Accueil Retour Généalogie BASE de données   Généalogies
 
                        

Histoire de Charles Bétil

 

 

par Normand Bétil et Lorraine Rhéaume
 

 

Les plus anciens documents où nous retrouvons le nom « Bestille » sont à partir du 15 ième siècle (1440) en France. La signification du nom Bestille que nous avons retenu serait « Bête » du latin Besta et « ille » qui signifie petite, ce qui donne « Petite bête. Au fils du temps l’orthographe a changé et cela s’explique par la prononciation. Les curés et les notaires nous le savons rédigeaient de nombreux actes et les habitants jusqu’au 20 ième siècle ne savaient ni lire et écrire, ce qui prêtait à interprétation; ainsi sont nés différents orthographes qui donne aujourd’hui « Bétil, Bétit, Bêty, Betty et Bettie. À noter que l’ancêtre signait Charles Bêtile.

Notre ancêtre Charles a vu le jour le mercredi 21 septembre 1735 à St-Pair sur Mer dans la commune de Quéron, petit village de Normandie, bien décrit avec amour et passion  par l’auteur Michel Colombier dans son livre intitulé « Sa terre, le ciel, la mer ».

 

Filiation de Charles Bêtile

     
 

Grands-parents de Charles

Pierre Bestille (1660-  )  X  1685 Jeanne Barré

6 enfants :

Jeanne (1687-1743)   X  1 noce  2-121713  Jacques Coussais

                                 X  2 noce 13-05-1721  Jean Nicolle

Barbe (1693-1744)   X  6-07-1728  Jacques Falue

Jean (1693-1781)     X  28-11-1726  Jeanne Mancel

Jacques (1697- )

Michel (1700-1741)   X  1 noce 1733  Marie Goupil

                                 X  2 noce 9-11-1727 Jeanne Herpin (1714-1764)

                                    (fille de Nicolas Herpin et Perrine Dauphin)

Marie (1705- )  X  7-11-1727  Robert Courcel

 

Parents de Charles

Michel Bestille et Jeanne Herpin

7 enfants :

Charles François (1735-1822) L’Ancêtre

Louise Jeanne (1737-1738)

Jean Nicolas (1739-  )  X  12-01-1768  Jeanne Costant

Michel (1740-1829)  X  20-11-1770 Jeanne Dufresnes (  -1814)

Anne Jacqueline (1741-1833)  X  7-01-1768  Jacques Bry

Jeanne Nicolasse (1747-1749)

Jacques François (1750-  )  X   8-01-1774  Marguerite Bry

 
 

 

L’Ancêtre Charles Bêtile

 

La venue de Charles en terre d’Amérique nous apparaît quelque peu forcée par la destin; c’est-à-dire que lui et ses camarades furent piégés vers 1756 par l’armée britannique. Celle-ci voulant démontrer sa suprématie sur l’occupation française en Amérique en lui déclarant la guerre.

Comme d’autres pays les français s’adonnaient à la pêche à la morue sur les côtes de Terre Neuve, dans la Baie de Gaspé et les Iles St-Pierre et Miquelon. Dans la première moitié du 18 ième siècle de 350 à 400 pêcheurs séjournent à Gaspé (Mont Louis) et nous croyons que Charles était du nombre.  Ces pêcheurs s’embarquaient au printemps pour le compte de marchands bourgeois tels Joseph Cadet, Michel Mahiet, Pierre Revol ou encore les Lefebvre de Bellefeuille, et revenaient en septembre avec leur cargaisons chargées de poissons. Le départ de la pêche se faisait très tôt le matin et au début de l’après-midi ils rentraient avec leurs prises pour le tranchage et le séchage de la morue.

Le 2 octobre 1756 quatre navires marchands frêtés pour le Canada tomberont aux mains des ennemis. Les Anglais en coulèrent un cinquième. Gaspé tremblait. À la Toussaint tentative de débarquement, mais les 200 Gaspésiens présents réussirent à repousser l’envahisseur au prix de quelques prisonniers. Au printemps suivant les morutiers maloins ne se montrèrent pas. Les vaisseaux anglais croisaient au large. Des résidents de Gaspé, une centaine se replièrent sur Québec, avec leurs barques pontées, leurs chaloupes, quelques gréments et outils. Certains s’installèrent momentanément sur la côte de Beaupré et continuèrent leurs activités de pêche. Ce fut le cas des frères Joseph et Olivier Nicol (ami de Charles) par un contrat passé avec sieur Michel Mahiet de Château Richer. On convenait de faire la pêche à partir du mois d’avril ou aussitôt que la navigation le permettra jusqu’en septembre avec leur barque «La Marianne » et de rendre la marchandise à la demeure du sieur Mahiet au Mont Louis. Il est permis de croire que Charles avait accompagné les frères Nicol. Ceux-ci étaient également originaires de St-Pair. Charles et Olivier étaient amis de longues dates comme le démontre plusieurs documents.

