Accueil

Généalogies

 

Nicolas SYLVESTRE et Barbe NEPVEU
deux textes

Texte de Rémi Morissette

 
Nicolas Sylvestre, né en 1644 à Pont--sur-Seine, Aube, Champagne-Ardenne,104000 France, premier ancêtre au Canada et fondateur de la famille, vint en Nouvelle-France et se maria à Barbe Nepveu, le 27 août 1667, à l'église Notre-Dame de Québec.

 
Nicolas Sylvestre arrive à bord du de l 'Aigle d'Or de Brouage avec la Compagnie de La Motte à Québec le 17 août 1665. Il était parti de la Rochelle le 13 mai 1665.

L'Aigle d'Or de Brouage, navire du port de 400 tonneaux tirant d'eau chargé 12 pieds non chargé 10 pieds deux ponts, deux gaillards, appartenait au Roy Louis XIV
sous le commandement de Sieur Villepars pour Québec.
Nature des passagers :
200 soldats. Régiment de Carignan : soit les compagnies suivantes,
Grand Fontaine, Salières, La Fredière et La Motte avec le Capitaine Villepars.

Dans les premiers temps de la colonie, les missionnaires et les curés se faisaient toujours un devoir de demander aux mariés, ordinairement arrivés de France depuis peu, le nom de leurs parents et le lieu de leur origine. C'est grâce à cette précaution que l'on connaît aujourd'hui l'endroit de France d'où est venu le premier Sylvestre.
L'on a extrait de ce précieux acte de mariage la note suivante: " Nicolas Sylvestre fils de Nicolas Sylvestre et de Tanche Colson, ses père et mère, de Pont-sur-Seine en Champagne ".

Nicolas Sylvestre arriva jeune au Canada. La première trace trouvée de lui au pays date du 20 mars 1667. Cette trace se trouve aux archives du palais de justice de Québec, dans les minutes du notaire Romain Becquet venu de Normandie en Nouvelle-France en 1663 et nommé en 1665 par la Compagnie des Indes Occidentales, notaire garde notes à Québec.

 Nicolas Sylvestre recevait alors du seigneur Jean Bourdon la concession d'une terre dans la paroisse actuelle de Neuville, c'est-à-dire la Pointe-aux-Trembles de Québec.


Eglise Saint-Martin de Pont-sur-Seine
où fut baptisé
notre ancêtre Nicolas SYLVESTRE
Source photo : Wikipédia, Triboulet

Note :
L'église actuelle ci-contre, est une église romane dont subsistent la tour nord et le transept qui datent du 12ème siècle, agrandie ensuite au 16ème siècle. Elle est surmontée d'une flèche octogonale de style roman haute de 36 mètres qui contient deux cloches, une de 1648 l'autre de 1838
Wikipédia
Cinq mois après avoir reçu la concession officielle de sa terre à la Pointe-aux-Trembles de Québec, Nicolas Sylvestre se jugeait en état de se marier; il était âgé de vingt-trois ans.


Jean Nepveu, le père de Barbe, était venu de Saint-Georges, près de Montaigü, dans l'ancienne province française du Poitou. Il s'était marié à Québec, le 28 janvier 1653, à Anne Ledet native d'Angoulins, dans l'évêché de La Rochelle, en Aunis.
Le 3 décembre 1653, à Québec, Jean Nepveu et Anne Ledet ont fait baptiser une fille Barbe qui épousait Nicolas Sylvestre en 1667.

À l'époque du mariage de sa fille Barbe, Jean Nepveu était propriétaire de cette partie des plaines d'Abraham, à Québec, qu'on appelle aujourd'hui les " Buttes à Nepveu ", en souvenir du premier possesseur. Jean Nepveu, le père de Barbe, était venu de Saint-Georges, près de Montaigü, dans l'ancienne province française du Poitou. Il s'était marié à Québec, le 28 janvier 1653, à Anne Ledet native d'Angoulins, dans l'évêché de La Rochelle, en Aunis.


Le 3 décembre 1653, à Québec, Jean Nepveu et Anne Ledet avaient fait baptiser une fille Barbe qui épousait Nicolas Sylvestre le 20 août 1667 à Notre-Dame de Québec.

"L'an de grâce mil six cents soixante-sept, le vingtiesme d'Aoust, Monseigneur l' Evesque ayant donné dispense de la publication des bans pour bonnes et justes raisons Mre....... a interrogé en cette Église Paroissiale, Nicolas Sylvestre soldat......fils de Nicolas Sylvestre et Tanche Colson ses père et mère de Pont-sur-Seine en Champagne d'une part; Et Barbe Nepveu, fille de Jean Nepveu, et d'Anne Ledet de cette paroisse d'autre part; Et leur mutuel consentement pour luy pris, les a solennellement par paroles de présent conjoints en mariage et leur a donné la bénédiction nuptiale en présence des témoins cognus, Les Sieurs Jean Bourdon, Simon le Febure Angés; Ignace le Gardeur du Ponceau

Transcription : Jocelyne Nicol

Après son mariage, Nicolas Sylvestre alla s'établir sur sa terre de la Pointe-aux-Trembles de Québec. Au recensement de 1681, sa famille se composait de cinq enfants : trois fils et deux filles.

