ACCUEIL     Les NICOLE        ASCENDANCE NICOLE 

 Le Palais de Nains - The midgets palace
par Jocelyne Nicol
 petite nièce du Comte et de la Comtesse Nicol

 

                                                                                                            Philippe Adélard Nicole et Rose Sémilida Dufresne et leur fils Philippe

Le Palais de Nains
par Jocelyne Nicol
 petite nièce du Comte et de la Comtesse Nicol

Jocelyne Nicol-Quillivic

Ce texte a été écrit en mémoire de Rose Dufresne et Philippe Nicol
Je dédie ce texte à ma grand-maman adorée Angelina Versailles, demie-soeur de Rose Dufresne
et à mon grand-père Henri Nicol senior frère de Philippe Nicol et mon papa Henri Nicol
 

 

Mise à jour le 22 mai 2017


Note :
Cette histoire est véridique. Tout ce qui est écrit est exact. Son titre de Comte est la seule chose de farfelue
mais qui a existé.
 


Philippe NICOLE 12 ans
Gracieuseté de Lise Therrien

Philippe Adélard Nicole est né le 27 septembre 1881 à St Henri de Lévis Qc. Il est le sixième fils d'Alexandre Nicole et de  Joséphine-Philomène Brousseau.
Il est né avec une particularité, il est de petite taille. Il a 2 frères et trois sœurs vivants, tous de taille normale. Ses parents eurent 13 enfants dont 7 moururent en bas âge.
Dès sa tendre enfance, il était remarquablement petit ce qui ne l'a pas empêché d'aller à l'âge de 6 ans à l'école. A douze ans, il quitte l'école de la paroisse et s'engage pour faire des expositions dans les cirques et participer à des vaudevilles. Ce qui rapportent beaucoup d'argent. Il a pu ainsi voyager et apprendre à gérer une fortune qui s'accumulait. Il travailla pour le cirque Barnum and Bailey,
Forepaugh & Sells. Il fit des voyages à travers le monde. C'était un personnage gai et empreint d’une grande volonté de réussite.

Philippe mesurait 83 centimètres soit juste un peu moins d'un mètre.
Il était avant tout un artiste et un clown qui aimait amuser les gens qui l'entouraient mais aussi le public. Selon le Lowell Daily Mail du 22 novembre 1906, il était connu sous  le nom du Nain de McGregorville.
 Il était animé d'un bel esprit et avait toujours la réplique prompte et pointue ! Il était très estimé par ses patrons et chéri par les foules. Il avait le sens du contact et se sentait à l'aise partout. De sa différence de taille il en a fait un atout pour réussir sa vie. C'était un fanatique du déplacement.
 Autodidacte, doté d'un esprit alerte et d'un  intellect prompt, il réussissait dans les affaires.

Nous le retrouvons à Manchester NH USA.
Philippe Nicole est connu du public de Manchester en tant que vendeur de journaux qui pendant plusieurs années a vendu des journaux au coin des rues Elm et de la rue Bridge dans Queen City

 Après trois années il décide de créé sa société "La Firme Philippe Nicol". Son magasin est  au 449 rue Principale au Nord, Manchester et il y rencontre un franc succès. Il y reste quatorze années avant de venir s'installer à Montréal et ouvrir son premier magasin "Le Palais des Nains".
 

 

 


Joséphine-Philomène BROUSSEAU
Gracieuseté de Josée Nicol-Lambert

 Ses parents et frères et soeurs


Alexandre NICOLE
Gracieuseté Henri Nicol

Nom et prénoms

Date et lieu de naissance

Date et lieu de mariage

Date et lieu de décès

NICOLE Alexandre

N : 28/03/1835 St Henri de Lauzon

 

D : 03/05/1925 Concord Merrimack NH USA

x BROUSSEAU Joséphine-Philomène

N : 28/06/1844 Ste Marie de Beauce

M : 04/03/1867 St Bernard de Dorchester

D : 18/01/1916 Goffstow Hillsborough NH USA

...NICOLE Marie-Philomène

N : 12/12/1867 St Henri de Lauzon

 

D : 27/09/1901 Ste Marie Manchester NH

...NICOLE Joseph-Alexandre

N : 17/04/1869 St Henri de Lauzon

 

