ACCUEIL Les FEMMES de NOUVELLE-FRANCE FILLES DU ROY RÉGIMENT CARIGNAN BASE DE DONNÉES
 

Louise  Guillot
 

par

par  Alain  Dussault et Carmen Fleury Dussault
gencaretal

 

  Demi-sœur de Louis Jolliet (découvreur du Mississippi), Louyse Guillot,  fille de Geoffroy Guillot dit Lavallée et de Marie d’Abancourt qui avait épousé en premières noces Jean Jolliet, a été baptisée (ondoyée) à Château-Richer, le lundi 11 août 1659.  L’acte est inscrit dans le registre de Notre-Dame de Québec.  Son parrain fut : Charles François et sa marraine : Louise Racine, épouse de Simon Guyon.
 
 
 

Acte de Baptême de Louise Guillot

 
 
 

          Le onziesme Jour du moys d’aout mil six cent cinquante

          neuf a esté baptizée par le Révérend Père François Le Mercier

          Louyse guillot fille de geofroy guillot et marie dabancour

          sa femme pour péril de mort et le huitiesme septembre

          ensuivant le susdit p. (père ou prêtre) a suppléé à la dite fille les cérémonies du

          baptême au Chateau Richer. Le parrain a esté Charles fr….

          et Louise Racine femme de Simon Guyon marraine.

 

 
 
 

Au recensement de 1667, elle était domestique chez Simon Guyon. 

Le contrat, passé devant le notaire Paul Vachon le 11 septembre 1672, stipule que Louise Guillot  âgé de 13 ans, consent de prendre pour époux, Mathurin Renaud dit Boisjolly, de St-Laurent-sur-Sèvre, ar. La Rochelle-sur-Yon, évêché Mailezais, Poitou, Vendée, fils de Mathurin Renaud ou Renou dit Boisjolly et de Mathurine Guignard.  C’est à Château-Richer, le 07 novembre 1672, que le prêtre missionnaire François Fillion bénit leur union.

 

 
 

Acte de mariage de Mathurin Renaud dit Boisjolly et de Louise Guillot

 
 
 

             L’an de N. Seigneur Jésus Christ mil six cent soixante

             et douze le septiesme de novembre après les trois publica-

             tions de bans ne s’estant trouvé aucun empeschement j’ay

             recu le mutuel consentement de mariage de mathurin

             Renou fils de mathurin Renou et de déffunte mathu-

             rine guignard ses père et mère habitant de l’isle d’orléans

             et de louise guillot fille de deffunt geoffroy guillot

             et de marie d’abancourt de present fame de martin pré-

             vost le tout passé selon les saintes cérémonies de l’église

              presence de jean cloustier, nicolas huot et de simon guion.

            F. fillons prest. Mission.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Mathurin Renaud dit Boisjolly était arrivé au Canada en septembre 1665 en tant que soldat de la compagnie de Maximy au régiment de Carignan.

Il est décède le 25 décembre 1675 à St-Pierre Île d’Orléans, sans laisser d’héritier.  Sa sépulture a eu lieu le 27 à Ste-Famille Île d’Orléans.  Il était âgé que 28 ans. 

C’est en tant que veuve, que le mardi 28 septembre 1677, elle contracte à nouveau mariage avec Gabriel Gosselin devant le notaire Romain Becquet.  Elle est alors âgée de dix-huit ans.  La bénédiction de leur union a eu lieu le lundi 04 octobre 1677, par le curé de Sainte-Famille de l’Île d’Orléans.  Une dispense du troisième ban leur fut accordée par M. Henri Debernière.

 

 
 

Acte de mariage de Gabriel Gosselin et de Louise Guillot

 

          Le quatriesme jour doctobre mil six cent soixante et dix sept après la

          publication du premier et second ban dispense obtenue du troisiesme

          de Mr de Bernieres grand vicaire de Monseig.er L.Esvesque du

          Quebec sans qu’aucun empeschement nesoit decouvert a la publi

          cation des dits bans dentre Gabriel Gosselin veuf de feu francoise Le

          lievre et de Louise Guillot veufve du feu Mathurin Renou

          dautrepart apres avoir recu leur mutuel consentement je

          prestre Misser en cette Isle de st Laurent sousigne, les ay conjoin

          solennellement par parolle de present mariage en presence de

          honorables hommes Jacques De La Lande, Francois de Chavigny,

          Antoine Gordeau, et Julien Sanson bourgeois de Quebec et

          habitant deladite Îsle.     F. Lamy.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 

C’est alors, qu’elle prend charge du foyer Gosselin et y dépose à son tour deux nouveaux enfants.

Pierre, né le 04 décembre 1678 et baptisé à Ste-Famille, Île d’Orléans, le 08.
Parrain : Pierre Roberge, marraine : Marie Raté, fille de Jacques Raté.
Il avait 03 ans au recensement de 1681
Engagé par le Séminaire de Québec, le 08 mars 1696, moyennant son entretien, son logement et sa nourriture.
Il a épousé Madeleine Garinet à Rimouski, le 01 septembre 1701.
Il est décédé entre le 16 septembre 1728 (mariage de sa fille Cécile) et le 17 janvier 1733 (mariage de sa fille Marie-Josèphe),
fort probablement à Rimouski.
On suppose qu’il est décédé en 1733 avec ses trois fils lors de l’épidémie à Rimouski.