Les écrits restent et c’est heureux car avec la signature de Charles cela nous a permis de suivre sa trace. La première fois est sur des actes de baptême des jumeaux de Joseph Tanguay et Marguerite Gosselin en date du 12 décembre 1760. Charles est un des engagés de Joseph Tanguay et certainement devenu un ami car il le choisi comme parrain de ses enfants. De plus ils deviendront cousins par alliance; en effet Charles épouse Angélique Greffard ( fille de Joachim Greffard et Angélique Simard) le 31 janvier 1763 à St-Vallier. (Quelques jours avant la signature du Traité de Paris).

Angélique ne connaîtra pas sa mère qu’elle perd à l’âge de 2 ans et demi. Toutefois son père se remarie à Madedeine Pépin qui lui donneront 11 demi-frères et sœurs.

Charles avait réussis à ramasser suffisamment d’argent pour acquérir une terre en 1765 dans la 3 ième concession de St-Michel de la Durantaye qu’il sut bien faire prospérer. Et plus tard il agrandie en achetant un à un les lots de terre hérités par ses demi-frères et sœurs à la mort de leur père Joachim.

 

Mariage de Charles BETILLE et Angélique GREFFARD
31 janvier 1763 Saint-Vallier

 

 

Charles et Angélique ont eu une famille nombreuse

 

Angélique (1765-1765)

Michel (1766-1830) X en 1 noce 13-02-1787 Marie Mc Neil (1768-1800) de leur union 1 fils et une fille.

                                    X en 2 noce 23-061801 Françoise Mercier (1775-1812) de leur union 3 filles et 5 garçons.

                                    X en 3 noce 3-08-1813 Josette Asselin

Aujourd’hui nous retrouvons leurs descendants dans la région des Bois Francs, Trois-Rivières, Montréal et également une forte concentration dans le Vermont (Bennington) et en Floride aux Etats-Unis.

Marie (1769-1829)
X  1-05-1792 Michel Asselin (1761-1840) de leur union  1 fille et 2 garçons.

Josephte (1772-1849)  
X  1 noce Pierre Fortier de leur union 4 filles et 4 garçons.                        
X 2 noce Charles Pépin dit Lachance de leur union 2 filles et 4 garçons.

Geneviève (1774-1777)

Olivier Nicol (1776-1859)
X 11-021800 Thérèse Bazin (1781-1859) (fille de Louis Bazin et Marie Gendreau) de leur union 8 filles 3 garçons.
Aujourd’hui nous retrouvons leurs descendants dans la régions de la Beauce , Lotbinière, Lévis, Québec, Montréal, le Maine, Massachusetts et en Floride Etats-Unis.

Victoire (1778-1850)  X Jean Plante (1773-1851) de leur union 5 filles et 7 garçons.

Angélique (1781-1864)  X Joseph Gourgues (1775-1820) de leur union  5 filles et 9 garçons.

Prisque (1782-1784)

Marguerite (1784-1851) X Joseph Goulet (1776-1832) de leur union 8 filles et 5 garçons.

Reine (1787-1821  X Pierre Mercier (1779-1837) de leur union 5 filles et 4 garçons.

Lambert (1789-1790)

Notre Ancêtre s’éteint le lundi 1 avril 1822 à St-Michel inhumé le 3, et Angélique Greffard le rejoint dans la mort le samedi 6 janvier 1827 à St-Michelet inhumée le 8.

 

Voici mon Ascendance en ligne directe

Charles Bêtile - Angélique Greffard :  St-Vallier 31-011763

Olivier Bétil - Thérèse Bazin :  St-Charles 11-02-1800

Louis Bétil - M. Anne Mercier : St-Gervais 12-01-1830

Charles Bétil – Obéline Lemieux : Ste-Marie 20-02-1854

Joseph Bêty – Séraphine Gobeil : St-Bernard 26-09-1882

Louis Polycarpe Bêty – Alice Mercier : St-Joseph Biddeford Maine E.U 4-04-1907

Napoléon Bêty – Dorothée Lemay : St-Bernard 15-08-1934

Normand Bétil – Lorraine Rhéaume: St-Bernard 2-06-1973

 

 

 

 

haut de page