Accueil 

Biographie de nos ancêtres Généalogie ancêtres

Arbre généalogique AUBUT

BASE DE DONNEES     

 
        
 

La Saga de François Aubut
pêcheur normand émigré en Nouvelle-France.
par Pierre Provost

 

Pierre Provost

 

Eglise St Martin des Biards

  Cette page est soumise aux lois de la propriété Article L. 111-1 et Article L. 123-1 du Code civil
Voir Michel AUBUT le gaspésien
 

La saga de François Aubut pêcheur normand émigré en Nouvelle-France.


Pierre Provost est descendant du Normand François Aubut, ancêtre de tous les Aubut du Québec, par sa mère Lucilie Aubut, fille d'Émile Aubut et de Marie Thibeault de Baie-des-Sables (près de Matane).

Suite à un échange franco-québécois d'une année où il a parcouru la France, il s'est intéressé à la généalogie, a retracé ses origines maternelles et paternelles, et ce, jusqu'au début du 17e siècle.
Il s'est donc rendu en Normandie dans le petit village LES BIARDS anciennement du diocèse d'Avranches. Grâce à la famille Langevin de l'endroit, il a consulté les archives et trouvé l'acte de naissance de son ancêtre François Aubut et remonté la lignée des Aubut jusqu'en 1580.

Il nous trace ses principales découvertes sur la famille Aubut.

François Aubut pêcheur normand

Un beau matin du printemps 1747, François Aubut oncle de l’ancêtre des Aubut d’Amérique, qui se prénomme aussi François, convainc son neveu, âgé de 15 ans, de venir découvrir l’Amérique en s’embarquant sur un terre-neuvas en partance de Granville.

Notre jeune François s’initie donc, à son tour, à ce métier de pêcheur.  Dès l’arrivée des morutiers, en Gaspésie, il fallait choisir les bonnes graves, pour sécher et saler la morue sur les vigneaux, car on la rapportait dans des barils. Mieux elle était bien préparée meilleur était son prix de vente.

Aidé par son oncle, François apprend vite son métier et rapidement il se hisse  au rang de maître de chaloupe.

À l’âge de 21 ans, en 1753 il s’installe à la Baie du Grand Pabos en Gaspésie, sur la Seigneurie de Jean-François Lefebvre de Bellefeuille. Comme le souligne Mario Mimeault dans le livre : Pabos : Sur la trace de nos ancêtres : « C’est du port de Granville que parte  le plus grand nombre de navires vers la Gaspésie dans les années 1730-1750. Il ne faut pas donc s’étonner des souches normandes dans les familles qui s’installent à Pabos. Même si on note souvent que François Aubut est à Grande-rivière, bourg voisin de Pabos, Mimeault cite l’analyse de Bélisle sur ces lieux en écrivant : « On réside à Pabos et on travaille à Grande Rivière. » Pour avoir une idée des populations qui résident sur le territoire entre 1751 et 1757, nous avons dénombré 65 personnes vivant à Pabos, 26 à Grande-Rivière et 3 à Port-Daniel


Terreneuvas au XVIIIè siècle
Gravure tiré du Traité des pesches
par Duhamel du Monceau, 1772
(Bibliothèque nationale du Canada)

François ne voyage donc plus avec les morutiers normands mais a commencé sa vie professionnelle de pêcheur résident en Gaspésie.  Il est devenu propriétaire de sa chaloupe.  Il doit s’associer pour compléter son équipage, acheter les vivres, les articles et ustensiles nécessaires à une chaloupe.  Il doit acheter ses produits des marchands sous forme de crédit à l’achat.  Il n’avait pas à rembourser en argent mais en morue de première qualité.

François entre en France en 1754, pour venir voir sa famille. Ce sera sa dernière rencontre avec celle-ci. Il ne reverra jamais plus la France.

Le 6 mars 1755 il embarque sur le Prudent au départ de Granville. Il est parmi les 25 passagers pour Gaspé. Le Prudent prit 73 jours pour traverser l’Atlantique et arriver à Gaspé, sur la Pointe Penouille dans la Baie de Gaspé le 18 mai 1755, deux mois avant la déportation des Acadiens. Le Prudent est un morutier de 202 tonneaux dont le capitaine était François Raciquot de Granville et le propriétaire le Sieur Clément de Granville.

     
 

 
 

Pierre Provost 1991
au village de mon ancêtre François Aubut

 

L'ancêtre: François Aubut

François Aubut est né en Normandie dans le village LES BIARDS, aujourd'hui lieu-dit de la commune d'Isigny-le-Buat, diocèse d'Avranches né le 26 mai 1731. En remontant sa lignée, je me suis rendu jusqu'en 1580 à l'ancêtre Richard Aubeust.

Au début, le nom s'écrivait AUBEUST et à travers les ans le nom s'écrivit Aubeuf, Auboeuf, Aubeut avant de prendre la forme finale d'Aubut. En Nouvelle-France, on écrivit sous la forme d'Aubut, Aubu, Aubert et même Obus. Le lecteur imagine facilement la gymnastique qu'il faut faire pour poursuivre à travers les pages jaunies d'un registre, vieux de trois cents ans, ses ancêtres maternels. Le nom Aubut proviendrait du Normand-Viking (langue scandinave) Beust-Both : signifiant habitation. En France au 17e siècle une vague d’hypercorrectisme le fit se transformer en O-Beu et mêler le « beust » en « bœuf ». Cette vague d’hypercorrectisme voulait rectifier en bon français ce que l’on croyait déformé en patois : « On corrigeait pour ne pas avoir l’air  ‘paisant’ écrit Beaurepaire dans son livre « Le communes de la Manche ». Ainsi par exemple le missionnaire martyre Jean Brébeuf de Normandie hérita et maintint le bœuf à son nom au lieu du Beust original.

Les Biards et La Poissonnière
Carte de Cassini

 

Les Biards

Histoire du village

L'histoire des Biards se confond à cette province française qu'est la Normandie. J'ai pu grâce à Mme Langevin, de ce petit village, trouver un vieux texte ronéotypé écrit par l'instituteur M. A. Leneveu, le 15 avril 1914. Ainsi, Biard proviendrait de Bi-arts signifiant deux rivières ou entre deux rivières, selon les mémoires de la Société archéologique d'Avranches. Par contre, selon un autre auteur, M. Desroches, Biards viendrait d’Ambibars -ambibaru signifiant en langue celtique «autour de la montagne». Un troisième auteur, M. Chesnel (2) propose une origine saxonne à Biards soit Bunge signifiant «hauteur».

Quoiqu'il en soit, les Biards sont entourés par trois rivières: la Sélune au sud, l'Yvrande à l'est et l'Isolant à l'ouest. L'altitude varie de 90 m à 140m au-dessus du niveau de la mer, M. Leneveu semble pencher vers l'origine celtique en signalant qu'Ambibar «autour de la montagne» est...»ce qui désigne la vraie position des Biards».

De ce village plusieurs lieux-dits émergent. La Bonnechère, La Touche, La Poterie, L'Aumône, La Mazure, Le Puits, La Poissonnière... le dernier lieu-dit m'a particulièrement intéressé car c'est l'endroit où habitaient les Aubut au Biards. Le nom au départ me donnait à penser que la Sélune coulant au pied de ce lieu-dit, évoquait la pêche, les poissons, une poissonnerie. Malheureusement selon M. Leneveu son nom vient de puscatoria : aubergiste ou pusca, puscatoria: auberge ; l'ancien chemin des Biards allant à Vezins et St Laurent de Terragatte passe à la Poissonnière.

Selon les informations recueillies aux archives départementales de St-Lô, dans le département de la Manche en Normandie, c'est ce petit village des Biards qui fournit le plus d'émigrants à la Nouvelle-France au milieu du 18è siècle, soit 20, alors que de plus grosses villes comme Avranches, Granville, Cherbourg et St-Lô n'en fournissent qu'une dizaine chacune. Le groupe venu des Biards pendant les années 1752-1756 comptait entre autres: François et René Pelchat, Pierre Pinet, Louise et François Hamel, François Breux, Jean Thomassin, Jacques Colin, Pierre (Le) Sénéchal, François Aubut, Louis Chenet, Jean Bossé, Pierre Martin dit Le Français ainsi que Joseph, Jean-Baptiste et Michel Charuel(Charrois).

Petite anecdote :
L'ancêtre maternel de mon épouse, Jean-François Martin, est né à St-Laurent-de Terregatte. Nos deux ancêtres maternels, Aubut-Martin, partirent vers la même époque en Nouvelle-France et se sont tous les deux mariés à Québec la même année, en 1757.