Louis, né le 29 août 1680 et baptisé à St-Pierre, Île d’Orléans, le 08 septembre.
Parrain : Louis Joliet.  Marraine : Marie Niel, femme de Zacharie Joliet.
Il avait 01 an au recensement de 1681.
Il a épousé en 1ière noces, Jeanne-Marguerite Duroy à Québec, le 23 novembre 1711. 
Il a épousé en 2ième noces, Élisabeth Rasset à Québec, le 21 octobre 1748. 
Il est décédé le 06 juin 1756, sa sépulture a eu lieu à Québec, le 07. 

Au recensement de 1681, Louise Guillot a 25 ans, son époux Gabriel Gosselin 60 ans.  Ignace 24 ans – Michel 20 ans – François 18 ans - Gabriel 16 ans - François 14ans - Geneviève 13ans – Jeanne  12 ans -  Pierre 3 ans – Louis  1 an.  Domestiques : Allary 24 ans - François Dubois  14 ans - Marie 8 ans.  Elle demeure sur la terre du fief Beaulieu à Saint-Pierre de l’Île d’Orléans et ensemble, ils possèdent deux fusils pour chasser le gibier, quarante-cinq bêtes à cornes, une ânesse, quatre-vingt brebis, sans compter volailles et cochons et soixante arpents de terre en valeur. Une grange de 80 x 21 pieds pour accueillir le fruit des cultures et les nombreuses bêtes, deux hangars, une bergerie de 30 x 20 pieds, et des hangars sur les autres fermes.

Gabriel Gosselin meurt le 06 juillet 1697.  Depuis sa mort, Louise Guillot qui n’a que 38 ans, se retrouve veuve pour la deuxième fois.  Le 10 juillet, elle fait procéder à l’inventaire des biens par le notaire Charles Rageot et son demi-frère Louis Jolliet fut nommé tuteur des enfants.  Le 18 mars 1698, on procéda au partage.  La maison de Québec est évaluée à 3200 livres.  Les frères Gosselin, du premier lit, (Ignace, Michel, François, Gabriel, François, Jean) décidèrent d’en donner la moitié à leur Belle-mère, selon certaines conditions.  Le même jour, l’aubergiste Pierre Babin loua l’autre moitié.

Trop jeune pour rester seule, elle promet, le 30 août 1698  devant le notaire Louis Chambalon, d’épouser en 3ième noces, Pierre Haimard, de LeMesnil-sur-Oger, ar. Epernay archevêché de Reins, Champagne, Marne,  marchand influent de la ville de Québec et fils d'Étienne Émard ou Haimard et de Martine Hurault.  La cérémonie de déroula à Québec, le 01 septembre.

 

Acte de mariage de Pierre Haimard et de Louise Guillot

 

 
 

Le premier jour du mois de septembre de l’an
mil six cent quatre vingt dix huit et apres avoir obtenu
la dispense des trois bans de mariage de Monseigneur de la
colombiere grand archidiacre et grand vicaire de Mgr
l’illustrissime et reverendissime évesque de quebec par un billet signé
de  sa main d’entre pierre haidemars fils destienne
haidmars et de martine huraut ses pere et mere de la
paroisse de mesny de l’archevesché de Reins d’une part
et de louise guillot veufve de feu gabriel gosselin de cette
paroisse et évesché dautre part et ne settant decouvert
aucun empeschement Je francois Dupre curé de quebec les ay
marié selon la forme prescritte par nostre mere 
sainte
eglise en presence de Mrs de la lousiere Jolliet frere
de lépouse de louis Jolliet son fils  des Sieurs Fromage de Jean
du breuil lesquels ont signé avec l’époux l’épouse a
declaré ne scavoir signer

Haimard             Joliet             deLaLousière

Fromage             Du Breuil             F dupré .

 

 
 
 

On découvre par la suite que Pierre Haimard est chargé d'affaires entre les marchands d'ici et ceux de Tours et de La Rochelle.  De 1704 jusqu’à sa mort, il est aussi juge prévôt de la Seigneurie de Notre-Dame-des-Anges.  Du  22 novembre 1706 à juillet 1710 il est substitut  du procureur général au Conseil Souverain.  Le   10 novembre 1707 il obtient la Concession de la seigneurie de Paspébiac.  Le 13 mai 1709, il achète la seigneurie des Monts-Louis aux héritiers de Nicolas Bourlet, marchand bourgeois de Paris (concession avant 1702).  Au recensement de 1716, à la basse-ville de Québec, Pierre Haimard avait 50 ans et 3 domestiques: François Valade, un Anglais et un jeune Noir de 10 ans.  Le 28 juillet 1723, il fit don de la moitié de Paspébiac et des Monts-Louis, à son beau-fils Louis Gosselin. Il décéda à Québec, où sa sépulture a eu lieu le 12 septembre 1724.  Louise lui survécut. 

Au recensement de 1744, elle avait 86 ans.

 

 

Haut de page