D : 13/12/1946 Concord Merrimack NH USA

...NICOLE Pierre

N : 25/04/1871 St Henri de Lauzon

 

D : 31/07/1874 St Henri de Lauzon

...NICOLE Joseph-Alfred

N : 01/12/1872 St Henri de Lauzon

 

D : 12/06/1874 St Henri de Lauzon

...NICOLE Joseph-Edouard

N : 03/03/1874 St Henri de Lauzon

 

D : 01/05/1874 St Henri de Lauzon

...NICOLE Marie-Léocadie-Albertine

N : 10/05/1875 St Henri de Lauzon

 

D : 19/03/1952 Concord Merrimack NH USA

...NICOLE Joseph-Ferdinand

N : 12/03/1877 St Henri de Lauzon

 

D : 13/03/1877 St Henri de Lauzon

...NICOLE Marie-Anne

N : 25/01/1878 St Henri de Lauzon

 

D : 30/04/1879 St Henri de Lauzon

...NICOLE Marie-Anna-Attala

N : 24/10/1879 St Henri de Lauzon

 

D : 20/09/1906 Manchester NH Usa

...NICOLE Joseph-Philippe-Adélard

N : 27/09/1881 St Henri de Lauzon

 

D : 26/05/1940 Montréal

...x DUFRESNE Rose-Sémélida

N : 17/06/1888 Lowell Ma USA

M : 21/11/1906 Lowell St Joseph Ma USA

D : 24/10/1964 St Philippe d'Argenteuil

...NICOLE Joseph-Henri,
(mon grand-père)

N : 07/07/1883 St Henri de Lauzon

D : 06/12/1954 Montréal Est

...x BÉLAND Marie Anne Corinne

N : 22/10/1885 Québec St Roch Qc

M : 15/07/1908 St Jean Deschaillons

D : 23/01/1910 St Jean Deschaillons

...x VERSAILLES Angelina,
(Ma grand-mère)

N : 04/06/1898 Lowell USA

M : 07/01/1920 Montréal (Québec)

D : 06/07/1976 Montréal Qc Canada

...NICOLE Joseph-Télesphore-Onésiphore

N : 20/06/1885 St Henri de Lauzon

 

D : 02/11/1886 St Henri de Lauzon

...NICOLE Marie-Anne-Joséphine

N : 01/07/1888 Manchester NH USA

 

D : 10/09/1888 Manchester NH USA

 

Mariage de Philippe Nicol et Rose Dufresne
à Lowell Massachussetts

 

Pendant cette période de succès il décide de se faire appeler "Comte Nicol." Par l'intermédiaire d'un ami, M. Champagne directeur et manager de Louis Cyr  élu " l'homme le plus fort du monde à l'époque ", il fit la connaissance de Rose Dufresne de Lowell MA. 
Rose était la fille de Charles-Grégoire Dufresne et Joséphine Gagnon. Elle-même est de taille lilliputienne. Elle est née à Lowell le 17 juin 1887. Elle a une sœur Alice, deux demi-sœurs Corinne dite Corona et Angélina Versaille.
Après une cour assidue mais courte il demanda la main de Rose à son tuteur Mr Pierre Gagnon père de sa mère décédée Joséphine Gagnon.
La cérémonie de mariage a eu lieu avec faste le 21 novembre 1906 à l'église St Joseph de Lowell. Les heureux époux ont été unis dans le mariage par le révérend père Amyot O.M.I. Ce fut un jour mémorable pour les annales de la ville et de mémoire d’homme il n’y avait jamais eu une si grande foule recueillie comme on l’a vu à cette occasion. Beaucoup de maisons de commerce aussi bien que de nombreuses usines ont fermé leurs portes pendant la cérémonie. Un mariage de deux personnes de petite taille incitait la curiosité.
 

Voir ici parution dans le journal de Lowell


 

   

Le premier magasin du Palais des Nains
rue Rachel est à Montréal
Gracieuseté de Lise Therrien

Le premier magasin du Palais des Nains
rue Rachel Est Montréal
Gracieuseté de Lise Therrien
     


Gracieuseté de Lise Therrien

En 1913, Philippe Nicole qui se fait appeler "Comte"  décide de s'établir à Montréal. Il a recommencé encore dans les affaires et très rapidement son établissement devint prospère.
Ci-dessus les photos de son premier commerce rue Rachel Est.
Philippe Nicole était installé  à Montréal seulement depuis treize ans lorsqu’il a décidé de construire son palais réel sur la rue Rachel.
L'immeuble (le palais ) fut construit à quelques centaines de mètres du parc Lafontaine.
Des cars bondés de touristes venaient d'un peu partout et beaucoup des Etats-Unis.

