Accueil     Accueil du Régiment Histoire du Régiment
Annotations complémentaires
 
Marsal
 
Les Filles du Roy
Filles à Marier Régiment à Fort Barraux Index du Régiment
 
Les Potins du Régiments
 
Actes Soldats Régiment
 
Louis XIV et
La N. France

 
Louis XIV La Guerre de 7 ans Le 47ème Régiment d' Infanterie
Ce régiment semble bien être l' héritier du Régiment de Carignan-Salières.
 Régiment de Lorraine Régiment de Monsieur INDEX MARIAGES FILLES DU ROY
Baron de St Castin Biographie Abbadie/Maslacq
Biographie Bertrand II d' Abbadie Biographie Jean-Pierre d' Abbadie Johan von Balthasar de Gachéo  
 
Navires
du Régiment

 
Etat-major
 
Cie 
Berthier
Cie
La Brisardière
Cie
La Colonelle

 
Cie
Contrecœur

 
Cie 
Dugué

 
Cie
La Durantaye

 
Cie
Dupras

 
Cie
de Chambly
Cie
La Fouille
Cie
La Frédière

 
Cie 
Froment

 
Cie
Grandfontaine

 
Cie
Laubias
  Cie
Monteil

 
Cie
Maximy

 
Cie
La Motte

 
Cie Naurois
 
Cie
Louis Petit
Cie  Rougemont
 
Cie de Saurel
 
Cie
Salières

 
 Cie
St-Ours

 
Cie
La Tour
Cie
de Varenne
s

 

Gardes
de Tracy

 

 

Ce don servira à pourvoir aux frais inhérents au site:
frais d'hébergement, de logistique et de recherches
Même le plus petit don est le bienvenu
Merci à vous.

Convertisseur de devises
http://www.frizou.org/trucs/convertisseur-devises.html
 

 
                                                                                                                                                              Mise à jour du 14 décembre 2014
       Compagnie La Durantaye
    Détaché du Régiment Champbellé à bord du Brézé 

Départ de la Rochelle le 26/02/1664; à bord du Brézé 

Nouveau bateau de guerre, d'une capacité de plus de 900/1200 tonneaux avec à son bord une partie de l' État-major du Régiment  et les 4 compagnies d' infanteries suivantes :
Berthier du Régiment Laillié, La Durantaye du régiment Chambellé, Monteil du régiment Poitou et la Brisardière du régiment Orléans
ainsi qu'un détachement de gardes sous le commandement du Chevalier de Chaumont capitaine et aide de camp.

Il avait pris la mer le 26/02/1664 pour Madère, le Cap Vert, Cayenne, Martinique et Guadeloupe.
Il repart de la Guadeloupe après sa campagne fructueuse qui était de repousser les Anglais de ces territoires, le 15/04/1665 et se dirige vers l'Isle St Domingue
où il a un travail à effectuer, puis repart de cette Isle le 25/05/1665
et arrive à Gaspé ou Percé le 18/06/1665. Ayant un tirant d'eau trop important,  il débarque ses compagnies qui
 seront envoyées sur Québec à bord de deux petits navires loués par Tracy
certainement des navires de pêche qui se trouvaient à cet endroit, puisqu'il est fait mention de ces navires dans les sources Relation et Registre (nommées ci-haut)  Ils rejoindront Québec le 30 Juin.

  Départ de la Rochelle le 26 février1664 
     Départ de la Guadeloupe le 15 Avril 1665 
Départ de St Domingue le 25/05/1665

Il arrive à Percé le 18 juin 1665. Les compagnies sont transférées à bord de 2 navires loués par Tracy pour rejoindre Québec le 30 juin 1665
(Le Cat de Hollande et Le vieux Siméon de Dunkerdam) ; Il s' agirait plutôt de deux navires de pêche présents sur les lieux

Ils rejoindront Québec le 30 Juin.