Voici un aperçu des divers contrats passés par Nicolas Sylvestre :

D'abord la concession par le seigneur Bourdon le 20 mars 1667, devant le notaire Romain Becquet.
Vente par Jacques Marié, fermier de la redoute de M. de la Durantaye devant le notaire François Genaple, notaire royal garde notes dans la juridiction de la ville de Québec. Cet acte de vente est daté du 17 avril 1794.
Obligation de Nicolas Sylvestre à Pierre Poire, le 6 septembre 1703, devant le notaire Louis Chambalon.
Vente de Nicolas Sylvestre à André Comptant son gendre, devant le notaire Louis Chambalon, le 1er juillet 1710.
Quittance à Nicolas Sylvestre par Jean Bernardin, devant le notaire Chambalon, le 9 juin 1714.
Enfin, donation de Nicolas Sylvestre à son fils Jean Sylvestre, devant le notaire Louis Chambalon, le 5 août 1714.

Voici les enfants de notre ancêtre et son épouse, tous baptisés à Pointe-aux-Trembles :

NICOLAS, baptisé 10 juillet 1669; marié à Jeanne Labadie, à la Pointe-aux-Trembles de Québec le 23 novembre 1694.
 
MARIE-BARBE, baptisée le 25 avril 1672; mariée à Jean Lesage, le 9 janvier 1686, à la Pointe-aux-Trembles de Québec.
 
LOUIS, baptisé le 26 mars 1673; marié à Élisabeth Labadie, sœur de Jeanne, à la Pointe-aux-Trembles de Québec, le 24 novembre 1698.
 
PIERRE, baptisé le 2 juin 1675; Marié à Marie-Anne Labadie, sœur des deux précédentes, le 8 novembre 1700, à la Pointe-aux-Trembles. Pierre inhumé le 25 décembre 1744 à la Pointe-aux-Trembles
 
ANNE, baptisée le 31 octobre 1679; marié 1ère à Pierre Piché, à la Pointe-aux-Trembles, le 4 novembre 1697; 2e à François Biron, au Cap Santé, le 28 février 1718.
 
ÉLISABETH, baptisée le 23 mars 1681 et inhumée le 16 avril suivant.

FRANÇOISE, baptisée le 22 février 1682; mariée le 12 août 1702 à Laurent Matte.
 
FRANÇOIS, baptisé le 31 août 1684; marié le 15 février 1733, à Marie-Angélique Houde, à Ste-Croix de Lotbinière.

MARIE-JEANNE, baptisée le 5 mai 1686; marié 2e, mariée à Augustin Balard; 3e, marie à Québec à Nicolas Petit; 4e, mariée à Québec le 2 mai 1783, à Vincent Houdar.

JEAN, baptisé le 17 juin 1688; marié le 11 novembre 1715, à Marie-Anne Benoît-Abel, à Deschambault; inhumé à la Pointe-aux-Trembles, le 25 avril 1732.

MARIE MADELEINE, baptisée le 5 sept. 1690.

MARIE-ANNE, baptisée le 13 août 1692; mariée à la Pointe-aux-Trembles, le 18 octobre 1712 à André Content; inhumée le 26 mars 1732, à Champlain.
 
MARIE-THÉRÈSE, baptisée le 19 juin 1694; inhumée le 30 janvier 1695.
 
Anonyme, ondoyé et décédé le 16 novembre 1695.

ÉLISABETH, baptisée le 12 juin 1697.

NICOLAS 2, baptisé le 8 juillet 1699; marié le 16 février 1721, à Marie-Élisabeth Laporte, à St-Pierre de Sorel.
 

Nicolas Sylvestre mourut le 3 mars 1729 à Neuville Comté de Portneuf à l'âge de 85 ans. Barbe Nepveu, décéda un peu plus d'un mois plus tard le 18 avril 1729à Neuville Comté de Portneuf, âgée de 76 ans.

Cinq des six frères Sylvestre restèrent établis dans la région de Québec, surtout à la Pointe-aux-Trembles. Le cadet d'entre eux cependant, Nicolas, quitta cette région pour venir s'établir à l'Ile Dupas.

La famille Sylvestre se trouvera divisée : celle de Pointe-aux-Trembles et celle de l'Ile Dupas. La famille Sylvestre sera nombreuse à l'Ile Dupas et se multipliera dans différents comtés : Yamaska, Bagot et St Hyacinthe ainsi qu'è St Cuthbert. Celle de Pointe-aux-Trembles s'est ramifiée en plusieurs rameaux qui se sont installés à Québec, à Lotbinière et aux environs de Montmagny.