Ils y vivaient normalement mais c'était aussi leur travail. Rose jouait merveilleusement bien du piano.Mais ce n'est pas exactement de ce que Philippe avait rêvé. Son plus grand souhait était d’ériger son palais au centre du parc de Lafontaine, au milieu de belles pelouses vertes, bassins d'eau douce, allées ombragées, de fleurs colorées. Malgré ses négociations réitérées avec le comité de direction de la ville et du maire de l'époque il a été impossible à parvenir à un accord.

In 1913, Philippe Nicole now known as the "Comte" decided to settle in Montreal. He resumed in business again, and very quickly his establishment became prosperous.  Only in Montréal for thirteen years Philippe Nicole decided to build his own Palace on Rachel Street.

The building or palace was built within a few hundred metres of Lafontaine Park. Crowded tourist buses came from everywhere, and many coming from the United Stat

They led normal lives there, but it was also their work. Rose played the piano wonderfully well .But this was not exactly what Philippe had dreamed. His greatest wish was to build his palace in the center of Lafontaine Park, in amongst the beautiful green lawns, freshwater pools, shaded walkways, and colorful flowers. Despite repeated  negotiations with the City’s Zoning Committee and the Mayor of the time, it was impossible to reach an agreement.

 


   

L'attraction du « Palais des nains » , est pour beaucoup dans le secret de son succès. C'était un véritable musée de miniatures : meubles, appartement, piano.

La maison était décoré de meuble anciens de belle qualité et luxueux.

A gauche, Rose et Philippe soupant dans leur salle à manger

A droite, après le repas, ils se retiraient dans le fumoir ou dans leur salon.

Ils possédaient une horloge grand-père qui est présentement exposée au  "Musée de l'Horloge canadienne" à Deepwater, Ontario.
C'est une horloge à poids, période Berlin à mouvement Pequenat.
 

The secret of his success was the attraction, The Midgets Palace. It was truly a museum of miniatures: furniture, apartment, piano.

The house was decorated in a vintage style of beautiful quality and luxurious furniture.

Left, Rose and Philippe enjoying dinner in their dining room.

Right, after the meal, they withdrew in the smoking room or living room.

They had a grandfather clock which is currently on exhibit  at "The Canadian Clock Museum" in Deepwater, Ontario.

 

Horloge "grand-père"
appartenant à Philippe Nicole du Palais des Nains
961 rue Rachel est à Montréal

Au Musée de l'Horloge canadienne
Deepwater Ontario

 

They had a grandfather clock
which is currently on exhibit  at
"The Canadian Clock Museum" in Deepwater, Ontario.

The weighted clock is of the Pequenat Movement from the Berlin Period

 

                         

Cependant, dans leur "nouveau palais" le bonheur n'était pas complet. Quelqu'un manquait à leur bonheur.
L'héritier tant désiré pendant vingt années est né le 19 septembre 1926. Ils le nommèrent comme son père Philippe Nicol. Il pesait pesait trois livres
et demie à sa naissance. Il est parfaitement constitué, très vif et normal mais sa taille était la même que ses parents. Les médecins qui ont assuré Rose Dufresne-Nicol à la naissance de son bébé par opération césarienne, à l'hôpital de La Miséricorde au coin de la rue Dorchester et de rue St-Hubert à Montréal sont de l'opinion qu'il sera de plus petite taille encore que son père et qu'il ne fera jamais plus de trente-cinq pouces de haut.
Ils étaient les seuls nains dans le monde qui ont donné naissance à un enfant viable à cette époque.

However, in their "new palace," happiness was not complete. Someone was missing from their happiness.

