Accueil   Navires de Granville Navires de St Malo Dictionnaire de la Marine
   Marins et Corsaires Derniers passagers de Granville pour Gaspé Navires ancêtres Pêcheurs et marins Nouvelle-France
  "Les derniers passagers de Granville pour Gaspé"
             
de Pierre Provost adapté et complété par Bernard Quillivic
              Pierre Provost                          Bernard Quillivic

       En cette fin d' hiver, début de printemps 1755 , alors que la pêche sur les côtes françaises venait déjà de commencer, les Morutiers de Granville se préparaient à partir affronter les vagues de l' océan Atlantique. En approchant des côtes de Terre-Neuve, naviguer à vue jour et nuit pour éviter les magnifiques icebergs, quelques fois plus impressionnants  que le Mont Saint -Michel lui-même par leurs tailles et leurs dimensions . Il faut éviter aussi les bateaux ennemis qui même en tant de Paix cherchent toujours à s' approprier les lieux de pêches des Français.  Car cette pêche est l' enjeu d' une lutte acharnée entre les différends pays concernés ( Angleterre , Pays-Bas , Espagne , Portugal  etc..) les bénéfices ramassés par cette pêche sont très importants. Il n' était pas rare de voir des navires de l' Escadre Française protéger les morutiers sur les lieux de pêches .

La guerre dite de 7 ans 1756/1763 mais qui débuta officieusement en 1754  et qui mit fin à la présence française en Nouvelle-France en était à ses prémices. Et les combats qui avaient déjà eu lieu se passaient à l'intérieur des terres et n'inquiétaient aucunement les pêcheurs de Granville. Entre autres combats  qui eurent lieu ceux de : Youghioghenny (Fort Nécessité) du 27/28 mai 1754, (victoire française), l'arrivée d' un renfort de troupe Anglaise en Virginie le 14 avril 1755 avec le colonel Braddock , 2 régiments .mais surtout la bataille des Grands Bancs près de Terre-Neuve ou L' Escadre Française  venu ravitailler Québec fut attaquée sans déclaration de guerre et perdit 2 bâtiments au mains des Anglais de Boscawen  : L'Alcide avec 360 soldats a son bord et le Lys ; cette bataille eu lieu le 6 juin 1755 tout comme la prise du fort Beauséjour qui eu lieu du 14 au 16 juin. Mais à ce moment-là les morutiers étaient déjà sur place ou en mer.

.Preuve en est que les offres de contrats de pêche des Sieurs Cadet, Mahiet, Révol et autres faites aux Normands de Granville et alentours reçurent ces années-là, 1754 et 1755, un accueil des plus favorable. Près de 150 pêcheurs de Granville et des petits villages avoisinants répondirent favorablement à ces offres et embarquèrent comme passagers à bord des navires de pêches.
 

 
                                     La Baie de Gaspé                                             Le Poste de Révol

Ils s'embarquaient à bord des navires au détriment des marchandises qu'auraient pu embarquer ceux-ci. Ce ne fut qu'à partir de juillet 1755  avec la déportation des Acadiens qu'ils eurent une connaissance réelle des évènements en cours. Mais ils finirent leur pêche et ce n'est qu'en 1756 et 1757 que pratiquement aucun d'entre eux ne revinrent pêcher en ces endroits.

Granville en 1700, n'était pas un port à proprement parler. C'était simplement un havre protégé des vents d'est, de nord, et de noroit par la presqu'ile rocheuse qui porte la Vieille Ville et des vents d'ouest et de suroit par une ancienne jetée en pierre sèche de 150 mètres de long dont l'origine remonte à François Premier. Cette jetée était d'ailleurs insuffisante en particulier lorsque soufflait le suroit. En 1750, on l'a doubla un peu au large, par une sorte de digue isolée appelée "Le mole détaché". Ce mole fut réuni à la terre ferme en 1827 et forme la grande jetée actuelle où jetée ouest.
Nous vous conseillons ce site pour en savoir plus sur Granville :
Marins Granvillais