Les Biards furent donc colonisés d'abord par les Gaulois, sans doute par la tribu des ambribares». Le christianisme pénétra très tard dans l'Avranchin (région d'Avranches) et les prêtres firent détruire les derniers vestiges de l'antique religion des Gaulois particulièrement les dolmens qu’ils surnommaient « table du diable »Les Normands ou Villingo envahirent cette région peu après la mort de Charlemagne en 820. Ils s'y établirent graduellement jusqu'à la remise de cette province au chef Rollon par le roi Charles III le Simple au traité de Ste-Claire-sur-Epte. A cette époque la province prit le nom de Normandie de «north-man» (homme du nord) et fut élevée en Duché. C'est de là que Guillaume le Conquérant et ses Normands envahirent l'Angleterre à la Bataille d'Hastings en 1066 où plusieurs seigneurs des Biards participèrent activement à cette victoire.

   
 

François Alexis Provost
Maison Aubut au lieu dit la Poissonnière, Les Biards 50

 

 

Généalogie descendante

     

Richard Aubeust
né + - 1580, m
. ? Enfant né de ce couple : Jean (1598-1673) Ancêtre

 

 

Jean Aubeust     
né 1598, décédé le 19-10-1673 Les Biards,

Mariage le  29-11-1629  Les Biards avec Françoise Jouanne
(
seul le nom de son père figure dans l’acte.)

 

                                                                                                                                                                  Maison historique des JOUANNE
                                                                                                                                                                    Les Biards

 

Mariage Jean AUBEUST et Françoise JOUANNE
29 novembre 1629 Les Biards

Sources : Registres Les Biards vol 1 1624-1667

Jean Aubeust fils de Richard epousa Françoise Jouanne le vingt neuvième jour de novembre du dit an six cent vingt neuf

Transcription : Pierre Provost
   

Enfants nés de ce couple :

Julian 9 janvier 1631 (Ancêtre) 

 

Jeanne née et décédée en 1632  
Julian né le 12 avril 1633  
Françoise née le 17 avril 1643  
 

Décès Jean AUBOEUF
19 octobre 1673 Les Biards

Sources : Registres Les Biards vol 2 1668-1679

Jean Auboeuf agé de 75 ans environ mourut le dix neuf ième jour d'octobre 1673 après avoir recu le Sacrement d Eucharistie Il fut enterre dans le cimetiere le 20 ieme Jour d octobre Son fils julien Auboeuf a signe d'une croix

Transcription : Pierre Provost
   

Jullien Aubeust

Baptême Julien AUBEUF
né 9-01-1631 Les Biards
Sources : Registres Les Biards vol 1 1624-1667

Julian Aubeust filz Jean et de francoise Jouenne sa femme fut baptise Le neuviesme jour de Janvier six centz trente et Un Son parrain fut Gaspard Jouenne sa marraine francoise Charuel
Transcription : Pierre Provost
   


                               Mariage avec Marie Besnier  ( Acte absent)  vers + -1668.

Enfants de ce couple :

1.Jean

Né le 6 mai 1672 Les Biards, mort 19-01-1717 Les Biards (45 ans)    (Ancêtre)

2.Françoise  
 

Jean Aubeuf 
 

Baptême Jean AUBEUF
né le 6 et baptisé le 7 may 1672 Les Biards
Sources : Registres Les Biards vol 2 1668-1679

Le Sixieme jour de may 1672 .........l enfant de Julien Aubeuf et Marie Besnier Il fut baptize le 7 ieme jour par moy sieur curé et nomme Jean par Moy le dit vicaire et marie Fleury
Les marques de Marie Fleury , Julien Aubeuf,
Signature Dupont, curé
 

Transcription : Pierre Provost

   

Mariage avec Marie Laisné fille de père décédé, nom absent, mère Marguerite Martin  le 6 février 1694 Les Biards.

Mariage de Jean AUBEUF et Marie LAISNÉ
6 février 1694 Les Biards
Sources : Registres Les Biards Volume 3 1679-1696

Le samedy sixieme jour de febvrier que dudit an après les fiancailles et publications de bans du mariage d'entre Jean Aubeuf et Marie Laisné tous deux de cette paroisse ne s'étant trouvé aucun empechement, moy soussigné curé les ai marié et donné la bénédiction nuptiale selon la forme prescrite de notre ste Mère l'Eglise aux présences de Marguerite Martin mère de la dite Laisné, de Marie besnier mère du dit Jean Aubeuf, de Julien Laisné, de Geneviève Dupont, de Jean Le Ricolais, Jean Grossein et de Pierre le Roux et d'autres qui ont signé et marqué avec les deux maries.
 

Transcription : Pierre Provost

 Enfants nés de ce couple :

1.Jeanne Née et décédée le 8 novembre 1696.
2. Michel (Ancêtre)

Né et baptisé 5 février 1702 Les Biards

3. Renée Née  et décédée le 22 novembre 1711
4. Michelle Née en 1717.
 

Décès de Jean AUBEUF
19 janvier 1717 Les Biards
Sources : Registres Les Biards Volume 5 1711-1726

Jean Aubeuf aagé de 45 ans environ a été inhumé dans le cimetière nous soussigné curéaprès avoir recu toutes les sacrements des ordres aux malades les jours precedent de l'inhumation de son corps fait ce jourd'huy dix-neuf eme jour de Janvier mil sept cent dix sept en présence de Jean Laisné son frère en loy Jean sauvé et Jean Beaumont qui ont signé et marqué
Les marques de laisné et Sauvé
Transcription : Pierre Provost
   


Michel Aubut

Baptême Michel AUBUT
5 février 1702 Les Biards
Sources : Registres Les Biards Volume 4 1696-1710
Michel Aubut fils de Jean et de marie lainé naï du jour précédent a été nommé par Michel Bernier et par Marguerite Martin et baptisé par moy Francois Charuel pretre vicaire soussigné le cinqième jour de feuvrier mil sept cent deux aux presences dudi Bernier et de la dite Martin qui ont marqué
Transcription : Pierre Provost
   


                          
Mariage avec Françoise AUVRAY fille de Julian Auvray et Catherine Daguin,  le 16 juillet 1729 Les Biards

Mariage Michel AUBEUF et Françoise AUVRAY
16 juillet 1729 Les Biards
Sources : Registres Les Biards

Après les cérémonies de la Ste eglise dûment observées pour le present mariage d'entre michel Aubeuf fils de feü Jean et Marie Laisné d'autre part avec Françoise AUVRAY fille de Julian et Catherine Daguin d'autre part, auquel mariage ne s'étant trouvé nul empechement venu a connaissance
 j ay soussigné vicaire-curay donné la bénédiction nuptiale et célébré la messe de leurs épousailles le tout en presence de Marie Laisné mère du dit époux, de Michel Besnier, de Julien Auvray père de la dite épouse, Jean Auvray frère de la dite épouse de Jean Charuel et FrançoisRiouettous parents et témoins qui ont signé et marqué après lecture ce 16 juillet du dit an
Les marques de :  F. Riout, Jn Blouin, Michel Aubeuf +,  époux, Françoise Auvray, épouze, Julien Auvray,
Signature : Charuel
Transcription : Pierre Provost

Enfants nés de ce couple :
1.Marguerite né le 25 mai, décédée le 26 mai 1730.
2.François né le 26 mai 1731 (Ancêtre)
3.
François né le 6 mars 1734 marié à Perrine Martin   (Voir sa carrière maritime ici)
4.Michel né le 22 août 1738
5.Jean né et décédé le 1er avril 1743.


François Aubut 

Baptême François AUBOEUF
né le 26 baptisé le 27 mai 1731 Les Biards
 
Sources : Registres Les Biards

Francois Auboeuf fils de Michel et de Francoise Auvray sa femme au matin ayant été batizéà la maison a péril de mort a été rebaptizé
sous condition par moi soussigné vicaire en présence de Francois Colin et Anne Martin parain et maraine qui ont signé et marqué 27 è dudit mois et an
La marque de Anne martin
Signature: Colin et Blouin pretre
 Transcription : Pierre Provost
   
   

François Aubut en Nouvelle-France

Il revient comme passager pour Gaspé sur le Prudent, le 6 mars 1755.  Parti de Granville, il arrive à Grande Grave, dans la Baie de Gaspé, le 18 mai 1755. 
La guerre du Golfe va éclater en juillet avec comme première salve, la déportation du peuple acadien.  Va s’en suivre la destruction systématique des établissements français dans tout le Golfe Saint-Laurent.  François va être ballotté de Grande-Rivière à Gaspé.  De là, il va remonter vers Québec avec les habitants de cette région, chassés eux aussi par les événements.