The heir so desired for twenty years was born on September 19, 1926. They named him after his father, Philippe Nicol. He weighed three pounds and a half at birth  He was perfectly formed, very bright and normal but his stature was the same as his parents. Physicians who assisted Rose Dufresne-Nicol in the birth of her baby by caesarean section at the Mercy Hospital on the corner of Dorchester street and St-Hubert Street in Montreal were of opinion that the child would be smaller than his father and that he would never more than thirty-five inches high.

They were the only dwarfs in the world that gave birth to a viable child at this time.

 


 

Naissance de Philippe NICOL junior

 

   

     

   

 Rose Dufresne Nicol et leur fils Philippe
Rose Dufresne Nicol and son, Philippe
 Philippe junior 3 ans avec sa gouvernante et Rose, sa maman
Philippe Jr at 3 with his governess and his mother Rose

Philippe Nicole avec son fils Philippe

Philippe Nicole with his son Philippe

 

                                                                    
 

Philippe Nicol junior a 5 ans

Philippe Nicol Jr at 5

Chambre de Philippe Nicole junior

Philippe Nicol Jr’s room

Tante Rose Dufresne et cousin Philippe Nicol junior
la photo de mon papa Henri Nicol à droite en soldat
Philippe Nicol père et son épouse Rose Dufresne étaient les parrain et marraine de mon père Henri Nicol.

Au mur au-dessus du piano, les photos du père et de la mère
de Philippe Nicole senior:
Alexandre Nicole et Joséphine Philomène Brousseau

Aunt Rose Dufresne and cousin Philippe Nicol Jr featuring a

photo of my father Henri Nicol to the right as a soldier.

Philippe Nicol the  father and his wife Rose Dufresne were godparents to my father Henri Nicol.

On the wall above the piano, the photos of Philippe Sr’s parents,

Alexandre Nicole and Joséphine Philomène Brousseau

 


Henri Nicol sr et Angelina Versailles
mes grands-parents paternels

 
Henri Nicol jr
mon père

 

Philippe Nicol décéda le 26 mai 1940 à l'âge de 58 ans à Montréal.

 

Philippe Nicol died on May 26, 1940
at the age of 58 in Montreal
.

 

               

                     Philippe NICOLE junior et sa mère Rose DUFRESNE-NICOLE

Philippe Nicol junior
eut une vie assez difficile après la mort de son père.
Il décida de faire de la lutte car cela était bien payé et surtout
il n'avait pas la bosse des affaires comme son père.
Les spectateurs adoraient voir des petites personnes lutter.
Il travailla aux Etats-Unis.
 Il est décédé le 6 avril 1992 à Montréal dans la solitude la plus complète.

 

Philippe Nicol Jr

had a difficult life after the death of his father.

He decided to go into the figher’s ring because it was well paid and mainly

Because he did not the business acumen of his father.

The audience loved to see small people fight.

He worked in the United States.

He died on April 6, 1992 in Montreal in the most complete isolation.


 

Philippe NICOLE junior à 15 ans
Philippe NICOLE jr at 15

 Philippe Nicol Jr and his mother Rose Dufresne-Nicole

 
Son épouse Rose Dufresne décèdera le 24 octobre 1964 à St Philippe d'Argenteuil à l'âge de 76 ans.

Rose Dufresne, Mme Philippe Nicole, died on October 24, 1964 at St Philippe d’Argenteuil, QC at 76.

   



Angeline Versaille, ma grand-mère, épouse d'Henri Nicole,
sa demi-sœur Rose Dufresne épouse de Philippe Nicole et Jean Guay à l'été 1942

Note: Angeline et Rose ont la même mère, Joséphine Gagnon
Elles ont mariés les deux frères Nicole, Philippe et Henri

Photo: Gracieuseté de Madame Meroni dit Guay, grand-maman d'Emilie Lamarre

________________________________________________________________________

Angeline Versaille, my grandmother and wife of Henri Nicole with her half-sister Rose Dufresne wife of Philippe Nicole and Jean Guay in the summer of 1942.

Note: Angeline and Rose had the same mother Josephine Gagnon.  They married the brothers Philippe and Henri Nicole.

The photo is graciously on loan from Mrs Meroni dit Guay,
the grandmother of Emilie Lamarre.

Grâce à notre site, nous recevons un jour le courriel d'une jeune dame, Emilie L. qui nous dit qu'elle a des informations pour nous au sujet du Palais des Nains. Vous imaginez notre joie et notre fébrilité !