                                            Granville en 1660                                   Granville en 1780
 
Photos : avec l'aimable autorisation de Madame Micheline Chuinard "Collection privée Jean Chuinard"

C'est donc dans cet endroit, que venait s'armer et se désarmer tous les navires de pêche normand que ce soit le long de la côte française ou pour la pêche à la morue, au Banc et sur les côtes de la Nouvelle-France. Il n'y avait pas de navires de commerce proprement dit à Granville si on exclut le commerce de la morue bien entendue.
Ces morutiers outre le sel pour la pêche embarquait bien quelques marchandises qui leur était nécessaire pour leur séjour durant la pêche ainsi que pour aider les habitants de la côte lorsqu'il allait sur la côte de Gaspésie.

Il est d'ailleurs marqué ceci, sur "Le port de Granville des origines à nos jours" publié aux Etudes Normandes ":

"Ils vont en partant de Granville prendre leur sel à l'Ile de Ré pour saler le poisson sur le banc.

Pour les autres qui font la pêche sur la côte de Gaspésie, ils vont prendre leur sel à St Malo lorsqu'il n'y en a point à Granville. Ils emmènent également les chaloupes pour la pêche.
ceux qui vont à Gaspé où il s'est établi quelques habitants y portent des vivres. "

C'est donc dans ce havre de paix qu'est Granville durant l'année 1755 que ce sont croisés en armement et désarmement plus de deux cents navires. Et que près de 6000 matelots/marins/pêcheurs habitèrent à Granville et aux villages alentours ; St Pair , St Planchers, Les Biards ,La Haye-Penel , Vézins ect... .Parmi ces navires on voit Le Prudent, La Revanche, La Notre-Dame d'Olive, Le St Sébastien etc. Ces navires jaugent entre 50 à 300 tonneaux et se composent d'équipages qui vont de 15 à 150 matelots.

 Le premier bâtiment à partir pour les côtes de la Nouvelle-France en ce début de printemps, est :
Le Prudent* commandé par François Raciquot. Il quitte la baie le 6 mars 1755 pour les Bancs avec un arrêt à Gaspé pour y débarquer ses passagers.
Il n'arrivera à Gaspé que le 18 mai 1755 soit après 73 jours de traversée en comptant son arrêt pour le sel. Il fera sa campagne de pêche pour ensuite en septembre, se diriger sur les Antilles puis la Méditerranée, Marseille en février avec un changement d'une partie de l'équipage, puis Gênes, les côtes italiennes et retour à Granville le 3 décembre 1757. Il y a à son bord 25 passagers pour Gaspé. C'est un morutier de 4 ans construit en 1751 à Granville appartenant au Sieur Clément de Granville jaugeant 202 tonneaux avec un  tirant d'eau chargé de 13 pieds non chargé 11 pieds deux ponts et un gaillard. L'équipage est composé de 83 hommes présents au rôle dont 8 officiers, 40 matelots inscrits dont seulement 38 embarquèrent au départ 30 novices et 7 mousses.
 
Il fut suivi par 24 autres morutiers de toutes tailles dont 12 avec des passagers ( voir liste des navires) soit 132 passagers qui débarqueront à Gaspé. C' est le dernier contingent d' émigrés français qui débarquera en Gaspésie de toute l' histoire de la Nouvelle-France. Plus aucun autre morutier n' osera s' aventurer dans ces eaux jusqu' au Traité de Paix de 1763. Ils craignaient de subir le sort du** Montaigu , du Bontemps et du Thétis :

Les pêcheurs arrivés de Granville à Gaspé ou sur les autres lieux de pêche remplirent leur contrats  jusqu'à la date fixée soit le 25 août pour certains et début septembre pour d'autres. Puis ils descendirent sur Québec, Château Richer pour y passer l'hiver et se préparer pour la prochaine saison. Ils en profitèrent pour préparer leur installation au Québec.