 

Noms et Prénoms Surnoms Grades
Annotations 
 
Resté en Nouvelle-France après 1668
Olivier  Morel de la Durantaye   Capitaine

Olivier Morel (de la Durantaye)
Né le 17 février 1640 au Manoir de la Chaussée, Le Gâvre,44130 Loire-Atlantique, Pays de la Loire. 
Baptisé le 23 mai 1641 à l'église Notre-Dame du Gouvray de la ville de St Brieuc, 22000; Côte-d' Armor; Bretagne. Ce principe de baptême tardif est une pratique courante dans sa famille.
Fils de Thomas Morel, sieur de la Durantaye et écuyer (escuier). et d' Alliette du Houssay de la ville Le Gâvre.
 
Il reçoit une éducation, comme la plupart des fils de Gentilshommes. A la mort de son père à 14ans et demi, il se tourne vers l' armée et en tant que noble de longue date, il est Cadet. A 22ans en 1662, il obtient la charge d' Enseigne. Puis est nommé Lieutenant dans le régiment de Chambellé. En 1664 il est réquisitionné pour une expédition militaire aux Antilles sous le commandement de Monsieur de Tracy. Douze cies font voilent vers les Iles :  4 Cies du régiment de Navarre, 4 Cies du régiment de Normandie et une Cie de chacun de ces régiments, Chambellé, Orléans, Poitou, Allier. Début 1665 ces 4 Cies suivront Tracy en Nouvelle-France.

Le 10 décembre il est nommé Capitaine de la cie de ... du régiment de Chambellé qui prend son nom, suite à une décision du Roi, qui
l' impose en lieu et place du Sieur de Vuailly, lieutenant à qui la charge devait revenir. Quelle est la raison de cette nomination, le Roi ne donne pas d' explication. En 1683, commandant aux Outavuvia par commission de la Cour; en 1687 Capitaine réformé, en 1694 Capitaine en Canada; la même année Garde-Marine.
 
 En 1668 le Capitaine de la Durantaye retourna en France, mais revint en 1670 .
(Contrat du 14 septembre 1670, notaire Becquet.)  
Il prend pour épouse Demoiselle
Françoise Duquet le 14 septembre 1670 à Québec Voir acte de mariage
(Père: Denis Duquet   mère: Catherine Gauthier)
Elle est née le 7 mai 1645 à Québec, baptisée le 7 novembre 1645. Elle est veuve d' un premier mariage avec Jean  Madry en date du 19/01/1660 à Québec, ( contrat du 03/01/1660, notaire Audouart), couple sans enfants.

Il a obtenu la concession de la seigneurie de La Durantaye 29-10-1672, augmentée 01-05-1693 et 07-05-1696
Il a eu la concession de la seigneurie de Kamouraska 15-07-1674.
Au recensement de 1681, il résidait dans la Haute Ville de Québec, avait 2 fusils et 2 vaches.
En 1687, il reçu du gouverneur Demonville, une place vacante de capitaine réformé, au fort de Michillimakinac. Il fut relevé de son commandement par Monsieur de Louvigny en 1690.
Il fut conseiller au Conseil Souverain 16-06-1703

Décès le 28 septembre 1716 au Manoir de la Durantaye à Québec
Sépulture le 30 septembre 1716 St-Philippe et St-Jacques la Durantaye
Françoise décède le 14.05.1719 à Québec

Ils auront eu 9 enfants dont deux seulement leur survivront.
Enfants
 -Louis-Joseph  Morel (de la Durantaye)
-Françoise Geneviève Morel (de la Durantaye)
Sources:
 Jocelyne Nicol-Quillivic et http://www.cafe.rapidus.net/jefradet/page05h.htm
Olivier Morel de la Durantaye, officier et seigneur en Nouvelle-France, édition Septentrion, de Jean Paul Morel de la Durantaye.
(Tanguay, vol.1, p.443, 402, 219;  Jetté, p.831-832, 749, 392; Drouin, vol.2, p.976; Olivier Morel, D.B.C., vol.2, p.509-510;  Drouin, vol.2, p.976;  Fournier, p.105-106; Séguin, vol.2, p.448;  B.R.H. vol.19, p.266-275;  vol.28, p.97-107 et 129-136;  M.S.G.C.F., vol.86, p.226-240;  Sulte, Hist. vol.5, p.57(1); R.M., p.74; Langlois, p.516)
 

 oui
M. de Vuailly   Lieutenant Aurai du prendre le commandement de cette compagnie.
Source: Courrier du Roi  (Février1666)
 