Son grand-père Jean MERONI dit GUAY habitait juste à côté du Palais des Nains et il s'occupait beaucoup de Philippe junior.

Le comte Philippe lui confiait son fils pour qu'il l'amène faire des tours de poneys au parc Lafontaine et également des promenades en voiture dans la ville. Par la suite, c'est lui qui est son entraineur lorsque Philippe junior devient boxeur et ensuite lutteur professionnel.

Certainement qu'une grande amitié et affection liaient ces deux jeunes hommes.

Regardez bien les deux photos ci-dessous:
 

Un jour, le grand-père d'Emilie se promène avec elle sur une sorte de brocante près du port de Montréal. Et tout à coup, il s'arrête, et s'écrie :"Mais c'est moi ! Sur un très grand cadre, il y avait plein de photos de la famille NICOLE du Palais des Nains de la rue Rachel. La plus grande photon représente Jean Meroni dit GUAY arbitrant un combat de boxe entre Philippe NICOLE junior et un copain. Philippe est celui qui a mis au tapis son adversaire.

Le cadre était mis en vente à $3000.00 !!! Donc, il s'est fait prendre en photo devant pour en garder un beau souvenir. Il est sur cette photo avec son petit-fils Simon.
Ce cadre, sur la photo de gauche est derrière Philippe junior dans leur bureau du Palais des Nains.

A qui appartenait ce cadre ?

Depuis le décès de tante Rose Dufresne, la demi-sœur de ma grand-maman Angeline VERSAILLE-NICOLE, nous n'avons aucun renseignement concernant ce qui est advenu surtout de toutes les photos familiales. Il y avait surtout celles de nos ancêtres, notre arrière-grand-père, notre arrière-grand-mère, les frères et sœurs de mon grand-père Henri NICOLE senior. Le palais des Nains appartenait a un gérant, il a été vendu. Mon père était très malade et était sans nouvelle de Philippe junior qui luttait aux USA. Nous, ses enfants étions trop jeunes à l'époque.

_________________________________________________________________________________________________________________

Through our website we received an email from a young woman, Emilie L, telling us she had information to share on the subject of the Midgets’ Palace. You can imagine our joy and our excitement!

Her grandfather Jean Meroni dit GUAY lived just next to the Midgets’ Palace and he often looked after Philippe Jr.

Comte Philippe allowed M. Guay to take his son on the pony tours of the park and also on car rides through the city.  Subsequently, it was Jean Guay who was trainer to Philippe Jr when he became a boxer and then a professional wrestler

Certainly there was a great friendship and affection between these two young men.

Look closely at the two photos below.

One day Emilie’s grandfather took her on a walk along a sort of garage sale near the Port of Montreal.  Suddenly, he stopped and exclaimed, “But that’s me!”  In a very large frame, there were plenty of photos of the Nicole Family of the Midgets’ Palace, Rachel Street. The largest photo is of Jean Meroni dit Guay refereeing a boxing bout between Philippe Jr and a buddy.  Philippe is the one who put his opponent on the mat.

The photo collage was sold for $3000.00.  It took another photo to save this beautiful souvenir.  Jean Meroni dit Guay is in that photo with his grandson, Simon.

In the original photo collage, to the left behind Philippe Jr, is the Office of the Midgets’ Palace.

Who owned this photo collage?

Since the death of aunt Rose Dufresne, the half-sister of my grandmother, Angeline VERSAILLE-NICOLE, we have no information regarding what happened especially for all the family photos.  The photos were mainly of our ancestors: our great-grandfather, our grandmother, brothers and sisters of my grandfather Henri NICOLE Sr. The Midgets’ Palace was owned by a manager who sold the property.   My father was very ill and was without news of Philippe Jr boxing in the USA. We, his children were too young at the time.


Rose Dufresne Nicole et Philippe Nicole junior dans le bureau de son père

Regarder le cadre derrière Philippe junior et derrière Jean Meroni dit GUAY à droite

 Quelqu'un pourrait nous renseigner où trouver qui est en possession de ce cadre ??? Où nous orienter ?
Nous ne cherchons pas à récupérer quoi que ce soit mais seulement voir et prendre en photo numérique,
les photos de notre famille. Ces photos font parties de notre histoire.
Qui pourra nous aider ???