C'est début 1756 que Révol fut nommé Vigile de Gaspé et s'y vit confier le commandement de la milice (120 hommes) que lui avait envoyé Vaudreuil et Bigot.
Il y adjoignit tous les pêcheurs sur place. C'est ainsi que le premier novembre 1756, il repoussa avec 200 hommes une attaque anglaise. Il perdit quelques hommes aux mains des Anglais et vit ses installations et une grande partie de ses réserves détruites. Il passa donc l'hiver 1756/1757 dans un état de disette très important et nombre de miliciens et pêcheurs quittèrent les lieux.

Dès la navigation ouverte les pêcheurs regagnent leur poste soit par leur propre moyen ou à bord des goélette de Cadet, Mahiet ou Révol. Ils emmenèrent le matériel de pêche et leurs vivres de Québec. Les goélettes, leur déchargement fait, reprennent ensuite leur navette entre les lieux de pêche et Québec, avertissant de la même manière les sieurs Vaudreuil, Bigot et autres...

D'autres navires également circulaient en cette période malgré la menace, navires de commerce de Bordeaux, La Rochelle en direction de Québec

 *Il ne faut pas confondre le Prudent de Granville 202Tx avec celui de Bordeaux 240Tx ou encore avec celui de L'escadre de 1758 1500Tx et 74 canons.

**"Le Montaigu de Granville 240tx sous le commandement de François  Pérré après sa pêche terminée et son passage aux Antilles faisait route sur Marseille et la Méditerranée,  lorsqu'il fut arraisonné par la Frégate " La Fortune" commandé par le Milord Méliysden,  intercepté
le 11 décembre 1755 où  il fut emmené à Gibraltar le 13 du même mois

Le Bon temps de Granville 200 Tx sous le commandement de Jacques Gérard Barurie fût également intercepté sur le retour le 20 octobre1755.

Le Thétis de St Malo 250 Tx sur le retour également vers Marseille commandé par Jacques Blondel fut capturé le 24  décembre 1755 et conduit à Plymouth.

Voici les Morutiers de Granville venus en 1755 .

Navires Destination Date de départ Passagers Date de Retour

Le Prudent

Gaspé

06/03/1755

       25

R: 03/12/1757

La Revanche

Gaspé

07/03/1755

       21

R:01/01/1756

Notre Dame D' Olive

Bancs

07/03/1755

         6

R: 25/10/1755

La Grace de Dieu

Gaspé

07/03/1755

       17

R: 29/12/1755

Le Vainqueur

Gaspé

10/03/1755

 

R: 09/12/1755

L' heureuse Union

Gaspé

12/03/1755

         6

R: ?

Duc du Luxembourg

Gaspé

12/03/1755

         7

R: ?

L' Astrée

Gaspé

13/03/1755 

         4

R: ?

L' Elizabeth et Marthe

Gaspé

13/03/1755

 

R: ?

Le Bon temps

Gaspé

14/03/1755

      14

R: Pris par l' Anglais le  20/10/1755

Le Jean-Alexandre

Gaspé

15/03/1755

        7

R: ?

Saint François

Gaspé

20/03/1755

 

R: 05/11/1755

Le Marie Anne

Gaspé

20/03/1755

Des débarqués     

R: ?

La Marie Céleste

La Grande Baie

25/03/1755

        1

R: 17/01/1756

Le Minerve

La Grande Baie

28/03/1755

 

R: 05/02/1756

La Providence

Gaspé

02/04/1755

        2

R: ?

Le Constant

La Grande Baie

14/04/1755

 

R: 03/12/1757

Jean de Grace

Le petit Nord

21/04/1755

Des débarqués   

R: 03/12/1757

Le Montaigu

Le petit Nord

22/04/1755

Des débarqués   

R: Pris par l' Anglais le  11/12/1755

L' Intrépide

Le petit Nord

22/04/1755

Des débarqués   

R: 31/12/1757

Le Joseph

 

 

Des débarqués   

R:

Le Mentor

 

 

Des débarqués   

R:

La Favorite

Gaspé

11/03/1755 

       22

R:23/12/1755

Voici la liste des passagers en provenance de Granville et villages alentours débarqués cette année là .