Non
M. de Saint-Aubert   Lieutenant

Source: Courrier du Roi  (Février1666)
(B.R.H. 1922, p.263; Langlois, p.516)
 

 non
M. de Laubry   Enseigne Source: Courrier du Roi  (Février1666)
(B.R.H. 1922, p.263; Langlois, p.516)
 
 non
Mathurin  Besnard  La Jeunesse  Soldat

Mathurin Besnard ou Bénard dit La Jeunesse :
 Né vers 1644 de Louis et Mathurine Chevay, (Chesnay pour Langlois) de Villiers-Charlemagne, arrondissement de Château-Gontier, évêché d'Angers en Anjou (Mayenne). 
 
Il prend pour épouse en date du 11 octobre 1672 à Québec
Voir Acte de Mariage (Cont. 8, Not. Becquet),
une fille du roi, Marguerite Viard, (Bourbier au recensement de 1681), fille de feu Pierre Viard et de Catherine Lecomte, (ou Marie Noblin, ou Isabelle Noblair pour Jetté), de Brie-Comte-Robert, arrondissement de Melun, archevêché de Paris (Seine-Maritime). 
Elle reçoit le sacrement de confirmation le 11 juin 1681 à Chambly.  Elle apporte des biens estimés à 300 livres et un don royal de 50 livres. 

Avant de se marier avec Mathurin Besnard ou Bénard, un premier mariage avait été annulé avec Simon Daveau, (Cont. 15 octobre 1671, Not. Becquet, à Québec). 
Un deuxième mariage avait aussi été annulé avec Jean-Baptiste Fleuricourt, (Cont. 2 novembre, Not. Becquet à Québec).

Mathurin avait obtenu une concession à Chambly le 15 octobre 1674, et au recensement de 1681, ce couple résidait toujours en la seigneurie de Chambly, possède un fusil, deux pistolets, trois bêtes à cornes et dix arpents de terre en valeur.  
C’est au fort de Chambly qu’il fut confirmé le 11 juin 1681 à l’âge de 29 ans.
Mathurin Besnard ou Bénard décède avant le 20 août 1682, à Chambly. 
Ménage établi au même endroit.  (4 enfants). 

 Devenue veuve, elle se remarie en date du 01/11/1682 à Contrecœur, avec Jean Inard dit Provençal, charpentier, fils de Jean-Antoine Inard et de Catherine Rosière, de Saint-Jean, ville et archevêché d'Aix en Provence (Bouches-du-Rhône). 
Serait-il parent avec Paul Inard dit Le Provençal, soldat de la compagnie Maximy du régiment de Carignan ? 
Jean Inard décède avant le 26 juin 1684 à Laprairie. 
Ménage établi au même endroit.  (Aucun enfant).  

 Devenue veuve pour la deuxième fois, Marguerite VIARD se remarie avec Joseph Serran dit l'Espagnol en date du 25 septembre 1684 à Laprairie. 
Il était le fils de Jérôme Serran et de Marie Reneau ou Renaude, de Sainte-Marie, ville et archevêché de Valladolid en Espagne.
Joseph Serran et Marguerite Viard, seront plusieurs fois accusé de vol et sa femme ira même en prison pour un de ces vols. 
Serran a dû verser une caution pour la faire sortir de cellule.
Marguerite Viard fut inhumée le 27 décembre 1715 à Montréal. 
Ménage établi à Laprairie.  (6 enfants). 

(Tanguay, vol.1, p.49, 315, 547; Jetté, p.81, 586, 1045; Drouin, vol.1, p.107, 685, 1233; Dumas, p.345-346; Landry, p.377; Sulte, Hist. vol.5, p.74 (1); Sulte et Malchelosse, le Fort de Chambly, p.19; R.M., p.107; Not. Adhémar 15 octobre 1673; DBAQ, t1, p.180, t4, p.346-347)

 

 oui
Jean  Delastre Lajeunesse Soldat

Jean Delastre dit Lajeunesse :
Fils de Laurent Delastre et de Françoise Martin De Saint-Nicolas de Calais, diocèse de Boulogne en Picardie (Pas-de-Calais).
Habitant de Neuville, il fut confirmé le premier mai 1666 à Québec.
 