La 1ère trace que l'on trouve de François Aubut est au mariage de Louis Théberge de St-Martin diocèse d'Avranches. St-Martin est le nom de la paroisse du village des Biards. François, en assistant à ce mariage, vient sans doute témoigner pour son compatriote *Théberge qu’il n’est pas déjà marié en France.
Ce dernier se marie  à Marie-Geneviève Chouinard le 20 novembre 1747 à St-Thomas de ta Pointe-à-la-Caille (Montmagny).

En 1752, il est à Ste-Famille de Pabos où il assiste au baptême du Marie Mallet. Dans le registre, il est dit de Biards. Marie est la fille de François Mallet et
de Madeleine Larocque. François est âgé de 21 ans.

Baptême de Marie MALLET

Transcription :09-04-1752  / Baptême de Marie Mallet1
L’an mil sept cent cinquante deux a été baptisé par nous missionnaire curé de la grande rivière une fille née du jour d’hier de françois Mallet originaire de bouillon diocèse d’avranche habitant de cette paroisse de la grande rivière et de Magedelaine la Rocque ses pères et mères en légitime mariage laquelle a été nommée Marie /  le parrain a esté françois haubut de la paroisse des Biards proche grandville diocèse d’avranches  / la maraine a été Marie David fille de ------- épouse de jean Chenû lesquels ont signé avec nous aujour duy neuf avril.

                                                         F. Simple Bocquet Récollet
                                                                     Missionnaire curé

Transcription : Michel Émard, Cahiers gaspésiens, Pointe au Genevièvre 1980. Cahiers disponibles à la Bibliothèque Champlain, Université de Moncton, Moncton (Nouveau-Brunswick), Canada.

Que fait François Aubut en Gaspésie en 1752?
Bagazier
mentionne dans son recensement «Les Normands de la partie de Gaspay, Pabos, la grande-rivière,..»  et parle ailleurs de Normands-pêcheurs et de familles normandes ce qui, selon Michel Émard, dans ses Cahiers Gaspésiens no 8, confirme l'origine des premiers habitants sédentaires de la Gaspésie». François intéressé par le secteur des pêches signe en faveur de Castera, capitaine du navire L’Avenir de Bayonne en Gascogne des billets qui sont enregistrés par Dominique Labat en 1752. Voici ce qu’en dit Mario Mimeault dans sa thèse de maîtrise en histoire « Destins de pêcheurs : Les Basques en Nouvelle-France ».

Le plus intéressant des cas pour ce transit commercial France-Gaspésie est celui de l’Avenir de Bayonne, du capitaine P. Castera, armé par Dominique Labat,
un bourgeois établi à Bayonne. Ce navire patrouilla toute la côte de la Baie des Chaleurs durant la campagne de 1752. Castera soucieux de bien faire les choses enregistra plusieurs de ses opérations commerciales sur les billets qu’il déposa à Bayonne. Cette source révèle que la traite des fourrures se pratiquait encore à Pabos. À François Aubut, un habitant de l’Île Bonaventure il livrait quarante cinq aunes de cordillat rouge qu’il évaluait à trois livres quinze sols l’aune (le cordillat servait de troc de pelleteries avec les indiens). Ces produits se payaient en morue de première qualité. Ce procédé de paiement servait autant à la location d’un navire, l’acquittement d’une obligation ou pour l’achat de marchandises, toutes les opérations commerciales se finalisaient par la livraison d’un nombre déterminé de quintaux de morue, la confiance en la valeur de ce produit l’emportant manifestement sur la monnaie coloniale. Le procédé permettait à des marchands itinérants, comme Castera, de charger les cales des navires pour leur retour et de fermer ainsi la boucle commerciale. À cet égard une transaction plus détaillée entre François Aubut, pêcheur-résident et Castera illustre l’asertion qui précède.

« Je reconnois moy François Aubut maître et habitant à la grande rivière devoir donner au captne Castera & promet de Luy payer Lannée prochaine à lui ou à son ordre Les marchandises au prix mencionner en valeur de morue ».


Pêcheurs français XVIIIè siècle

Ce titre de maître signifie que François Aubut est maître de chaloupe. Selon Mimeault, « le maître de chaloupe est propriétaire de sa chaloupe. Il l’a construite
lui-même ou l’a acheté d’un morutier. Il lui revient de s’associer avec d’autres pour compléter son équipage ou bien engager des pêcheurs. Pour préparer sa
saison de pêche, acheter les vivres, les articles, les ustensiles nécessaires à une chaloupe, il lui en coûtait entre 400 et 600 livres, somme qu’il pouvait emprunter
des marchands, sous forme de crédit à l’achat. Les marchands, fournisseurs et prêteurs n’exigeaient pas d’argent en retour de remboursement. Ils préféraient se faire payer la valeur des marchandises en morue de première qualité dite : bonne, loyale et marchande, qu’ils revendaient à fort prix, réalisant ainsi un très bon profit.

La guerre s’enclenche.

En ces temps difficiles il dut concentrer ses activités de pêche à Gaspé, comme l’avait ordonné l’intendant Bigot à tous ceux qui faisaient la pêche en Gaspésie,
car le poste de Gaspé était mieux protégé. Tous se mettaient sous les ordres de Pierre Revol qui commandait 120 miliciens.

On présume que c’est de cet endroit que François Aubut et sans doute la famille de sa future épouse Marie-Louise Dupuy vont quitter Gaspé vers Québec, sans doute avec les navires venus ravitaillés Revol, envoyés par Le gouverneur Vaudreuil au printemps de 1757. Ce dernier avertit le Garde des Sceaux à Paris le 1er juillet 1757:  « …que pas un seul bâtiment d’Europe ne pêche dans la Baie de Gaspé en cet été 1757 et que la situation est désespérée pour ce petit poste ».

Par le témoignage de liberté au mariage de François Aubut, on apprend que celui-ci est depuis le 27 juin 1757 arrivé à Québec, donc du retour des secours de Vaudreuil. Celui-ci a pu obtenir les informations qu’il a envoyé à Paris, et François enregistre 10 jours plus tard le 7 juillet 1757, son témoignage de liberté au mariage, avec deux témoins venus avec lui sur le Prudent, Charles Le Gentil de Saint-Pair et Nicolas Bry de Saint Pair qui ont eux aussi quittés Gaspé.
On y apprend par ce document qui prouve qu’il n’est pas déjà marié en France, qu’il est à Gaspé depuis 9 ans, qu’il est repassé en France, qu’il a bu et mangé chez son père aux Biards, et qu’il est revenu sur le Prudent en 1755. On y apprend que son oncle François est mort à Gaspé et qu’il avait un frère à la Grande-Rivière (je n’ai jamais trouvé trace de ce frère de François).

À Québec il va épouser Marie-Louise Dupuy le 18 juillet 1757.  Celle-ci est de Grande-Rivière. Il l’a sans doute rencontré dans ce village de pêcheur gaspésien. Elle est la fille de Jérôme Dupuy, serrurier natif de Bayonne en Gascogne et de Barbe Picoron dit Descôteaux. Lors de l’établissement de leur contrat de mariage le 16 juillet 1757 chez le notaire Decharnay en la maison Métot sur la rue Cul de sac, Place Royale à Québec, elle est dite de la Grande Rivière, côte de Gaspé

En se mariant à Louise Dupuis, François Aubut devient le beau-frère de Chrysostome Arbour, marié à Anne Dupuis, Pierre Beaudoin marié à Charlotte Dupuis et d'Aubin Legouffe marié à Barbe Dupuis qui s'établirent tous trois en Gaspésie méridionale. Les quatre sœurs Dupuis faisaient le lien d'une sorte de clan, selon Antoine Bernard dans son article paru dans cette revue en avril 1968: «Pionniers de la région de Paspébiac».

 


                         
Mariage avec Marie-Louise Dupuy, fille de Jérôme Dupuy et de Barbe Picoron dit Descôteaux le 18 juillet 1757 à Québec.