Noms Lieux Age et stature à bord du Navire Noms Lieux Age et stature à bord du Navire  
Louis  Anctin La Haye Penel 55 petit noir  Le Prudent François  Aubu Les Biards 23 moyen châtain Le Prudent                    
Jacques Bourgeois St  Pair 21 moyen noir  Le Prudent             Jean  Besnier Granville 47 petit noir   Le Prudent 
Claude Avril St Planchers 36 moyen châtain  Le Prudent  François  Bourgeois St Pair 38 moyen noir   Le Prudent          
Nicolas  Bry St  Pair 43 moyen noir  Le Prudent     Guillaume  Chenel Les Genêts 55 moyen gris Le Prudent
Jean  Chenu St  Pair 38 moyen brun  Le Prudent Thomas  Ducher Vézins 19 petit châtain  Le Prudent
Jacques  Garnier Biards 18 petit châtain     Le Prudent Jacques  Gentil St Pair 31 petit châtain  Le Prudent
Jean  Hige St Jean le Thomas 17 petit châtain   Le Prudent Jean de Lantainne Virey 24 moyen châtain  Le Prudent
Nicolas le Gentil St  Pair 45 moyen noir    Le Prudent         Pierre  Lenoir St Pierre-Langer 19 moyen châtain Le Prudent 
Charles le Norais St  Pair 20  Le Prudent   Jean  Leroy Vézins 20 petit noir  Le Prudent
Pierre le Sénéchal Les Biards 27 haut châtain Le Prudent François le Vallois Biards 21 petit châtain  Le Prudent
Jean  l' Hôte St Aubin 40 moyen châtain Le Prudent Jacques  Malzard Bouillon 22 moyen blond Le Prudent 
Julien  Noury Les Genèts 35 petit noir Le Prudent Joseph  Richard St  Pair 20 moyen châtain Le Prudent 
Julien  Vielle Les Biards 20 moyen châtain Le Prudent            
 
François  Binet Avranches 45 petit châtain La Revanche Jean Honton Les Biards 22 petit noir  La Revanche  
Jean Baptiste  Caruel Les Biards 20 moyen châtain La Revanche René  Beller   27 moyen noir  La Revanche  
Etienne de la Lande Carole 28 moyen châtain La Revanche Georges Galan La Rochelle 36 petit brun La Revanche  
Etienne  Ballais La Rochelle 30 petit noir La Revanche François Crétien Avranches 25 moyen châtain La Revanche  
Michel le Chevalier La Mouche 30 petit noir La Revanche Charles François Graverend St Martin 20 moyen châtain La Revanche  
Jacques Benoist Champeaux 15 petit châtain La Revanche Julien  Porin Champeaux 18 moyen châtain La Revanche  
Nicolas  Fortin Vire 19 moyen châtain La Revanche Charles  David St Bric 19 moyen châtain La Revanche  
Pierre  Hérouard Thibou 21 moyen châtain La Revanche Jean de la Lande Carole 19 petit châtain   La Revanche  
Pierre  Vienne Carole 22 moyen châtain La Revanche René  Lalalle Bouillon 20 moyen châtain La Revanche  
Pierre Lavallé Mont-Pinson 21 moyen brun La Revanche    Robert  Chauvin Cric   ? 18 petit noir   La Revanche  
Bertrand  Plaine La Rochelle 21 moyen châtain La Revanche        
 
Nicolas  Lair Cambernon 17 haut blond La Notre-Dame d' Olive Georges  Jugan Coutance 18 moyen châtain La Notre-Dame d' Olive
Jean Duprés Percyé 20 moyen châtain La Notre-Dame d' Olive Jean de la Rue Lolis 18 moyen châtain La Notre-Dame d' Olive
Ursin de la Rue Lolis 28 moyen noir   La Notre-Dame d' Olive Antoine  Babouin Avranches 23 moyen châtain La Notre-Dame d' Olive
 