Il prend pour épouse en date du 15 octobre 1669 à Québec, Voir acte de mariage (Cont. 14 novembre, Not. Duquet) Marie Lefebvre, née à Saint-Vivien de Rouen en Normandie, (Seine-Maritime) en 1641, fille du roi apportant des bien estimés à 150 livres et un don du roi de 50 livres.  Elle était la fille de feu Jacques Lefebvre et de Marguerite Canut. 
Elle décède le 8 janvier 1693 à l’Hôtel-Dieu de Québec. 
Jean Delastre décède après le 8 janvier 1693. 
Ménage établit à Neuville. (1 enfant adoptif, Pierre né vers 1615)


(Tanguay, vol.1, p.171; Jetté, p.320; Drouin, vol.1, p.363; Dumas, p.276; Landry, p.336-337; Sulte, Hist. vol.5, p.57(1); Langlois, p.516)
 

oui
Mathurin Ducheron /Duchiron  Des Lauriers  Soldat Mathurin Duchéron ou Duchiron dit des Lauriers 
Originaire du Cher, né en 1633 à Bourges, Fils de Michel et Jeanne Brière dite Brian de la paroisse de Gassa?, en la ville et évêché de Bourges en Berry (Cher). 
Il arrive en Nouvelle-France le 30 juin 1665.  Après le départ des troupes en 1668, il reste au pays et va s’établir en la seigneurie de Bellechasse, puis à l’Île-aux-Grues.
 
Il prend pour épouse en date du 28 septembre 1673 à Québec
 Voir acte de mariage  (Cont. 16, Not. Duquet), Marguerite Roussel, fille de Jean Roussel et de Louise Meni, de Mesnières, ville et archevêché de Rouen en Normandie (Seine-Maritime). Elle apporte des biens estimés à 200 livres. 
Il est enregistré au nom de Luchiron au recensement de 1681, et possédait deux fusils, sept bêtes à cornes et cinq arpents de terre en valeur. 
Mathurin Duchéron ou Duchiron décède avant le 10 novembre 1682, à l'Île-aux-Oies. 
Ménage établi au Cap-Saint-Ignace.  (4 enfants). 

Marguerite Roussel devenue veuve, prend pour second mari en date du 10 novembre 1682 à Cap-Saint-Ignace, Étienne Burel, tapissier, (Pâtissier pour Langlois), fils de Pierre Burel et de Jeanne Vanier, de Saint-Séverin, ville et archevêché de Paris. 
Nous ne connaissons pas la date de décès de Marguerite Roussel. 
Ménage établi à Cap-Saint-Ignace. (5 enfants).
 
(Tanguay, vol.1, p.207, 96; Jetté, p.374, 184; Drouin, vol.1, p.437, (ne dit pas qu’il était soldat), et p. 203; Dumas, p.329-330; Landry, p.366; R.M., p.108; Sulte, Hist. vol.5, p.78(2); DBAQ, t2, p.131, t.1, p.310-311)
 
 oui
Jean Pierre Forgues  Mont-Rouge  Soldat Jean-Pierre Forgues dit Mont-Rouge ou Monrougeau: 
Né vers 1637 de Jacques Forgues et de Catherine Lamolle, de Saint-Jean-Baptiste, ville de Montréal-des-Vivières, arrondissement de Saint-Gaudens, évêché de Comminges (Haute-Garonne) (St-Jean, ville de Montréal-de-l’Aude, diocèse de Carcassonne, Languedoc pour Drouin).