Contrat de Mariage François AUBUT et Marie-Louise DUPUY
17 juillet 1757 Québec
Notaire Decharnay

 

17 juillet 1757. Contrat de mariage entre François Aubut et Marie-Louise Dupuy.
Dechamay. Notaire Royal.

fut présent Sr. François Aubut, originaire des Biards en Normandie, évêché d 'Avranches, fils majeur de Michel Aubut, habitant du dit lieu et Françoise Auvray, pour luy en son nom d'une part Et de la part de la dite Marie-Louise Dupuy fille de Jérôme Dupuy et Barbe Descotteaux, habitant de la Grande-Rivière côte de Gaspé, pour elle en son nom d'autre part Lesquelles parties en présence et de la vie (l'avis) de leurs parents et amis cy après nommés et pour ce assemblé, à savoir de la part du dit Sr. Aubut, de Pierre De La Lande habitant de Gaspé, son ami et de la part de la dite Marie Louise Dupy Sieur Joseph Métot et demoiselle Marie Joseph Descotteaux son épouse, ses oncles et tantes, Sieurs Darmond et Duroulla capitaines de marine ont volontairement reconnu et confesse avoir fait entre eux les accords.et actes(?).........et les conventions de mariage qui suivent
Seavoir le dit a promis de prendre la dite Marie Louise Dupuy par nom et loy de mariage et faire futur(?) célébrer en Sainte Église le plus tôt que faire se pourra et quavise sera entre eux leurs dits parents et amis Pour être et comme serons les dits futurs, communs en tous et biens meubles, acquet et conquet et immeuble qu'aurons et ferons acquet ......futur mariage suivant et conformaimant à la coutume de Paris, suivi en ce pays qui régie leur dite future communauté encore bien quel... .eu par la suite leur demeure en d'autres lieux.. .et coutume a été contracté auxquelles... ou par la présente apparence dégage.Se prennent les dits futurs aux droits a chacun d'eux appartenant, qu'ils ont promis apporté en leur dite future communauté a la veille de leurs épousailles sans autre donnation, ne seront les dits futurs tenus des dettes et hypothèques de l'un de l,autre faite et créé avant leur dit futur mariage et si aucune y a elles seront acquittées par et sur les biens de celuy qui les aura faite sans que l'autre et ses biens n'en soient tenus.En faveur du quel mariage le dit futur époux doue ce doue la dite future épouse du douaire coutumier ou du douaire profix a son choix de la somme de Mille livres qui sera et appartiendra à la future épouse du jour que douaire aura lieu sans être tenu de la demandé en justice Le préciput sera égale et récyproque à la somme de cinq cents livres que le survivant prendra en meubles suivant la quitée de l'ynventaire hors partie et sans düe ou en donnera comptant au choix du dit survivant avec ses habits, linges et hardes a son usage... tel que le tout se trouvera au jour du décès du premier mourant       
Et avenant la dissolution de la communauté sera loisible à la dite future épouse de l’accepter oü y renoncer et au cas de renonciation remportera franchement et quittement tout ce quelle justifiera avoir apporté a son futur époux avec ses douaire et préciput tel que décrit sans être tenu d'aucune dette de la dite         communauté, encore bien qu'elle y emporte, s'y fut obligée ou qu'elle y eut été condamnée, dont et du tout elle sera acquitée par et sur les biens du dit futur époux pour laquelle reprise et indemnité elle aura en ce jour hypothéqué sur tous ses biens, et meubles et immeubles le présents à venir.
Et pour la bonne amitié que se promettent les dits futurs époux et se font avec ces. présentes donations mutuelles entrevifs au survivant d'eux ce acceptant de tout et bonne grace les biens, et meubles acquets et conquets ce qu'ils seront pendant et courant leur dite communauté pour au jour par le survivant a sa caution.... jura donc seulement pourra toutte fois qu'au jour du décès du premier mourant.........ou faite vivant..... acte du dit futur mariage au quel cas le présent don mutuel sera nul et de plein droit et pour ce faire et.........................................................................fait entre nous a été.      
Car... .et promettant et obligeant et chacun .............renoncant fait et signé à Québec en la maison de Métot rue du Cul de sac
L'an mil sept cent cinquante sept Le dix-sept juillet apres-midi et a le dit futur époux ainsi que les autres parents et amis et lecture faite

François Aubut   Marie Catherine de La croix,  Marie-Joseph De Cotteaux, Marie Louise Dupuy  p: De Lalande, Jose Métot, Louis Dechamay N. R.

   

 Mariage de François Aubut et Marie-Louise Dupuy.
 18 juillet 1757   Notre-Dame-deQuébec.


Le 18 juillet 1757 sur la dispense d'un ban accordée par Mgr. Lévêque; et après la publication de deux bans de mariage faitte au prône de nos annonces paroissialles les deux dimanches précédents, entre François Aubu demeurant en- cette ville, fils de Michel Aubu et de Françoise Auvray, ses père et mère de la paroisse de Biard diocèse d'Avranches d'une part, et Louise Dupuy fille de Jérôme Dupuy et de Barbe Descoteau ses père et mère de cette paroisse d'autre part ne s'étant découvert aucun empêchement au dit mariage, nous curé de Québec soussigné, avons reçu leur mutuel consentement, et leur avons donné la bénédiction nuptialle suivant la forme prescrite par notre mère la Sainte église et ce en présence des Sieurs Michel Darmord, Jean Duroula et Pierre Lalande amis de 1 'époux; de Joseph Métot oncle, de Marie-Joseph Descoteaux tante de l'épouse, du Sr. Jacques Langlois et de François Normand et de plusieurs autres parents et amis, dont les uns ont signé, ainsi que les époux, et les autres ont déclaré ne savoir écrire, lecture faite.

François Aubut Marie Louise Dupuy Michel Darmore
J Durroullâ Jacques Langlois Marin... Marie Joseph Decauttaux
Metot P. de Lalande M. de Lacroix
François Meaufils  S.F. Récher Curé.
 

Transcrit par Pierre Provost mai 1998.

Sources : http://www.familysearch

Enfants nés de ce couple :

1.Marie-Françoise
    Née au Cap Saint Ignace le 20 avril, baptisée le 21 avril 1758
Mariée le 9 janvier 1781 à Saint Jean Port Joli à Chrysostome Cloutier.
2.François
   Né au Cap Saint Ignace le 9 décembre 1759, baptisé le 14 décembre

Décède à l’âge de 10 ans le 23 juin 1770 à Saint-Jean Port Joli.

3.Marie-Marthe
  
Née à l’Islet le 29 octobre 1761, baptisée le 2 novembre
Mariée à Sainte-Anne-la-Pocatière à Louis Robitaille le 12 novembre 1784.
4.Michel (jumeau )
   Né et baptisé à Saint Jean Port Joli le 13 novembre 1769
Marié à Madeleine Huard à Paspébiac faute de prêtre en 1790 et devant prêtre le 17 septembre 1793.
5.Jérôme Pierre (jumeau)
    Né et baptisé à Saint Jean Port Joli le 13 novembre 1769
Marié à Saint-Roch des Aulnaies le 3 novembre 1795 à Rosalie Larue.
6.Marie-Anne
  
Née à Saint Jean Port Joli le 19 février 1770, baptisée le 9 mars
Mariée à Sainte Anne la ¨Pocatière le 14 novembre 1786 à Piuze Liveright de Pologne
7.Madeleine
  
Née en Gaspésie vers 1775, baptisée le 13 septembre 1778 (âgée de 3 ans)
   à Saint Jean Port Joli
Mariée à Pierre Normand à l’Islet le 21 juin 1796
8.Catherine
   N
ée en Gaspésie en 1776, baptisée le 13 septembre 1778 (âgée de 2 ans)
   à Saint Jean Port Joli
Mariée à François Moreau le 26 juin 1797.
9. Charles François (ancêtre)
     Né et baptisé à Saint Jean Port Joli le 6 octobre 1778
Marié à Sainte Anne la Pocatière le 17 janvier 1804 à Anastasie Dupéré
10.Beloni
    
Né à Saint Jean Port Joli le 17 novembre baptisé le 18 novembre 1780

Marié à l’Islet le 24 novembre 1801 à Marie Marthe Leclerc

11.Pierre Frédéric né ? 

Marié à Rivière-Ouelle le 15 septembre 1806 à Félicité Maurais.

François Aubut et Marie-Louise Dupuy son épouse ne pourront demeurer à Québec. On les retrouve dans le Bas du Fleuve, au Cap Saint-Ignace, le 21 avril 1758 alors qu'il assiste au baptême de sa fille Marie-Françoise née la veille. Puis à nouveau en 1759, pour le baptême de son fils François né le 9 décembre et baptisé le 14 décembre 1759.

Tout comme ses compatriotes, François s’adonne à la pêche, mais le fleuve ne donne pas la même quantité que le golfe Saint-Laurent.  Il y demeure,
en attendant que la guerre se termine. 