Jean de la Fosse Granville 17 ans   La Grâce de Dieu Georges Mandille Angre 44 petit noir   La Grâce de Dieu
Jean  Etone Hudimesnil 18 petit noir La Grâce de Dieu Louis  Dunil Ronton 20 petit noir  La Grâce de Dieu
Georges  Maillard St Jean Thomas 20 petit noir    La Grâce de Dieu Guillaume  Halbor St Pair 20 petit noir  La Grâce de Dieu
Jacques le Chevalier Granville 15 ans      La Grâce de Dieu Michel  Coupard Carolle 15 petit noir La Grâce de Dieu
François Jean Mont Carville 22 petit châtain La Grâce de Dieu Guillaume  Etas Marigny 30 moyen châtain  La Grâce de Dieu
Jacques  Bétille St Pair 30 haut noir    La Grâce de Dieu Nicolas  Bétille St Pair 24 petit châtain  La Grâce de Dieu
Henry  Rochefort Bouillon 40 moyen noir La Grâce de Dieu Claude  Rochefort Bouillon 23 moyen châtain La Grâce de Dieu
Jean  Mazier Avranches 45 moyen noir La Grâce de Dieu Joseph  Méniger Bouillon 20 moyen châtain La Grâce de Dieu
Sébastien  André Dassilly 18 petit blond La Grâce de Dieu        
 
Clément  Chestel Granville 27 petit châtain L' Heureuse Union Jean du Chesne Bouillon 37 moyen châtain L' Heureuse Union
Michel  Guérin Avranches 20 moyen châtain L' Heureuse Union Gabrielle Titon Avranches 18 moyen châtain  L' Heureuse Union
Jean Le Perchois Bouillon 20 petit noir L' Heureuse Union François  Huvé Lavranche 29 moyen châtain  L' Heureuse Union
 
Jacques Massée Les Biards 25 moyen châtain Le Duc du Luxembourg Jean  Hérou Les  Biards 20  petit  noir Le Duc de Luxembourg
Jean le Sénéchal Vésin 20  petit  châtain Le Duc de Luxembourg Pierre  Lainé Vésin 24  petit  noir Le Duc de Luxembourg
François  Nicolas Ducé 25  moyen  châtain Le Duc de Luxembourg Pierre le Sénéchal Vésin 28  petit  châtain Le Duc de Luxembourg
Etienne le Vieux Vésin 24  petit  blond Le Duc de Luxembourg        
 
Pierre  Abraham Chateaudré 18  petit  Châtain L'Astrée François le Tellier Chateaudré 18  moyen  châtain L'Astrée
François  Torel St Michel des Loups 38  moyen  brun L'Astrée Jean  Terne St Michel des Loups 23  moyen  brun L'Astrée
 
Nicolas  Baze Granville 56  petit  noir Le  Bontemps Thomas le Thorel Boisroger 38  petit  noir Le  Bontemps
Robert le Thorel Boisroger 30  haut  châtain Le  Bontemps Jean le Thorel Boisroger 25  moyen  châtain Le  Bontemps
Toussaint  Charuel Bievre 26  petit  noir Le  Bontemps Noël le Thorel Boisroger 30  petit  noir Le  Bontemps
Pierre  Mateus Avranches 21  moyen  brun Le  Bontemps François  Forcené Marcé 20  petit  blond Le  Bontemps
Guillaume  Allain Marcé 20  petit  noir Le  Bontemps Julien  Porée .......... 19  petit  noir Le  Bontemps
Jacques  Bouin St  Pair 17  petit  noir Le  Bontemps Michel  L'Ormeaux Granville 40  petit  brun Le  Bontemps
François  Ollivier Vire 18  moyen  noir Le  Bontemps Jacques le Loutre Vaudremenil 23  moyen  blond Le  Bontemps
 