Il prend pour épouse en date du 16 octobre 1668 à Québec Voir acte de mariage (Cont. 30 septembre 1668, Not. Rageot), Marie Robineau, veuve de Jean Robert et fille d'Hubert Robineau et de Marie Mignaud ou Mignard, de la paroisse Saint-Paul, ville et archevêché de Paris, Île-de-France.
Il s’installe en premier lieux, dans la seigneurie de La Durantaye et par la suite va se fixer à Beaumont après 1674. 
Au recensement de 1681, ce couple résidait en la seigneurie de Beaumont et possédait trois arpents de terre en valeur.
Ce couple étant devenu à l’âge d’environ soixante ans et se disant vieux, décide de se donner à leur fils Joseph en date du 30 juillet 1700, moyennant de les entretenir jusqu’à leur mort. Marie Robineau, ne pourra bénéficier de cette entente très longtemps, puisqu’une semaine plus tard, elle décède à l'Hôtel-Dieu de Québec et sera inhumée le 7 août 1700 à Beaumont.  Ménage établi au même endroit.  (6 enfants).
 
 Devenu veuf, il contracte mariage devant le notaire Roger le 24 janvier 1701, avec Jeanne Chartier, veuve de Pierre Rousset. 
Ce contrat n’aura pas de suite.  La même chose ce reproduit, cinq mois plus tard, avec Henriette Cartois, veuve d'André Patry devant le notaire Lepailleur en date du 18 juin 1701. 
Ce contrat sera aussi annulé par la suite. 
Jean-Pierre Forgues décède le 29 et inhumé le 30 mai 1703 à Beaumont, sans s’être remarié. 
 
(Tanguay, vol.1, p.235;  Jetté, p.429; Drouin, vol.1, p.500; Dumas, p.328;  Landry, p.365;  Sulte, Hist., vol.5, p.77(1) ; R. M., p.108;  Not. Rageot, 28 mars 1667; DBAQ, t2, p.245; Langlois, p.516)
 
 oui
Michel  Malet    Soldat

Michel Mallet :
Arrivé en été 1665, décédé à Montréal le 20 février 1667, il avait 30ans

(Jetté, p.758; Langlois, p.516)
(Voir Actes Soldats Régiment (Décès)
 

 Décédé
Jean  Renou / Renouil Deslauriers Soldat

Jean Renou ou Renouil dit Deslauriers :
Baptisé le 25 août 1631 à Saint-Martin de Mézeray, 72270 Sarthe, fils d’Étienne Renou et d’Ambroise BOIRET.
 
Un contrat passé chez Demontreau en date du 8 juin 1659 à La Rochelle, nous indique qu’il était un engagé, comme occupation à son arrivée. 
Il était domestique de Jean Gateau à Lachine.
 
Il prend pour épouse, avant 1681, Louise Garnier, fille de Charles Garnier et de Jeanne Labraye, de Bazouges-sur-le-Loir. 
Elle était veuve d’un premier mariage en date du 16 septembre 1658 à Montréal avec Jean Richard ( 3 enfants) et veuve d’un deuxième mariage avec Jacques Morin en date du 19 septembre 1661 à Notre-Dame de Montréal. 
Au recensement de 1681, Jean Renou était âgé de 60 ans et son épouse en avait 45.  Il résidait au fief de Verdun avec son épouse et cinq des enfants de son deuxième mari.  Il possédait deux fusils, six bêtes à cornes et treize arpents de terre en valeur.
Jean Renou ou Renouil dit Deslauriers, décède après 1688. 
Louise Garnier fut inhumée le 22 août 1698 à Montréal. 

(Tanguay, vol.1, p.979; Jetté, p.979; Drouin, vol.2, p.979; Sulte, Hist., vol.4, p.61 (2), vol.5, p.70 (3); Internet, Pionniers québécois de Sarthe; Not. Becquet, premier juin 1666; Fichier Origine No.243532;
(Aucun indice dans DBAQ, ou Langlois)
 

oui
Pierre  Sauvé Laplante Soldat
Ce Pierre Sauvé, n' est pas Soldat du Régiment de Carignan-Salières.