Qui pourras nous aider à savoir ce que sont devenus les meubles ? simplement savoir ?
Merci


Contactez: Jocelyne Nicol-Quillivic : jocelynenicol@migrations.fr

        
Jean Meroni dit GUAY et son petit-fils Simon

Photo: Gracieuseté de Madame Meroni dit Guay, grand-maman d'Emilie Lamarre

 

Le "Palais des nains" rue Rachel

 

Certains se souviendront surement de cette "attraction" touristique qui avait pignon sur la rue Rachel (entre Boyer et Mentana).  Plusieurs autobus touristiques s'arrêtaient à cet endroit et de très nombreux visiteurs fréquentaient le «Palais des nains».  Cet endroit "inusité"  était entièrement meublé "sur mesure" pour les petites personnes.  L'histoire ne dit pas le rôle exact des policiers en faction devant l'entrée!

Un souvenir !

 

Le palais plus tard a été acheté par Huguette Riou-Bastien,
elle mesurait 3 pieds et neuf pouces .
Les Bastien ont dirigé un hôpital de poupée dans leur palais miniature et il a été décrit dans "Être différent" un documentaire de 1981.
Cependant, cet hôpital de poupée a fermé en 1991.

 

 

 

JOURNAL pour le mariage   

Recherche et transcription  par Marie-Claire Nicol

Courrier de Lowell Daily Mail, jeudi 22 novembre 1906

NICHOLS-DUFRAINE

Un mariage intéressant solennel par Rev. Fr. Amyot, O.M.I., à la chapelle de la paroisse de St Joseph, à Merrimack, hier matin quand Philip Nichols, connu sous le nom de nain de McGregorville a été uni dans le mariage à Mlle Rose Dufresne, une naine habitant à Lowell.

Philip Nichols est connu au public de Manchester en tant que vendeur de journaux , qui pendant plusieurs années a vendu des journaux au coin des rues d'Elm et de la rue Bridge dans Queen City. Sa petite taille était pendant plusieurs années une vue familière à ce moment-là. Il y a trois ans il a décidé d'entrer dans des affaires, et a ouvert un magasin au 449 à la rue Principale, du nord, Manchester, où il a rencontré le succès.

Nichols est français, et était il est né il y a  25 ans à St Henry, P.Q. Il a déménagé sur Manchester avec ses parents quand il était jeune et a toujours habiter dans la ville depuis. Il est allé à l'école de la rue Joseph, à l'école de St Augustine et à l'école de la rue Marie, étant gradué de chacun avec des honneurs. Il mesure seulement 27 pouces de haut, et pèse 80 livres.

La mariée est également une personne de petite taille , sa taille étant de 39 pouces et poids 77 livres. Son âge est de 19 ans.

Elle est une orpheline, son parent plus proche étant son grand-père, Pierre Gagnon de Lowell, qui, avec le père de Philippe Nicole, Alexandre Nichols était l'un des témoins du mariage.

La cérémonie a eu lieu en présence seulement de quelques amis. Après les rites du mariage une réception a été donnée à la rue du 28 Franklin, à Lowell. Le couple est alors allé à McGregorville et une réception a été également donnée au 449  rue Principale du nord.

 

 

Courier-Citizen, Thursday, November 22, 1906, Lowell, Massachusetts

WEDDING BELLS RING FOR MIDGET WEDDING

Rose Dufresne devient la mariée de l'homme le plus petit de Manchester

M. et Mme Philippe Nicole

Les cloches de mariage de Lilliput ont sonné hier pour le mariage le plus remarquable jamais célébré en tout de l'histoire matrimoniale de Lowell.

Cette union  était celle de deux nains, les deux Américains français,qui mesurent à eux deux la taille de 6 pieds 4 pouces, et don le poids additionné est de  - 157 livres

Les héros  sont Philippe Nicole de Manchester, NH, 25 ans et Rose Dufresne, du 28 rue Franklin, de cette ville, 19 ans.

M. Nicole est exactement de 36 pouces de grandeur. Il dit il est sûr qu'il est le plus petit homme au monde. Il a voyagé beaucoup et a vu beaucoup de choses. Sa mariée est sensiblement plus grande, étant de 40 pouces, et il dit qu'il ne pourra jamais exiger que sa « femme plus grande » devrait l'obéir. Il est tout à fait un comique, ce petit Monsieur Nicole.