Michelle  Banville Bouillon 45  moyen  châtain Le Jean Alexandre Pierre  Bonver Bouillon 22  petit  châtain Le Jean Alexandre
Louis le Roux St  Pair 22  moyen  blond Le Jean Alexandre Jean  Banville Bouillon 16  moyen  châtain Le Jean Alexandre
Jacques  Bataille Bouillon 21  moyen  châtain Le Jean Alexandre Michel  Jolie St  Pair 35  moyen  noir Le Jean Alexandre
Jean des Touches Granville 34  moyen  châtain Le Jean Alexandre        
 
Bruno le Geur Granville 16  petit  brun La  Marie Céleste        
 
Julien  Rochefort Bouillon 19  petit  brun La  Providence Charles des Feux Pas 24  petit  brun La  Providence
 
Flambard Granville 44  moyen  châtain La  Favorite Jean  Daniel Granville 50  petit  châtain La  Favorite
Robert  Niel Granville 37  petit  brun La  Favorite Julien  Beaumont Granville 52  moyen  châtain La  Favorite
Julien  Poulain Grand  Celan 26  moyen  noir La  Favorite Jean  Gosse Barfleur 15  petit  blond La  Favorite
Nicolas Closet St  Pair 45  moyen  châtain La  Favorite Jacques  Gentil St Pair 36  moyen  châtain La  Favorite
Pierre  Barré La Rochelle 35  moyen  châtain La  Favorite Joseph  Nicole St  Pair 26  petit  châtain La  Favorite
Jacques  Prier St  Pair 21  moyen  châtain La  Favorite François  Bourgeois St  Pair 17  petit  châtain La  Favorite
Jacques  Posné St  Pair 17  petit  châtain La  Favorite François le Roy St  Pair 17  petit  châtain La  Favorite
Jacques  Eulin N.D.de Cresnay 19  moyen  châtain La  Favorite Guillaume le Gras St  Pair 17  petit  noir La  Favorite
Jean  Fouché Brassé 14  petit  blond La  Favorite Julien  Bestille St  Pair 22  petit  noir La  Favorite
Gabriel  Hébert Sens 36  petit  brun La  Favorite Jean  Canivet Vains 28  petit  noir La  Favorite
Pierre  Louis Genest 21  petit  noir La  Favorite Jean Baptiste Duquesne Maupertuis 23  moyen  noir La  Favorite
 
Il ne faut pas oublier que de nombreux bateaux  débarquaient des membres d' équipage .Il est possible que certains de ces matelots soient restés en Nouvelle-France . Pour plus de détails rendez vous sur  les navires aux départ de Granville en 1755.
  En 1757,suite à l' attaque Anglaise du 1er novembre 1756 ( voir la guerre de 7 ans) ou Révol et sa milice repoussèrent l'assaut , subissant des pertes humaines aux mains des Anglais mais surtout une destruction massive de ses installations et de ses réserves, ce qui entraina une disette importante et le départ de nombreux pêcheurs vers Québec. Ainsi  de même que celles des familles déjà  installées qui retournèrent vers Québec.

Voici les deux courriers envoyés par Vaudreuil au Garde des Sceaux en France au sujet de Gaspé et du Sieur Révol :

                                                                                                                                                        Montréal le 19 avril 1757
                                                                                                                                                        Monsieur de Vaudreuil