Texte basé sur ce lien : http://www.cssh.qc.ca/jean/test-sylvestre/0001252.htm et Jocelyne Nicol

 
 

Les Sylvestre
Par Rémi Morissette


Les familles qui ont pris pays à Neuville dans les premières années d'existence de Neuville, soit en 1667 jusqu'en 1672. Ces cinq premières années furent déterminantes pour l'existence de Neuville qui avait comme nom "DOMBOURG". Voici une de ces premières familles : la famille SYLVESTRE.

Il faut bien distinguer les deux familles SEVESTRE et SYLVESTRE. La première étant une famille d'imprimeurs qui n'a pu exercer ce métier en Nouvelle-France par refus de Mgr de Saint-Vallier et Pontbriand par la suite, pour des raisons religieuses.

Le premier ancêtre Sylvestre reçoit une concession du seigneur Jean François Bourdon, seigneur de Dombourg, le 20 mars 1667,1 une terre de deux arpents de front sur le fleuve par 40 arpents de profondeur, un peu à l'ouest du village actuel de Neuville. Aujourd'hui, cette terre est occupée par Marius Bédard et Lyse Hardy et aussi par "Le Camping Légaré" et anciennement "Le Motel Légaré". Il recevra le titre officiel de cette concession le 31 mai 1672 des mains du seigneur de Dombourg. Nicolas Sylvestre était probablement un soldat du régiment de Carignan 2, 3 arrivé à Québec en 1665. Il se marie à Notre-Dame de Québec le 20 août 1667 à Barbe Neveu, fille de Jean Neveu et Anne Ledet. Cette famille de Sylvestre porte aussi un nom "dit", soit celui de Champagne.2 Vraisemblablement parce que l'ancêtre vient de cette province française. Nous ne connaissons pas l'année de sa naissance, mais il déclare au recensement de 1681 à Neuville qu'il a 39 ans. De plus, lors de sa sépulture4 à Neuville, on le dit âgé de 85 ans.

Le couple Nicolas Sylvestre et Barbe Neveu eu 16 enfants, tous nés à Neuville à l'exception du premier, Nicolas fils né à Sillery près de Québec le 7 juillet 1769. Ce sont 9 filles et 6 garçons qui constituent la famille puisqu'un des enfants est mort à la naissance. Chose curieuse mais habituelle, un deuxième garçon porte le nom de Nicolas. Cette coutume de nommer du même nom deux enfants découlent souvent d'une situation familiale. Par exemple, un des enfants est décédé et on veut se rappeler sa mémoire, ou encore, le plus vieux est parti de la maison pour une raison quelconque : mariage, départ pour découvrir d'autres contrées etc. Un fait intéressant dans cette famille Nicolas Sylvestre et Barbe Neveu : les trois frères Sylvestre, Nicolas, Louis et Pierre marient4  les trois sœurs Labadie de Neuville, Jeanne, Elisabeth et Anne, en 1694, 1698 et 1700 respectivement à Neuville. Deux des fils, Pierre et Nicolas 2, assureront l'existence du patronyme SYLVESTRE.  Len premier Pierre, aura 14 enfants tous nés à Neuville5 et Nicolas expatrié à Sorel et à l'Ile Dupas aura aussi une grande famille de 15 enfants6 .

L'ancêtre Nicolas Sylvestre au recensement de 1681, possède donc cette terre8  de Neuville sur laquelle il a 1 fusil, 4 bêtes à cornes et vingt arpents de terre mis en valeur. En 1694, il deviendra propriétaire d'une terre de quatre arpents de front sur 40 de profondeur en la seigneurie de Maure ( Saint Augustin), terre qu'il vendra au 3/4 à son fils François le 1er juillet 1710.

A Neuville, aujourd'hui il n'y a plus aucune famille du nom de Sylvestre. Peut-être des descendants existent encore mais sous d'autres noms. Il serait intéressant le cas échéant, que ces personnes se manifestent. Un des Sylvestre s'est signalé au cours des ans à la Pointe aux Trembles (Neuville). En effet, Pierre Sylvestre fut un officier militaire7  d'une compagnie de Neuville en 1721, ce qui est un poste qui nécessite la reconnaissance de ses pairs et concitoyens.

Quatre descendants de cette famille sont membres de la Société d'histoire de Neuville: ce sont Angèle de Val-d'Or, Corinne de Grand-Mère, Jacline de St Cuthbert, et Raymond de Sainte-Monique.

Sources :
1- Greffe des notaires du régime français, tome 2, p.274

2-Dictionnaire biographique des ancêtres québécois, Michel Langlois 2001, tome 4, p.365

3- Le régiment Carignan-Salière, Michel Langlois, maison des Ancêtres, année 2000.

4-Dictionnaire des familles québécoises du Québec, René Jetté, 1983

5- Naissances et baptêmes depuis les débuts jusqu'en 1765, société d'histoire de Neuville, 2002, 2è édition,  André Dubuc et Rémi Morissette

6- Dictionnaire généalogiques des familles canadiennes-françaises, Cyprien Tanguay, 1890, Editions Elisée, 1975, tome 7

7- Le Terrier de la Seigneurie de Neuville 1665-2000, Marc Rouleau, année 2000.