En novembre 1761, après la chute de Québec et la capitulation, on le retrouve à L’Islet au baptême de son troisième enfant, Marie Marthe.

La guerre de la Conquête terminée, la Nouvelle-France désagrégée et confirmée par le Traité de Paris de 1763, François retourne en Gaspésie avec sa famille. 
En 1765, au recensement ordonné par les nouveaux maîtres anglais,  François est recensé avec sa femme, deux garçons, deux filles au-dessous de 15 ans, il a
trois arpents de terre, une vache et un cheval.

François reviendra s’installer dans le Bas du Fleuve quelques années plus tard, à Saint-Jean-Port-Joli.  La vie y était sans doute plus douce.  En Gaspésie, la destruction a été totale par les troupes anglaises contrairement au Bas St Laurent et le manque de vie sociale, l’absence de prêtre ou de missionnaire, la vie plus rude, le commerce déficient ont sans doute eu raison de cet attachement premier à la Gaspésie.

François Aubut décédera le 9 novembre 1815, âgé de 86 ans à Rivière-Ouelle. Il fut inhumé sous le prénom de Jérôme, qui est le nom de son fils. Sans doute une désignation de Père à Jérôme, devenu père Jérôme, d’où la confusion au décès.

 

Acte de sépulture de Jérôme (François) Aubut
au cimetière de la paroisse Notre-Dame-de-Liesse de la Rivière-Ouelle, comté de Kamouraska

Le neuf novembre mil huit cent quinze par moi prêtre a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse le corps de jérôme aubu, mort, hier, agé de quatre vingt six ans, époux de marie Louise Dupuy
Présent Abraham Dubé et Jean Emond qui n'ont seut
Signer           J. Cooke Ptre
Sources : http://www.familysearch Transcrit par Pierre Provost
   

 
Charles-François
Aubut mon ancêtre maternel.

Charles-François Aubut est le 8e enfant de François et de Marie-Louise.
Né le 16 octobre 1778 à Saint-Jean Port Joli

Baptême de Charles François AUBUT
16 octobre 1778 St Jean Port Joly

L'an mil sept cent soixante dix huit le seize d' octobre par nous prêtre curé de St Jean de port joly a été baptisé Charles François fils de François Aubut et de Marie Loüise Dupuy le parrain a été Charles Fortin et la marraine marie Joseph Le Mieux dont l'un a signé l'autre non pour le savoir

Signatures : J. Ingard prêtre, Marie Joseph Lemieux
Transcription : Jocelyne Nicol

Sources : http://www.familysearch

Eglise St Jean Port Joly
sources : http://www.histoirequebec.qc.ca

   

Il épousera Anastasie Dupéré, fille de Jean-Bernard Dupéré et de Marie-Marthe Fortin, à Sainte Anne de la Pocatière le 17 janvier 1804.
Il est dit menuisier.

Mariage de François AUBUT et de Anastasie DUPÉRÉ
17 janvier 1804 Sainte Anne de la Pocatière

Le dix-sept de janvier 1804 après publication d'un bande mariage fait au prône de cette paroisse suivant l'usage entre François Aubut menuisier, fils majeur de François Aubut et de Louise Dupuy ses père et mère résident en cette paroisse d'une part et Anastasie Dupéré fille majeure de Bernard Dupéré et Marie Marthe Fortin ses père et mère résidents aussi de cette paroisse d'autre part, les parties ayant obtenues de Monseigneur Canetti coadjuteur de québec les dispenses de deux bancs de mariage comme il se peut voir par la lettre en date du neuf du sus dit mois et sus dite année, ne s'étatnt connu autre empêchement, le soussigné prêtre curé de cette paroisse et sous l'agréement de leurs parents respectifs ai reçu leur consentement et leur ai donné la bénédiction nuptiale avec les cérémonies prescrites par la Sainte Eglise notre mère, en la présence des sous nommés :Alexandre Dubé fils, ami de l'époux, de Jean-Baptiste Caron frère utérin de l'épouse, de Moïse
Hudondit Beaulieu ami et de plusieurs autres qui ont signé ainsi que l'épouse, l'époux et plusieurs autres ont signé avec nous ci-dessous

Transcrit par Pierre Provost

12 enfants naîtront entre 1804 et 1822. La moitié mourront en bas âge.

Enfants de François-Charles AUBUT (menuisier) né le 16 octobre 1778 à Saint-Jean-Port-Joli marié le 17 janvier 1804 à Sainte-Anne-la-Pocatière(SAP) et décédé le 21 décembre 1867 à SAP et d’Anastasie Dupéré. Fille de Bernard Dupéré et de Marthe Fortin née le 17 janvier 1804 à SAP.

1)      Marie-Miladre née 5 juillet 1804 à SAP mariée à Guillaume Pépin dit Lachance le 5 avril 1842 à SAP.

2)      Joseph-Rémi né le 11 août 1806 à SAP marié à Adéline Potvin le 10 janvier 1832 SAP.

3)      Bernard né le 6 juillet 1808 SAP décédé le même jour.

4)      Nicolas 8 février  1810 à Sainte-Anne-la-Pocatière marié à Marie-Caroline Dubé le 20 juin 1848 SAP

5)      Bruno-Pierre né en 1812 SAP mort le 8 janvier 1840 sans postérité.

6)      Anonyme né le 1er 1813 SAP décédé le même jour.

7)      François Nazaire né le 4 août 1814 marié 1) à Victoire Cadieux de Courville le 4 juillet 1837 à Rivière-Ouelle. 2) Josephte Miville-Deschesnes 3) Adélaïde Paradis. 14 février 1870 TP.

8)      Charles-Olivier né le 9 août 1815 décédé 1 juin 1816 SAP.

9)      Marie-Appoline née le 7 mai 1817 et décédée le même jour.

10)  Théophile né le 3 mars 1820 SAP marié à Mathilde Saint-Laurent à Trois-Pistoles, le 4 novembre 1846. (Informations suivent). Et 2) Élisabeth Lévesque.

11)  Marie-Éliza née 20 novembre 1821 décédée le même jour.

12)  Charles né le 21 octobre 1822 et décédé le 23 SAP.

Sépulture de François AUBUT
23 décembre 1867

Le vingt trois décembre mil huit cent soixante-sept nous prêtre-curé soussigné avons inhumé le corp de François Aubut veuf de'Anastasie Dupéré, décédé l'avant veille âgé d'environ cent ans. Présents Télesphore Aubut 17 ans et Auguste Aubut 18 ans petits-fils du défunt soussigné lecture faite
Oct. Paradis curé
Transcrit par Pierre Provost
Note : Télesphore est le fils de Théophile et Mathilde st Laurent, Auguste est le fils de Nicolas Aubut cultivateur et Caroline Dubé
 

Théophile Aubut

 

Le 10ième de ces enfants, Théophile né le 8 mars 1820 à Sainte Anne de la Pocatière.

Baptême de Théophile AUBUT
3 mars 1820 Sainte Anne de la Pocatière

Le Trois mars dix huit cent vingt Je soussigné pretre Curé ai baptisé Théophile né le même jour du légitime mariage de François Aubu menuisier de cette paroisse &de Anastasie Dupéré, parrain Pitaise guy, Marraine Anatolie Martin qui ne savent signer, le père absent.
Charles  François Painchaud pretre curé
Transcrit par Pierre Provost
   
   

Il épousera à Trois-Pistoles Mathilde Saint-Laurent le 4 novembre 1846. Il est dit ingénieur et menuisier.

Mariage de Théophile AUBUT et Mathilde St LAURENT
4 novembre 1846 Trois Pistoles

 


Eglise de Trois-Pistoles
http://www.mackoo.com/canada/matane.htm

Je curé de cette paroisse ai marié ce quatre novembre mil huit cent quarante-six après une publication et la dispenses de deux autres,  Theophile Aubu domicilié aux Eskoumins fils de François Aubu et Anastasie dupéré avec Mathilde St Laurent domiciliée .........veuve majeure de Léandre Rioux étaient présents au dit mariage Joseph St Laurentpère de l'épouse et Nazaire Aubu frère de l'époux

Signatures : Théophile Aubut, Mathilde St Laurent, Nazaire Aubut et Théophile St Laurent
malo pretre

 

 

Les Escoumins
http://www.lesecumeurs.com/tadoussacf.html

9 enfants naîtront de cette union :

Enfants de Théophile AUBUT (Ingénieur et mécanicien et de Mathilde Saint-Laurent (fille de Joseph et de Élizabeth Côté, et veuve de Léandre Brière) mariés le 4 novembre 1846 à Trois-Pistoles(TP).