                                                                                                 Monseigneur

                      Quoique je sois bien persuadé que fur les représentations que j'ay eu l'honneur de vous faire par une lettre du 3 novembre, au sujet du poste de Gaspé, Le Roy se sera décidé a y faire rendre des forces en prime capables d' empêcher les Anglais de s'en rendre maitre, néanmoins  j'y  ferai passer dès l'ouverture de la navigation quelques petits secours pour mettre le Sieur Révol en état de s'y maintenir ou du moins d'opposer aux Anglais Quelques résistances. Il y a hiverné pour être plus a portée de conserver le peu de forces qu'il y a rassemblé en étant impossible de luy en procurer d'autre. Il a éprouvé une disette extrême de vivres ce je doute fort que la quantité que je luy en enverray en prime soit suffisante. Je luy donneray les mêmes ordres que l'année dernière et je prévoyrai aux expédients les plus praticables pour tendres des pièges a l'ennemi . Je suis fondé a croire , d'après le rapport des prisonniers et déserteurs feront de bon printemps leur possible pour s'établir a Gaspé. Cela doit naturellement être leur premier et principal objet , mais les circonstances de la disette de vivres ou nous nous trouvons ne nous permettent pas quand a présent d'y envoyer d'autres secours.
           Le Sieur Révol fera de son mieux  pour la défense de ce poste , il y est obligé pour la conservation  de son propre bien , et les pertes qu'il y fit l'année dernière ne doivent pas peu contribuer a ranimer son zèle.
                Cependant je ne puis vous répondre de rien et je dois avoir l'honneur de vous réitérer , qu'il est a désirer que vous ayez bien voulu prendre des arrangements pour la sureté de cette partie , de l'aquelle dépend celle de la colonie.

                                                                        Je suis avec un très profond respect
                                                                                                                   Monseigneur

                                                                                                                                            Votre très humble et
                                                                                                                                            Très obéissant serviteur

                                                                                                                                                                                     Vaudreuil

 
     
                                                                                                                                              Montréal  le premier  juillet 1757
                                                                                                                                                                       M. de Vaudreuil

                                                                                                         Monseigneur

         Par la lettre que j'ay eu l'honneur d'écrire a M. le Garde des sceaux le 19 avril j'ay eu celuy de l'informer que j'étais fondé a croire que les anglais feront leur possible pour s'établir a Gaspé mais nous ne pouvions envoyer d'autre secours au Sieur Révol qu'une très petite quantité de vivres qu'ainsy je ne pouvais répondre de rien a cet égard et qu'il était bien a désirer que vous eussiez bien voulu prendre des arrangements pour la sureté de cette partie.
          Je me flattais en vain , Monseigneur de faire passer quelques vivre a Gaspé , la disette est si grande dans l'intérieur de la colonie qu'il n'est pas possible d'en faire sortir un seul minot de pois.
         Cependant le Sieur Révol a rassemblés a Gaspé les Canadiens et les Français des côtes le plus a la proximité de ce poste. Mais ils n'y ont pu faire un long séjour , la faim les en a chassés et tous ces gens la sont venu a Québec ne pouvant trouver ailleurs de remède a leur misère.
          Le Sieur Révol est resté constamment a Gaspé avec un très petit nombre de canadiens quoique n'ayant d'autres ressources pour vivre que la pêche de la morue , la plus grande partie de ces canadiens ne sont pas même armée et tout ce que j'ay pu faire de mieux a été d'y faire passer 200 livres de poudre et 200 livres de balles.
            Les pêcheurs Malouins ont sans doute été si persuadé que l' Anglais viendroit a Gaspé que pas un seul bâtiment de ce port n'y même d' Europe n'y est venu pour faire la pêche .
          Le Sieur Révol a fait faire un nombre de cabane sauvage dans l'endroit le plus a porté d'être aperçue des Anglais . Dans chacune desquelles il fera allumer du feu dès qu'il parraitra quelque vaisseaux. Mais il ne sortira de ces cabanes que de la fumée. Il est bien a souhaiter que l'ennemy ne s'aperçoive pas que ce n'est qu'une ruse .C'est a quoi j'ai prévu , le Sieur Révol a fait faire quelques canoës dans lesquels , il  ira lui même a la tête du petit nombre de canadiens qu'il a avec lui habillés comme nos sauvages se présenter sur le rivage afin d'en imposer a l'ennemi .
          C'est le seul expédiant que j'aie pu suggérer au Sieur Révol . Je ne puis garantir qu'il réussisse . Mais si les Anglais viennent a Gaspé du moins aurai je la satisfaction qu'ils ne s'y établirons pas sans coup férir de la part des Français.
                                                                                Je suis avec un très profond respect