Le mariage a eu lieu à 7 heures à la chapelle privée de la cure de rue Joseph. Bien que tout effort ait été fait pour éviter la notoriété, les nouvelles « du grand mariage » avait attiré la population et le trottoir était rempli avec des spectateurs devant la cure pour voir la noce arrivée. Promptement à 7 heures la voiture est arrivée et les deux nains ont été soulevés physiquement hors de lui par leurs préposés et déposés sur les marches qu'ils ont fièrement montées bras dessus-dessous.

Le marié le son jour du mariage  était plus resplendissant que jamais. Il portait un une jaquette avec queue de pie atteignant presque ses talons, pantalon noir, et un grand chapeau à la cravate blanche réglementaire et un œillet à la boutonnière.

La mariée avait une robe blanche de soie, avec des rubans de satin, les chaussures et les bas blancs et un long un voile avec des fleurs d' orangers au-dessus de ses cheveux châtain foncé. Elle portait un beau bouquet des roses blanches, presque aussi grand qu'elle  paraissait une mariée particulière avec un charme presqu'enfantin ressemblant  plutôt une fillette faisant sa première communion, plutôt qu'à une femme assez mûre pour le mariage.

Rév. Fr. Amyot, O.M.I., a célébré cette cérémonie de mariage unique, en présence environ d'une vingtaine de parents des deux personnes de petite taille  La chapelle avait été joliment décorée de grands bouquets de fleurs pour l'occasion, et pour chacun des nains, un petit prie-Dieu spécial, et une petite chaise adaptée à leur taille.La cérémonie s'est bien déroulée, tous les deux prononçant le « oui » traditionnel avec une voix élevée et claire. Après le Rev.Fr. Amyot a fait une allocution courte, prolongeant ses meilleurs vœux au petit couple,qui irradiait de bonheur.

Le père de M. Nicole, M. Alexandre Nicole de Manchester, était son témoin, et le grand-père de la mariée, M. Pierre Gagnon, avec qui elle habite,.Le père du marié est un homme grand, tenant presque 5 pieds 11, alors que deux de ses frères, Joseph et Henry Nicole, de Manchester,également présent, sont des hommes de près de six-pieds.

Quand le petit couple est réapparu à la porte de la paroisse après la cérémonie, tout sourire, la foule ne pouvait pas contenir son enthousiasme, et les a ovationné en applaudissant. Elles ont été soulevées physiquement par la taille et pris par Amédée Archambault, qui a eu l'honneur de les conduire autour, au studio  Fontaine pour que l'on puisse les prendre en photo.

Après la prise des photos, le couple est revenu à la maison de la mariée sur la rue de Franklin, où un déjeuner de mariage a été servi. Les deux héros du jour étaient assis à la tête de la table sur de hautes chaises ordinaires, Ceci leur permettant d'être au niveau avec le reste des convives et à la portée des nombreuses plats servis Il n'y avait jamais une plus joyeuse partie de déjeuner

Ce soir une réception aura lieu à la maison de la mariée aux familles des deux côtés. La tante de la mariée, Mme Antoine Dufresne, et sa sœur, Mlle Alice Dufresne, une jolie fille de taille normale, ont aidé M. et Mme Nicole en faisant les honneurs.

Le petit couple partira aujourd'hui pour Manchester, où une réception les attend. Une délégation ira à la station avec une bande de musiciens pour les rencontrer, et joueront une sérénade jusqu'à leur maison. Une grande réception, avec plusieurs centaines d'invités, aura lieu à la résidence de Nicole. La petite mariée, qui est timide et réservée, a un peu peur de toute cette agitation, et aurait voulu plutôt  un mariage plus calme. Son mari, qui est petit un homme gai et vivace, aurait préféré avoir une foule importante ici jusque dans la grande église avec un bon nombre de chants.

