01.03.1734 Repentigny

 

MARTIN Jacques

° 22.04.1735 Repentigny

Mariage le 30.01.1758 avec Sionneau-Dumoulin Magdeleine

MARTIN-VERSAILLE
Marie-Angélique

° ca 1737

+ 27.02.1767 Repentigny Qc

 

 

Mariage le 12.01.1756 Repentigny avec Régnier Pierre

MARTIN Ignace

° 07.08.1737 Repentigny

+ 15.07.1761 Repentigny

 

 

Mariage le 21.01.1760 Repentigny avec Ricard Marguerite

MARTIN Jean-Baptiste Antoine

° 07.06.1739 Repentigny

+ 26.07.1739 Repentigny

MARTIN
Marie Catherine Gabrielle

° 27.05.1741 Repentigny

+  26.05.1779 Repentigny

MARTIN Marie-Josephte

° 03.04.1743 Repentigny 

Mariage 05.03.1764 Repentigny avec Métayer-St-Onge Joseph


Le 8 juillet 1751 est inhumé Antoine Gabriel Martin dans le cimetière de la paroisse de Repentigny en présence
Jean Maheu Gabriel Loyer et Louis Beaudoîn

Le 9 janvier 1753, Tutelle des enfants mineurs de feu Gabriel Martin Versaille et Catherine Loyer Desnoyers
Source : Cotes : CC601, S1, SS1

Le 22 mars 1753  Clôture des Inventaires des biens de la succession et de la communauté de Catherine Loyer et défunt Gabriel Martin.

 

Tutelle des enfants mineurs
de feu Gabriel Martin Versaille et Catherine Loyer Desnoyer
s
Source : Cotes : CC601, S1, SS1

 


 

  Mon arrière-grand-père Hyacinthe Avila Versailles

Mon arrière-grand-père, Hyacinthe-Avila Versailles nait à Montréal le 24 janvier 1866. Il est le fils de Joseph Versaille et Alice Beaudouin. Il se maria 4 fois. C'était un très bel homme qui ne s'occupait pas de ses familles.
Il épousa en première noce le 14.02.1887 à Woonsocket (Providence) USA Mélinda Daillon dite en réalité Marie-Louise dite Mélinda DION ; aux USA, ils écrivaient ce qu'ils entendaient avec le son anglophone. Il eut 6 enfants de celle-ci : Arthur, Paul, Rosa, Pamela, Marie-Aurore et Alice.
Le 25 décembre 1895 à Lowell MA qui est mon arrière-grand-mère,Marie-Anne Joséphine Gagnon. Celle-ci décède le 12.10.1900 à Lowell Massachusset. Le couple a eu 2 filles.
Joséphine Gagnon avait deux enfants d'un premier mariage.  
Les deux derniers mariage eurent lieu à Lowell le 3 février 1901 avec Virginie Allard et le 25 juillet 1909 à Lowell avec Adelcie Guillemette. Il décèdera vers 1932

 


Acte de mariage de Avila Versaille et Joséphine Gagnon en la paroisse st Joseph de Lowell

                                                                                                    
LOWELL Massachusset
Lowell était la deuxième plus grande ville francophone de l'est des Etats-Unis
Entre 1840 et 1930 quelques 900,000 québécois en majorité francophone immigrent aux Etats-Unis.
Le quart de sa population a comme origine des québécois de souche française.
C'était une ville orientée vers l'industrie textile en particulier vue sa situation géographique. Lowell était considérée comme une ville moderne.
Les nouveaux américains ont pu avoir accès à des établissements français et catholiques. Il y a eu jusqu'à cinq paroisses de langue française.
avec des prêtres francophones. Il y avait de grandes écoles paroissiales, un orphelinat, des associations diverses Ces paroisses, écoles, associations fonctionnaient en grande partie grâce aux Pères Oblats et les Frères maristes assistés par les Sœurs Grises.
 

                                                                          
             Ma grand-mère Angelina Versaille dit Chenelle

Ma grand-mère Angelina Versaille est née le 4 juin 1898 à Lowell. Elle avait une soeur Corona et un petit frère Ovila.
De par sa mère Joséphine Gagnon qui était veuve de Charles-Grégoire Dufresne elle avait deux soeurs utérines : Alice Dufresne et Rose Sémélida Dufresne qui était une personne de petite taille.
Elle épousa Philippe Adélard Nicole également de petite taille,  frère de mon grand-père Henri Nicole.
Rose et Philippe Adélard fondèrent
Le Palais des nains à Montréal.
 
Angélina fut adoptée par Joseph Chenelle et son épouse Edouardina Ferron vers l'âge de 2 ans.
A 21 ans, ses parents lui paient le voyage pour Montréal pour voir sa demi-sœur Rose Dufresne,  qui a épousé Philippe Nicol.  Elle rencontre le frère de ce dernier Henri.
 Elle écrit à ses parents pour leur annoncer son mariage  avec Henri Nicol, beau-frère de sa demi-sœur Rose.
Ses parents adoptifs lui demandent de rentrer à Lowell et de remettre le mariage à plus tard. Elle refuse et se marie .Ses parents lui disent qu'elle sera déshéritée. C'est ce qui se passa à la mort d'Edouardina Ferron Chenelle sa mère adoptive qui donna l'héritage à une congrégation religieuse.
Joseph Chenelle était un homme d'affaires et un gros fermier à Lowell .
Il était fermier et laitier : il vendait après avoir mis en bouteille le lait de ses vaches et au début le livrait lui-même avec une voiture à cheval.
Il avait beaucoup d'ouvriers. A la maison il y avait pour l'entretien des femmes de chambres, une cuisinière ... Il a monté également une usine de boissons gazeuses. Ils avaient des immeubles. Angelina était considérée comme bourgeoise. Elle a eu un fils unique, Henri Nicol junior, mon père.
Elle est décédée à l'Hôpital Marie Clarac Boul. Henri Bourassa Est à Montréal.

 

Essai sur l'Histoire de la Ville de La Ferté-Macé par Louis Souvray page 60
https://fr.wikipedia.org/wiki/Compagnies_franches_de_la_marine
http://www.cmhg.gc.ca/cmh/image-114-fra.asp?page_id=120

 

Haut de page