Pierre Sauvé
dit La Plante,
Fils de François Sauvé (maître tailleur, 1622-1737) et de Marie Malleret (1627-1729).
Il est né vers 1652 ( la même année que Julien Lord) à Libourne, 33500; Gironde; Aquitaine. Il est décédé le 4 Mai 1737 à Ste Anne,
Bout de L' lle, Québec, Canada.
C’est en qualité de soldat de la compagnie de Jacques Dumesny sieur de Noray qu’il franchit l’Atlantique. 
Il dû être cantonné soit au Fort Rémy (Fort Lachine) ou au Fort Rolland, situé sur la côte dite de Lachine. 
Après la démobilisation, Pierre resta au pays et devint cultivateur. 

En date du 27 février 1696, (Contrat 26 février, Not. Poitier), il prend pour épouse en la paroisse Saints-Anges-de-Lachine, Marie Michau, souvent appelé Marie-Renée, Baptisée à Montréal le 18 juin 1677 et confirmée à Lachine en 1688. 
Elle était la fille de Jean Michau, laboureur et de Marie Marchesseault. (Fille du roi et veuve d’Albert Boutin).
(Ces derniers  ont été victimes des Iroquois au cours du massacre de Lachine. Marie Renée Michel serait parmi les 3 enfants qui ont été sauvés du massacre.)   
Témoins à ce mariage, Jean Paré, commandant au Fort de Lachine, Pierre Jamme dit Carrière Marie-Madeleine Michau, sœur de l’épouse et plusieurs autres.

Au moment de son mariage, il était listé comme étant militaire. Il serait ensuite devenu laboureur.

Pierre Sauvé aurait eu 12 / 13 enfants avec Marie Renée Michel.

Le 24 novembre 1698, les pères Sulpiciens lui octroi une terre de soixante arpents en superficie, située au lac Saint-Louis.  (Note : Ce lac est situé au Sud-ouest de l’île de Montréal.  Il s’étant sur 23 Km. et sa largeur maximale atteint 6,5 Km. Il est la continuation du fleuve Saint-Laurent au confluent de la rivière des Outaouais.) 

Du couple Sauvé dit Laplante et Michel, naissent treize enfants, dont:
Pierre-Jacques
24 février 1697 à Lachine,
François-Marie
27 août 1698 à Lachine,
Pierre
9 mai 1700 à Lachine,
Marie-Angélique
, 24 février 1702 à Lachine,
Louis,
12 mars 1704 Bout-de-l’Ile (Ste-Anne-de-Bellevue),
Suzanne
, 20 juin 1705 à Lachine,
Marie-Joseph
, 13 novembre 1707 à Montréal,
Félicité
, 8 avril 1709 Bout-de-l’Ile(Ste-Anne-de-Bellevue),
Charles
, 1712, Antoine, 13 avril 1714, Pointe-Claire,
Anne
, 17 mai 1717 Bout-de-l’Ile(Ste-Anne-de-Bellevue),
Madeleine,
vers 1719.

Pierre Sauvé dit Laplante décède le 4 mai 1737 et est inhumé sous l’église de Ste-Anne-de-Bellevue, âgé d’environ 85 ans.  Son épouse Marie Michau sera inhumée à Ste-Anne-de-Bellevue, le 17 novembre 1750.

Note : On indique souvent le nom de famille de son épouse, soit Michel ou Michaud.  Michel pour Tanguay et Drouin,  Michel ou Michaud pour Jetté et Langlois.  Pourtant il est bien indiqué clairement sur l’acte de mariage, Michau. 
Par contre, sur son acte de baptême elle est enregistrée
Marie-Renée Michel.

Sources

Josiane Bergeron Lord

(Tanguay, vol.1, p.543; Jetté, p.1037; Drouin, vol.2, p.1222;  DBAQ, vol.4, p.332; Généalogie Famille Larocque Couture;  Généalogie Michel-Michau, sur Ancestry .com;)

(Voir Actes Soldats Régiment) (Mariage et Décès)
Nous trouvons sur cet acte une nouvelle énigme
, un nommé Dumesni, Capitaine d'une compagnie du détachement de la marine. Quel rapport avec le régiment de Carignan-Salière.

 
La Musique   Soldat    oui
         

haut de page