La rencontre des deux nains a eu lieu en juin passé tout à fait d'une façon romantique, par J.O. Champagne de cette ville, qui a voulu qu'ils travaillent conjointement sur l'étape de vaudeville sous sa gestion. M. Champagne a dit à M. Nicole un jour : « Philippe, j'ai trouvé une épouse pour vous. Venez à ma maison dimanche prochain et  vous la rencontrerez. » Le dimanche prochain le petit homme est  allé à la maison de M. Champagne, et là a rencontré Mlle Dufresne. L'attraction était immédiate et mutuelle, et la cour a bientôt commencé, d'abord par courrier, puis par des visites fréquentes échangées entre Lowell et Manchester.

M. Nicole avait pendant quelque temps recherché une mariée, mais n'en a pas voulu si ce n'était une fille franco-américaine qui était une naine comme lui. Il n'en voulu aucune autre. Quand il l'eut trouvée, il a débuté sa cour on l'on a compris immédiatement qu'ils seraient bientôt mariés.

Mademoiselle Dufresne a reçu en cadeaux de fiançailles de son fiancé un bel anneau de diamant et un diamant monté sur  la chaîne d'une  montre en or.  

Le marié est très bien au loin, et possède un bazar prospère à Manchester, aussi bien qu'une grande propriété de bloc d'appartements. Il tient son magasin lui-même et est aussi rapide comme un oiseau s'occupant de ses ventes. Il a une plate-forme  construite tout autour en arrière de son comptoir sur lequel il se tient pour attendre les personnes. Sa taille est une source pour lui,  d'une manière d'affaires, centaines de personnes étant attirées au magasin par la curiosité. Il dit qu'il n'y a pas une âme dans Manchester qui compte  60.000 habitants, Qui ne le connaît pas.???  Il dit que son magasin est toujours plein.

Ni l'un ni l'autre  n'a  eu un jour de problème de santé. Ils sont normalement constitués malgré leur taille minuscule. La mariée est parfaite quant à la forme, alors que le seul défaut de son petit mari est ses pieds, qui sont tournés vers l'extérieur. C'est un défaut dans le muscle de sa cheville, disait-il qui l'a empêché de devenir à la taille normale. Car à sa naissance selon lui,  il pesait 14 lbs et était de taille normale. Mais je crois qu'il affabulait beaucoup pour attirer l'attention.Treize enfants étaient nés de ses parents, tous normaux.  Rose Dufresne, son épouse pesait seulement trois livres à la naissance.

Philippe Nicole était né à Lévis, près de Québec en Canada  et il est venu à Manchester il y a 20 ans. Il était alors aussi grand qu'il est maintenant. ses bras et jambes sont comme ceux d'un enfant de quatre ans Il pèse 80 livres et son tour de taille est de 32 pouces..

Il avait l'habitude de porter une canne quand il sortait, ce « grand bâton » mesurant exactement 18 pouces, moitié de sa taille.

Mme Nicole était née à Lowell. Deux autres enfants nés de ses parents étaient de taille normale. Son père et mère étaient également normaux. Elle mesure  40 pouces  et pèse 77 livres. Comme son mari, elle est instruite, parlant et écrivant très bien le français et l'anglais. Elle est allée au couvent de la rue St-Joseph et également aux écoles d'Etat ici aux USA. Ses amis jusqu'à récemment étaient les enfants en bas âge de  12 ou 14 ans. A cause de sa taille elle a été toujours choyée comme une enfant malgré son âge, et elle était également timide avec des personnes plus âgées. Elle est une excellente cuisinière mais surtout une excellente pianiste.

Toute la rue Franklin était hier active, offrant à la petite mariée les félicitations, et des cadeaux en quantité. par des des amis de Lowell, et d'autres cadeaux qui les attendaient par des amis de Manchester. Leur maison sera au 449 rue  Principale,  au-dessus du magasin maintenu par M. Nicole dans Queen's city

 

PHOTOS ayant rapport avec l'histoire de Philippe NICOLE et ROSE DUFRESNE
trouvées sur Internet


 

 

Forepaugh &Sells brothers
1899
Forepaugh & Sells

                         Barnum & Bailey Show au travers des Etats-Unis


Pour s'imaginer comment Philippe voyageait à cette époque !
Incroyable ! et ce n'est pas si loin un peu plus de 100 ans.
Source photo: http://www.elephant.se/location2.php?location_id=1235

Barnum Greatest Show
Affiche originale de 1899

Forepaugh & Sells

Haut de page