1)      François-Louis-Pamphile né 18 janvier 1848 SAP, marié le 17 avril 1871 à Saint Fabien de Rimouski, à Malvina Côté née le 24 mai 1850 à Saint-Éloi décédée à 101 ans à Montréal. Pamphile décède le 28 mars 1932 (84 ans) à Montréal. (Informations suivent)

2)      Télésphore-Louis-Nazaire né le 7 janvier 1849 à Trois-Pistoles. Il épouse Mary Jane Astle le 15 juin 1869 à Sainte-Flavie (cette dernière a du renoncer à sa religion et être baptisée, communiée et confirmée le 3 juin 1869 avant son mariage) et en secondes noces Scholastique Martin le 21 octobre 1884 et en 3e noces Louise Clotilde Savoie le 8 mai 1918. Il eût de sa 1ère femme M.J. Astle 8 enfants dont une seule survécue et devint religieuse.

3)      Joseph-Alphonse né le 14 septembre 1850 TP décédé le lendemain.

4)      Pierre-Victrix né le 8 août 1852 à SAP décédé le lendemain

5)      Bruno-Victorice-Calixte né le 6 octobre 1853 à TP, épouse Georgiane Dion le 13 avril 1880 à Rimouski.

6)      Appoline-Angéline née le 14 janvier 1855 à TP épouse Benoît Deschênes le 29 janvier 1883 à Baie-des-Sables.

7)      Aimée-Athanaïse née le 2 mars 1857 à TP. Épouse Alphonse Bélanger. Le 25 juillet 1882

8)      Joseph-Élisé née le 7 juillet 1859 à TP, décède le 10 septembre 1859.

Il épouse en secondes noces Élisabeth Lévesque, veuve de Joseph April, le 6 mai 1861 à Rivière-du-Loup. Aucun enfant.
 

Sépulture de Théophile AUBUT
4 septembre 1900 St Eloi de Rivière-du-Loup

Le quatre septembre mil neuf cent nous curé soussigné avons inhumé dans le cimetière du lieu le corps de Théophile Aubut, rentier, veuf de Elizabeth Lévesque, de cette paroisse, décdé le premier courant en cette paroisse, âgé de quatre-vingt ans et six mois. Etaient présents Vitorice Aubut, Télesphore Aubut fils du défunt, Alfred Aubut, Victor Aubut, Joseph Garon, Joseph Bélanger, parents du défunt, lesquels ont signé avec nous. Lecture faite.
V. Aubut    T. Aubut
Alfred Aubut
Victor Aubut
Joseph Garon    Joseph bélanger
                           Isit Lamontagne ptre curé

Transcrit par Pierre Provost
   

François Louis Pamphile AUBUT

Le 2e enfant François Louis Pamphile est né à La Pocatière le 18 janvier 1848

Baptême François Louis Pamphile AUBUT
18 janvier 1848 Ste Anne de la Pocatière

Le dix neuf Janvier mil huit cent qurante huit, nous, soussigné, Prêtre, avons baptisé François louis pamphile, né le jour précédent du légitime mariage de Théophile Aubut, ouvrier et de Mathilde St Laurent, de cette paroisse. Parrain Rémi Aubut, marraine Apoline Aubut qui avec le père ont signé avec nous
Théophile Aubut   Rémi aubut
Apoline Aubut   C. Ed° Richard, ptre

Transcrit par Pierre Provost
   
Il épousera Malvina Côté le 17 avril 1871 à Saint Fabien de Rimouski. Pamphile a été cultivateur, industriel (il avait une beurrerie à Baie-des-Sables comté de Matane) secrétaire-trésorier de la ville de Saint-Damase de 1898 à 1901 et maire de Saint-Damase de 1911 à 1913.

Malvina Côté-Aubut

 
   

Mariage de Pamphile AUBUT et Malvina CÔTÉ
le 17 avril 1871 à Saint Fabien de Rimouski
Sources : http://www.familysearch

St Fabien de Rimouski
http://www.pstfabien.com/photos/album03.html

Mariage de Pamphile-Aubut et de Malvina Côté,
en la paroisse Saint-Fabien, comté de Rimouski

M.8
Le dix-sept avril mil-huit-cent-soixante-
Pamphile Aubut et onze, vu la dispense de deux bans accordés
et par Messire Edmond Langevin ptre V.G.
Malvina Côté en date du quatre de ce mois, vu aussi la publication du troisième ban faite au prône de notre messe paroissiale entre Pamphile Aubut, cultivateur, de Ste Flavie fils mai. de Théophile Aubut et de feue Mathilde St Laurent d'une part; et Malvina Cote fille mineure de David Cote cultivateur etde feue Marie Baillargeon, de cette paroisse d'autre part, et semblable publication faite au prône de la messe paroissiale de Ste FIavie, comme il nousest apparu par le certificat de Messire Lazare Marceau curé, ne s'étant découvert aucun empêchement, nous prêtre soussigné curé avons reçu leur mutuel consentement de mariage et leur avons donné la bénédiction nuptiale en présence de Théophile Aubut père de l'époux soussigné, de David Côté père de l'épouse qui n'a su signer, et de quelques parents soussignés avec l'époux l'épouse ayant déclaré ne le savoir faire
Pamphile Aubut
Théophile Aubut
Flavie Miville Dechene Audet pire

Transcrit par Pierre Provost

10 enfants naîtront de cette union.

Enfants de Pamphile Aubut né 18 janvier 1849 SAP (décédé le 26 mars 1932 Montréal) et de Malvina Côté née 24 mai 1850 (décédée à l’âge de 101 ans à Montréal) mariés le 17 avril 1871 à Saint-Fabien de Rimouski. Pamphile a été cultivateur, industriel (il avait une beurrerie à Baie-des-Sables comté de Matane) secrétaire-trésorier de la ville de Saint-Damase de 1898 à 1901 et maire de Saint-Damase de 1911 à 1913.

1)      Marie-Anne née à Baie-des-Sables le 26 juillet 1880 épouse le 17 juillet 1900 J. Amable Lévesque à Saint-Damase. Elle décède le 9 mars 1983 à Québec à l’âge de 102 ans et 7 mois, soit une année de plus que sa mère décédée à 101 ans.

2)      Alphonsine née à Baie-des-Sables en 1877 et mariée à Pierre Beaulieu le 13 février 1899 à Saint-Damase. Elle épouse en secondes noces Pierre Beaulieu (75 ans) son beau-frère le 23 juin 1934 à Montréal à l’âge de 57 ans.

3)      Marie-Ève née le 22 octobre 1885 et décédée le même jour à Baie-des-Sables.

4)      Éva née en 1886 à Baie-des-Sables personne handicapée décédée le 19 juillet 1930 à Montréal.

5)      Joseph-Eugène né le 7 octobre 1887 à Baie-des-Sables décède le 7 octobre 1967 à Montréal. Épouse Rose-Anna Girard le 29 juin 1920 à Montréal.

6)      Émile né le 15 septembre 1889 à Baie-des-Sables, épouse Marie-Pauline Thibault le 18 novembre 1913 à Baie-des-Sables décède le 17 janvier 1971 à Longueuil.

7)      Alphonse né le 24 septembre 1891 à Baie-des-Sables et marié à Rose-Aimée Thibault à Montréal le 26 mai 1916.

8)      Marie-Elmire née le 1er mars 1894 et décédée le même jour à Baie-des-Sables.

9)      Angélina née à Baie-des-Sables et mariée à Isidore Lévesque le 20 février 1900 à Saint-Damase. Décédée en 1967.

10)  Eugénie née à Baie-des-Sables épouse Elzéar Caroll le 31 janvier 1911 à Saint-Damase.

11)   Émile mort jeune.

Malvina CÔTÉ-AUBUT
1850-1951


Cliché La Presse

Malvina Côté-Aubut est décédée le 24 novembre 1951 et inhumée le 27 à Montréal Cimetière de l'Est
à l'âge de 101 ans et 6 mois.

Madame AUBUT centenaire
par Alfred Ayotte, La Presse


Louis XIV appelait Madame de Maintenon "Sa solidité". Quand on voit apparaître Madame marie Malvina Côté-Aubut, centenaire, on serait également porté à lui décerner ce titre. En effet, Madame Aubut, malgré son grand âge, n'est nullement courbée; elle n'a presque jamais été malade; elle a bon estomac, mange de tout et digère tout; elle a encore une bonne vue, tricote plusieurs heures chaque jour, bref, elle se porte mieux que nombre de gens de trente ans plus jeunes.