                                                                                                                 Monseigneur

                                                                                                                                                                     Votre très humble et
                                                                                                                                                                    Très obéissant serviteur

                                                                                                                                                                               Vaudreuil

 
 

 Nombreux  pêcheurs ne retournèrent pas a Gaspé sur les lieux de pêches , mais pensèrent plutôt a s'installer définitivement près de Québec. C'est ainsi  que bon nombres d' entre eux  vont s' inscrire aux  registres    de" témoignage de liberté au mariage". Ces témoignages sont imposés par l'église aux nouveaux arrivants fraîchement débarqués dans la colonie. Ils doivent venir prouver, avec des amis qui jurent les connaître depuis des années , qu'ils ne sont pas déjà mariés, et qu'ils ne laissent aucune épouse et enfants derrière eux, bref qu'ils sont libres de se marier. nul mariage n' était possible sans ce témoignage. ces divers témoignages, riches d' informations, sont conservés aux Archives de l' Archevêché de Québec et couvrent les années 1757/1763.

Ainsi par le registre on apprend que le 6 juillet 1757,François  Aubut, signalé comme habitant de Gaspé est a Québec depuis une dizaine de jours , prend pour son témoignage de liberté au mariage Nicolas  Bry et Charles Gentil, 2 compagnons de voyage sur le" Prudent" ;ce qui aurai tendance a nous prouver le départ de certains pêcheurs de Gaspé dés que cela fut possible ainsi que des familles qui ont quittées la région gaspésienne car le 17 juillet 1757 , lors de l' établissement du contrat de mariage de François Aubut et Marie Louise Dupuy, celle ci est dite fille de Jérôme Dupuy et Barbe Descôteaux dit Picoron, et habitante de la Grande-Rivierre , coté de Gaspé. Les deux promis ne présentent que des témoins gaspésiens : Pierre de la lande , ami de François Aubut et Joseph  Métot , oncle de Marie Louise devant le notaire Decharnay.
 
A partir des  informations fournis par le registre des  témoignages de libertés au mariage , Pierre Provost a pu établir une liste de pêcheurs Normands qui auraient fui la disette de Gaspé bien que la saison de pêche était en cours et qu' un certain nombre sont restés sur place .( Nous recherchons actuellement tous les contrats de pêche de cette période tant a Gaspé; que  Mont-Louis et Autres)(voir contrats de pêche de nos ancêtres Nicole)
 

Nicolas  Bry Charles  Gentil Jean de Lanteigne Pierre le Sénéchal François Levallois Charles Rétif
Jean  Bussier dit Tranchemontagne Louis le Normand Jean  Hardy Jacques de la Fosse Pierre le Sénéchal Michel  Charuel
Julien le Sénéchal Julien de Lanteigne François  Fleuri René  Pelchat François  Pelchat François  Breux
Jacques  Mazière François  Poulain Nicolas  Herpe François  Rocher Louis  Chenet François  Hamel
François  Frigo                           et d' autres certainement .

A la chute de Louisbourg ;les Anglais envoyèrent Wolfe à Gaspé pour détruire toutes les installations Française en Gaspésie. Le major Darling fut envoyé sur le côté de Mont-Louis tandis que le capitaine Jacob fut envoyé sur Pabos .Les prisonniers furent envoyés sur Louisbourg  et de là à bord des paquebots Anglais tel  L' Antelope  vers l' Angleterre ou la France ( Plymouth ou St Malo et autres)    (voir  la Guerre de Sept)

La paix revenue, beaucoup de ces derniers arrivants s'installèrent, après la fin des troubles dus à la guerre de la conquête, dans le Bas Saint-Laurent , quelques-uns en Gaspésie , dont François Aubut, ancêtre de Pierre Provost. une histoire venait de se terminer, une autre allait commencer. Ces derniers passagers pour Gaspé allaient laisser une descendance nombreuse partout a la grandeur du pays.

  Nous vous conseillons ce site :

Haut de page