Sa mémoire est fidèle et elle nous fournit sans difficulté les dates des principaux évènements de sa longue existence, autant de jalons sur la route de sa vie. Son extrait de baptême en main elle nous dit qu'elle est née à St Eloi le 24 mai 1850. Quand on vient au monde le jour de la fête de Dollard des Ormeaux, il n'est pas étonnant qu'on manifeste de l'énergie et de la vaillance....

Sainte Flavie sera témoin de son mariage à Pamphile Aubut, menuisier. Un homme bien droit, dit-elle, qui est mort à 84 ans, après avoir travaillé toute sa vie. Après six années à Sainte-Flavie, le ménage Côté-Aubut se transporte à la Baie-des-Sables, près de Métis, sur le bord du fleuve Saint-Laurent, au seuil de la Gaspésie. Là, devait s'écouler la plus grande partie de la vie de Madame Aubut; là où elle a élevé ses onze enfants, dont sept sont encore vivants

Madame Aubut nous raconte qu'elle a aussi demeuré à Saint-Damase puis qu'elle vint à Montréal chez l'un ou l'autre de ses enfants. Trois garçons et une fille sont fixés à Montréal. Un enfant de la cinquième génération vient de naître aux Etats-Unis.

Sur la photo ci-contre, elle pose avec son 65è arrière-petit-fils appartenant à la quatrième génération

Madame Aubut est une solide aïeule en pleine possession de toutes ses facultés.
La Presse Mardi, 28 décembre 1948

   

                     Émile AUBUT

   
Le 6e enfant Émile Aubut, mon grand-père est le 3e enfant de cette union. Sa mère Malvina vécu jusqu’à 101 ans

Émile Aubut  né le 15 septembre 1889 à Baie-des-Sables, épouse Marie-Pauline Thibault née le 12 septembre 1893 à Baie-des-Sables (fille de Arsène-Marcel et de Joséphine Caron). Émile décède le 20 janvier 1971 à Longueuil et Marie le 15 février, un mois plus tard.

Emile Aubut, M-Pauline Thibault
et Pierre Provost 1955

12 enfants naîtront de cette union.

Enfants d’Émile Aubut né le 15 septembre 1889 à Baie-des-Sables, épouse Marie-Pauline Thibault née le 12 septembre 1893 à Baie-des-Sables (fille de Arsène-Marcel et de Joséphine Caron). Émile décède le 20 janvier 1971 à Longueuil et Marie le 15 février, un mois plus tard.

1)      Marie-Louise-Aimée née le 2 mars 1915 à Saint-Damase comté de Matane, épouse Donatien Gervais le 24 mai 1944 à Montréal.

2)      Joseph-Oscar-Lucien né le 22 septembre 1916 à Baie-des-Sables. Célibataire.

3)      Marie-Béatrice-Lucille née le 11 mai 1919 à Montréal. Épouse Élie Provost le 24 juin 1944 à Montréal. (Informations suivent)

4)      Marie-Jeanette-Rita née le 20 octobre 1921 à Montréal, épouse Laurent Gagnon en août 1945 à Montréal.

5)      Marie-Madeleine-Yvette née le 20 avril 1924 épouse Roger Saulnier à Montréal.

6)      Marie-Blanche-Georgette née le 20 octobre 1925 épouse Marcel Lajoie à Montréal.

7)      Joseph-Paul-Émile-Marcel né le 30 juillet 1927. Mort le 28 mars 1928 ( 8 mois).

8)      Marie-Yvonne-Irène née le 3 mai 1929 à Montréal épouse Denis Couture à Montréal.

9)      Joseph-Gérard-Jean-Louis né le 19 août 1930 à Montréal épouse le 23 juin 1972 Louise Lavoie à Longueuil.

10)  Marie-Marguerite-Lisette née le 17 mars 1932 à Montréal épouse Arthur Rogers à Montréal.

11)  Joseph-Antoine-André-Guy né le 4 juin 1933 à Montréal épouse Germaine Frenette à Montréal.

12)  Joseph-François-Adolphe-Jacques né le 16 septembre 1934 à Montréal épouse en septembre 1963 Marie-Anne Siminaro à Montréal.

13)  Joseph-Émile-Gilles-Fernand née le 21 juin 1936. Mort le 28 décembre 1937 à l’âge d’un an et 6 mois.

14)  Joseph-Iréné-Donatien-Claude-Marcel né le 4 janvier 1939 à Montréal épouse e 1961, Alberte Lepage à Montréal.

Lucille AUBUT

Lucille Aubut

 

Elie Provost

Ma mère Lucille Aubut, née le 12 mai 1919 à Montréal est la 3e enfant de ce couple. Elle épousa Élie Provost le 24 juin 1944 en la paroisse de Saint-François Solano de Montréal.

Enfants de Lucille Aubut et d’Élie Provost.Quatre garçons naîtront de ce couple.:

1)      Joseph-Antoine Roland-Michel né le 17 juin 1945 à Rosemont. Montréal. Il épouse le 28 août 1971 Francine Régimbald. 3 fils.
 
2)      Joseph-Élie-Lucien-Yves né le 10 août 1946 à Rosemont. Montréal. Décédé à l’âge de 6 ans le 11 novembre 1952  
 

 

3)      Joseph-Gérard-Jean-Pierre né le 17 octobre 1948 à Rosemont.
       Il épouse Marie-Andrée D’Amours le 30 décembre 1977 à New Carlisle, Gaspésie. 4 enfants.

 

 

 

 

4)      Joseph-Donatien-André né le 6 juillet 1950 à Rosemont. Conjointe Françoise Boulanger. N’ont pas d’enfant.


Pierre Provost enfant

 


Je suis le 3e enfant. Né le 17 octobre 1948 à Rosemont j’ai épousé Marie Andrée D’Amours le 30 décembre 1977 à New Carlisle en Gaspésie.

Quatre enfants sont nés de notre union.

 

Michel Aubut l'ancêtre des Aubut de la Gaspésie.

Michel le Gaspésien

 

Michel est né le 13 novembre 1769 à St-Jean-Port-Joli. Il a un jumeau Hiérome. Leurs prénoms leur ont été donné en hommage à leurs deux grands-pères.

Baptêmes de Michel et Hiérome AUBUT
13 novembre 1769 St Jean Port Joly

Baptême de Michel Aubut
L'an mil sept cent soixante neuf le 13 de novembre par nous prêtre curé de St Jean Port Joly a été baptisé Michel fils de François Aubut et de Marie Louise Dupuy le parrain a été Ignace Caron et la marraine Barbe Dupuy qui ont déclaré ne savoir signé

Baptême de Hiérome Aubut
L'an mil sept cent soixante neuf le treize de novembre par nous prêtre curé de St Jean Port Joly a été baptisé Hiérome fils de François  et de Marie Louise Dupuy ses légitimes père et mère de cette paroisse. Le parrain a été Hiérome Dupuy et la marraine Marie Joseph Dutremble dont l'un a signé avec nous  et l’autre non pour ne le savoir de ce enquis à L’Islet le jour et dit an.

J. Lingan prêtre. Jérôme Dupuy.
 

  Transcrit par Pierre Provost

Pourquoi part-il vers la Grande-Rivière? Est-il, à son tour attiré par la pêche? Pour retrouver des membres de sa famille maternelle Dupuis? 

Michel se marie à Madeleine Huard, faute de prêtre, devant un conseil de famille en 1790. A cette époque, deux missionnaires parcouraient cet immense territoire: les missionnaires Girouard et Mathurin Bourg. Alors que Bourg est dans le haut de la Baie-des-Chaleurs et le nord du Nouveau-Brunswick, ce, de 1773 à 1795. Girouard est dans le Bas de 1785 à 1790. Ce dernier quittera la Gaspésie pour Pointe-aux-Trembles (près de Montréal) en 1790. A cause de ce départ, Michel Aubut ne peut se marier devant un prêtre. Mathurin Bourg, le 17 septembre 1793 à Grande-Rivière mariera «religieusement» Michel Aubut (il écrit Obus) à Madeleine Huard.

 Il baptisa Michel, fils de Michel Aubut né le matin même. Il faut signaler qu'il avait baptisé, le 1er  septembre 1790, Charlotte Côté  où Michel Aubut est identifié comme parrain. Sans doute Michel a-t-il pris la résolution de se marier qu'après le départ de M. Mathurin Bourg, ou que sa future épouse n’assiste pas à ce baptême et est absente.

St Jean Port Joly

 

Michel Aubut eut avec sa première épouse  Madeleine Huard huit enfants :

1. Michel, né le jour du mariage « religieux» de ses parents le 17 septembre 1793 à Paspébiac décédé à Saint Godefroy le 14 février 1873 à l’âge de 80 ans.

2 Frédéric, né le 3 mars 1795 à Paspébiac

3. Germain  né le 16 décembre 1796 à Paspébiac décédé à Saint Godefroy le 30 janvier 1882 à l’âge de 84 ans.

4. Ursule, née le 9 novembre 1798 à Paspébiac décédée à Paspébiac le 5 janvier 1833 à l’âge de 35 ans.

5. Marie née le 20 décembre 1800 à Paspébiac décédée en 1884 à Paspébiac.
6. Pierre, né le 13 décembre 1802 à Paspébiac

7. François, né le 5 février 1805 à Paspébiac

8. Charles, son jumeau, né le même jour à Paspébiac décédé le 30 juin 1837 à l’âge de 32 ans.

De ces huit enfants, seul François ne fondera pas de famille.

1. Michel épousera à Paspébiac le 31 07-1815, Marguerite Larocque (fille de Joseph et Marguerite Cyr).

2. Ursule épousera, le 20-11-1820 à Paspébiac Hilaire Roussy (Pierre Léon et Geneviève Parisé)
3. Frédéric épousera, le 20 février 1821 à Paspébiac Louise-Lucille Le Courtois (fille de Michel et Elisabeth Allain).

4. Marie épousera, le 4 février 1822 à Paspébiac Charles Larocque (frère de Marguerite).

5. Charles épousera, le 2 mars 1826 à Paspébiac, Théotiste Caissy de Bonaventure (Michel Claude et Marguerite Boudreau).

6. Germain épousera, le 12 février 1822 à Paspébiac Véronique Langlois (fille de François et Victoire Duguay) de Port-Daniel.
7. Pierre épousera, le 16 juin 1828, Angéla Grenier (Jacques et Louise Cyr) à Port-Daniel.
 

Madeleine Huard étant décédée, Michel Aubut, père né en 1769 fils de François Aubut et de Marie-Louise Dupuy, se remaria à Paspébiac le 15 mai 1822 à
Marie-Rose Caissy de Bonaventure
 (fille de Michel Claude et Marguerite Boudreau). Il est alors âgé de 53 ans et elle est âgée de 24 ans. Elle est la sœur de
Théotiste Caissy. Michel devint par ce 2ième  mariage le beau-frère de son propre fils Charles, lorsque ce dernier épousa Théotiste en 1826.  

De cette nouvelle famille, neuf nouveaux enfants avec Marie-Rose Caissy

1. Marcel, le 7 avril 1823 à Paspébiac

2. Marie, le 11 février 1825 à Paspébiac

3. Laurent, né le 28 avril 1827 à Paspébiac

4. Félix, né le 20 mai 1829 à Paspébiac

5. Virginie, née le 8 mai 1837 à Paspébiac

6. Michel, né le 15 septembre 1831 à Paspébiac

7. Angèle, née le 15 mai 1843 à Paspébiac

8. Joséphine, dont on ignore la date de naissance.

9. William, né le 15 août 1835 à Paspébiac


Gaspésie

Fait étonnant, la plupart mourront en bas âge. Trois garçons mourront en juillet 1841 à Paspébiac : Marcel 18 ans, Laurent 14 ans et Félix 12 ans.
Une épidémie? Un incendie? Une noyade?  Les registres sont muets sur la cause de ces décès et Michel meurt à l'âge de 6 ans, le 25-09-1837 à  Paspébiac.

Virginie épousera, le 7 janvier 1862 à Saint Godefroy Urbain Beaudry Fils de Jean et de Marguerite Castilloux

Angèle épousera, le 5 février 1861 à Saint Godefroy Bélonie Chapados fils de  Jean et d’Orudente Delarosbil.

Joséphine épousera Alexis Vaillancourt fils de Régis et de Judith Quirion  de Grande-Rivière le 27 août 1850 à Grande Rivière .

 

Dans le cadastre abrégé de la Seigneurie de la Grande-Rivière appartenant à la Charles Robin et al. Le 31 mars 1858 et procédés sous l'Acte Seigneurial de
1854 et ses amendements, au numéro de référence 74,

" il est noté que Michel Aubut a une superficie de 9 arpents 2 avec une rente constituée à être payée par le censitaire: 2 shillings 2 1/4 dîmes."

Ayant peu de détails sur ce Michel Aubut on peut spéculer qu'il s'agit ou bien de Michel Aubut père alors âgé de 89 ans ou bien de son fils Michel né en 1793 et
qui aurait alors 65 ans. Ce dernier décédera le 14 février 1873 âgé de 80 ans.

Se pourrait-il que le père Michel, établi à Grande-Rivière ait cédé en héritage ce bien à son fils aîné Michel? Quoiqu'il en soit, c'est bien à la Grande-Rivière que
se seront d'abord établis les Aubut de la Gaspésie avec leurs cousins Dupuis puis les Beaudoin, Legouffe, et Arbour,

Si Michel Aubut le Gaspésien fonda ses deux familles en Gaspésie, devenant ainsi l'ancêtre des Aubut de la Baie-des-Chaleurs et particulièrement de
St-Godefroy où l'on trouve aujourd'hui une concentration des Aubut descendant de Michel, ses autres frères s'établirent tous dans la région nord de la Gaspésie et du Bas St-Laurent (Trois-Pistoles, Bic, St-Clément, Ste-Florence, Amqui,  Ste-Anne-la-Pocatière, Rivière-Ouelle, Rimouski et Baie-des-Sables...)

 



Généalogie AUBEUST-AUBUT
Les Biards 50 France-Québec

Richard AUBEUST

   

° ca 1577

   
     
     

Jean AUBEUST

X  29.11.1629 St Martin, Les Biards

 Françoise JOUANNE

° ca 1598 St Martin, Les Biards 50

   

+ 19.10.1673  St Martin, Les Biards

   
     
     

Julien AUBEUST

X vers 1668

Marie BESNIER

° 12.04.1633 St Martin, Les Biards

   
     
     

Jean AUBEUF

 X 06.02.1694 St Martin, Les Biards

Marie LAINE

° 06.05.1672 St Martin, Les Biards

   

S : 19.01.1717 à l'âge de 45 ans
St Martin Les Biards

   
     
     

Michel AUBUT

 X 16.07.1729 St Martin, Les Biards

Françoise AUVRAY

° 04.02.1672 St Martin, Les Biards

   
     
     

François AUBUT

 X 17.07.1757 Québec

 Marie-Louise DUPUY

° 25.05.1731 St Martin, Les Biards

 

° 20.11.1739 Ste Anne de la Pocatière Qc

+ 09.11.1815 Rivière Ouelle Qc 

 

Fille de Jérôme et Barbe Picoron

     
     

François-Charles AUBUT

X 17.01.1804 Ste Anne de la Pocatière Qc

Anastasie DUPERE

°06.10.1678 St-Jean-Port-Joli Qc

   
     
     

Théophile AUBUT

X 04.11.1846 Trois-Pistoles Qc

 Mathilde St LAURENT

°3.03.1820 Ste Anne de la Pocatière

 

Fille de Joseph et Elisabeth Côté

+ 01.09.1900 St Eloi Qc   S : le 4    
     
     

Phamphile AUBUT

° 18.01.1848 Ste Anne de la Pocatière

Melvina COTE

° 18.01.1848 Ste Anne de la Pocatière

X 17.04.1871 St Fabien de Rimouski Qc

Fille de David et Marie Baillargeon

     
     

Emile AUBUT

 X 18.11.1913 Baie des Sables

Marie THIBAULT

° 05.09.1889 St Damase Qc

 

Fille de Marcel et Joséphine Caron

     
     

Lucille AUBUT

 X 24.06.1944  St François Solano Rosemont

Elie PROVOST

° 12.05.1919 Ste Philomène de Rosemont

   
     
     

Pierre PROVOST

 X 30.12.1977 New Carlisle

Andrée D'AMOURS

° 17.10.1948 St François Solano Rosemont

   
     

 *Aujourd'hui cette désignation de diocèse d'Avranches n’existe  plus. Ce diocèse a existé du IVè siècle à 1790.

* Les Théberge d'Amérique sont descendants de Louis Théberge des Biards diocèse d'Avranches

1. Desroches. «Histoire du Mont St-Michel et du diocèse d'Avranches..

2. Chesnal : « Le Cotentin et l'Avranchin » des origines au XIlè siècle Coutances. 1908.

3. Chroniques de France, 1987

Haut de page